fbpx

Toute la vérité sur les oranges de Jaffa

Table des matières

Un mot sur l’histoire d’Hadar en terre d’Israël

A l’arrivée des douze tribus en Terre d’Israël, il y a environ 3400 ans, les habitants de Canaan ne leur ont pas servi de jus d’orange, et ce n’était pas de l’impolitesse.

Les sept espèces, dans lesquelles la Terre Promise est bénie, n’incluaient pas les agrumes, comme il est écrit:

Blé, orge, olive, grenade, figue, vigne et miel.

Le mot «miel» est généralement interprété comme une datte (une interprétation étroite, puisqu’il s’agit d’une liste de plantes), il ne fait aucun doute que la datte, et en particulier le dattier, est un arbre présent en Eretz Israel. Ceci est démontré par le fait que les Romains ont émis une pièce, il y a environ 2000 ans, à l’occasion de la répression de la révolte juive, appelée: « Juda est capturé » avec un soldat romain debout avec une lance à la main et à côté de lui une femme en deuil, la tête couverte. Il y a 2000 ans, le palmier symbolisait déjà la Terre d’Israël et le peuple d’Israël.

Le premier agrume arrivé en Israël était l’etrog. Il a été apporté par des pèlerins de Babylone (Irak) après l’exil du Premier Temple, avec la fête de Souccot, proclamée par Esdras, d’où le premier agrume – l’etrog – nous est parvenu il y a environ 2500 ans et n’est pas originaire d’Israël. La pomme d’or amère et le citron, sont venus longtemps après, au neuvième siècle après JC, apportés d’Inde par les Arabes.

Au 11ème siècle après JC, les croisés ont rapporté avec eux en Europe l’orange amère. Elle s’appelait « Orange », du nom de la région de Perse d’où elle venait, mais ce n’était pas l’orange sucrée.

La première orange douce arrivée à Eretz Israël s’appelait « Portokel ». Elle est arrivée en Israël au 15ème siècle du Portugal (probablement apportée par Vasco de Gama). Au 16ème siècle, cette orange était présente dans tous les pays du bassin méditerranéen. Le nom de “Portokel”, est une déformation du nom “Portugal”, puisque les marins portugais, ont apporté le fruit, qui est d’origine chinoise.

Le “Portokel” est arrivé à Jaffa tardivement, seulement au 18ème siècle, car au 16ème siècle Jaffa a été détruit et était en ruine. C’est une petite orange avec une peau fine, couramment utilisée pour le jus. Le “Portokel” était mangé sur le lieu de sa croissance et ne convenait pas à l’exportation. À ce moment-là, le voyage de Jaffa vers l’Europe dure environ trois mois et l’orange pourrit en cours de route. Il semble que le “Portokel” ait été appelé en Israël par les Arabes.

Il est bien connu que Napoléon conduisit son armée dans les vergers d’orangers de Jaffa, vers 1800. Alors que Napoléon surveillait les murailles de Jaffa, avec des jumelles, un tireur d’élite turc local a frappé son chapeau et n’était qu’à quelques centimètres de changer l’histoire.

La première mention date de 1775 a été faite par Abu al-Dahab, qui vivait à Jaffa: «Une forêt de citronniers et de pommes d’or d’une taille énorme».

On ne sait pas exactement quand et comment, l’orange de Jaffa est arrivée à Jaffa.

 Aaron Aaronson note que le shmotti a été vu pour la première fois dans le verger de Jaffa, par Anton Job, en 1856, mais il semble que la variété existait encore plus tôt. Le savant Q. Tolkowski note qu’il a entendu Frederick Murad dire que le shmotti avait été amené de Chine deux cents ans plus tôt par un prêtre arménien, c’est-à-dire vers 1750. Depuis le début des années 1980, il n’y a pas eu de contestations dans le milieu universitaire sur le fait que le shmotti est une mutation génétique de l’orange sanguine, à la suite d’un article de feu le professeur Spiegel Roy (directeur du département d’amélioration des plantations et de génétique au directeur de la recherche agricole) et Dr Aliza Vardi, « Origin Hashmoti ». (L’expert sur les agrumes oppenheim, publié dès 1929, une telle hypothèse).

Le nom Shmotti et son nom commercial: « Jaffa Orange » lui a été donné, car le fruit ressemble à un œuf et rappelé en sa forme des lanternes, utilisées pour l’éclairage et appelées en arabe Shmotti.  » Le fruit est gros, a une peau épaisse, douce et sans pépins et convient à l’exportation. Lors d’un voyage du port de Jaffa vers l’Europe, alors que les oranges sanguines pourrissaient, les shmoti affrontèrent les difficultés du voyage.

Dès le début du 19ème siècle, les peuples ont appris que les oranges Jaffa-Hashmuti étaient sans égal dans leur goût particulier. Cette orange a été définie en Angleterre comme « la meilleure orange du monde ». L’orange de Jaffa est arrivée en Europe et a atterri sur la table des rois, des comtes et de tous les riches. Le prix de la pomme d’or Hippo, pesé en or. Comme mentionné, le “Portokel” se développe en Europe, dans tous les pays méditerranéens, mais il ne se rapproche pas du goût fin des oranges de Jaffa. En Europe, de nombreuses tentatives ont été faites pour cultiver les Shmoti et toutes ont échoué. Par conséquent, il est communément admis que les oranges de Jaffa étaient des oranges d’une variété spéciale, cultivées uniquement à Jaffa.

Il existe une autre théorie, qui a par la suite été confirmée par les scientifiques.

La qualité des oranges de Jaffa ne vient pas du fait qu’elles sont une variété spéciale, mais du « terroir », le sol spécial sur lequel elles ont poussé, le sol de Jaffa.

Alors, quelle est la particularité du terroir de Jaffa?

La formation des roches de calcaire.

Notre histoire commence il y a environ un demi-million d’années. Les géologues pensent que la hauteur de la côte de Jaffa (et de tout Israël) était d’environ 50 mètres plus basse. L’Europe était complètement gelée. En raison du réchauffement climatique, et de la fonte des glaces, une vague s’est élevée, qui a fait tout le chemin de l’Europe à Israël. Cela a entraîné un tsunami.

Une autre théorie parle d’une éruption volcanique en Méditerranée, quelle qu’en soit la raison , lorsque cette vague de tsunami a pénétré la terre, elle a commencé à perdre de sa puissance, en raison de la force de friction avec la terre et du dépassement de la gravité. À un certain moment, la vague a perdu complètement sa force, c’est-à-dire sa vitesse nulle et le sédiment présent dans la vague a commencé à s’enfoncer. À ce stade, une montagne de sable se forme, avec les sous-vagues, rencontrant une montagne et ajoutant du sable et haute.

Ce tsunami a laissé  une «selle», construite à la fois à partir de sable et de tout ce qui se trouvait dans la Méditerranée. La composition solide que la vague a laissée (une couche d’environ 25 mètres) était tout ce que l’on trouve au fond de la Méditerranée: beaucoup de sable, de coquillages, de poissons et de sel. Les coquilles et les os contiennent du calcium. La pression a transformé le sable, les coquillages, le calcium et le sel en roche calcaire. Par exemple, sur une couche de 25 mètres de profondeur, une pression supérieure d’environ 25 tonnes a été appliquée (en supposant que le sable et l’eau ont la même gravité spécifique). C’est ainsi que s’est formée la couche inférieure de roche calcaire. Dans une section géologique, une couche de loam de 2 mètres se trouve au-dessus de la couche inférieure du calcaire. Ceci indique que pendant quelques centaines d’années (le temps nécessaire pour que le loam, qui est balayé des montagnes de Judée, atteigne une hauteur de 2 mètres), la terre était calme, jusqu’à l’arrivée de la deuxième vague de tsunami. Le processus était le même et à la fin nous avons obtenu une autre couche de sable, qui est devenue le substratum supérieur du calcaire. La crête du rayon de calcaire marque le point où la vague a atteint et où elle a perdu sa force (Quartier Dan 53 m, RJ 79 m, Givatayim 84 m, Abu Kabir 50 m). Une deuxième chaîne de montagnes marque l’ancien rivage « falaises de calcaire » (Tel Baruch – 40 m, Independence Garden – 22 m, Old Jaffa – 25 m, le quartier maronite – 28 m). Dans une coupe géologique, un « sandwich » de deux couches de roche calcaire d’environ 25 mètres chacune, et entre elles une couche de loam de 2 mètres. Il existe également d’autres théories, telles que l’aggravation est la couche supérieure de sable de mer, sur laquelle poussaient des cultures forestières denses, qui les liaient ensemble et sa couleur rouge, est une couche colloïdale d’oxyde de fer, trouvée dans le sable de mer et poncée par les grains de sable de la mer et il y a moins d’air entre les grains et donc l’aggravation, moins drainé que le sable de mer, qui l’a créé et l’aggravation retient l’eau.

Cette théorie est basée, également sur la preuve, que dans les vergers de loam, les chemins d’accès, sur lesquels passent les camions, sont redevenus du sable marin. Si cette théorie est correcte et que l’aggravation entre les deux couches de calcaire, haute de 2 mètres, n’est pas une dérive des montagnes de Judée, formée au fil des siècles, mais une érosion du sable de la mer. Alors, entre les deux vagues de tsunami qui ont formé les deux couches de calcaire, des dizaines et peut-être des centaines peuvent y être passées.

Quelle que soit la théorie de la formation et de l’aggravation du calcaire, cette question n’affecte pas les conclusions de cet article. Comment tout cela se rapporte-t-il à l’orange de Jaffa ?

Jaffa-Delta de Nahal Ayalon

Dans le passé, l’ancienne rivière Ayalon, qui vient des montagnes de Judée, se rencontrait en Méditerranée, à Jaffa. L’ancien chenal passait par la rue Elizabeth Bergner (au coin de Kaufman 2). La largeur du ruisseau à son apogée allait du vieux Jaffa à l’Opéra. (Nous le savons parce que le ruisseau a traversé la colline de sable, avant de se transformer en roche calcaire, sur son chemin vers la mer et a créé un « trou » dans la montagne de sable, entre le vieux Jaffa et l’Opéra, (où une colline calcaire qui culmine dans le jardin de l’indépendance.) La deuxième vague de tsunami a bloqué le canal d’origine Ayalon, à un point, familier à tous, où les routes d’Ayalon tournent brusquement à droite-nord (« le genou »). Les pluies hivernales, un an plus tard, dans la gorge de Nahal Ayalon, sur leur chemin vers Jaffa ont été bloquées, sur la colline de sable et l’eau a commencé à se déplacer vers le nord, jusqu’à ce qu’ils rencontrent la gorge de Yarkon. et le début de la colline calcaire de la plage de Tel Baruch, selon l’explication ci-dessus). Certains géologues affirment que le Yarkon a rejoint l’Ayalon et non l’inverse. Ils l’apprennent de la formation rocheuse de calcaire. L’eau a complètement poncé la roche calcaire. Puisque le rocher et son âge sont les mêmes, ils concluent que l’Ayalon est porté plus longtemps et donc plus vieux. (Je ne suis pas d’accord avec cette théorie. Ayalon vient des montagnes de Jérusalem, son écoulement est beaucoup plus fort et il emporte des pierres avec lui, ce qui augmente l’érosion du rocher fragile du calcaire. Le Yarkon – une source de sources, sa vitesse est faible et il n’y a pas de pierres). En hiver, l’eau se jette dans la mer, par l’ancien canal (Elizabeth Bergner). Lorsque la montagne de sable a bloqué l’ancien canal de l’Ayalon, le marais à l’est de Jaffa, le delta de l’Ayalon, a lentement commencé à s’assécher. Bloomfield Stadium, appelé par les Arabes: « El Besa » et en hébreu: le marais.

À quoi ressemblait Jaffa dans le passé?

Imaginez toute la zone à l’est du vieux Jaffa, de l’Opéra au parking du marché du Carmel, à Neve Tzedek, à Bloomfield, au boulevard de Jérusalem, au boulevard Ben Zvi, etc., le tout sous l’eau. Imaginez une poche d’eau douce géante, de la gomme et du papyrus, des oiseaux chanteurs, des oiseaux de mer, des poissons, des tortues, des animaux sauvages, venant étancher leur soif. Bref, le paradis. Il est possible que le dicton: « Jaffa est belle pendant des jours ». «Jours» au pluriel, indique qu’en plus de la Méditerranée, à l’ouest, la poche d’Ayalon à l’est. C’est aussi la raison pour laquelle Jaffa n’a pas pu être conquise. À l’est, une poche infranchissable et à l’ouest des doigts de calcaire, dépassant de la mer et d’un récif de calcaire sur lequel les cuirassés se sont brisés. (Les marins nordiques, connus pour leur héroïsme et leur expérience, se maudissaient les uns les autres: « Naviguez vers Jaffa »).

Le pays de Jaffa - le marais delta de Nahal Ayalon s'est asséché.

En raison du blocage de l’ancien canal de la rivière Ayalon, le marais s’est lentement asséché, jusqu’à ce qu’il soit découvert et son fond exposé. C’est ça, la terre sur laquelle nous avons posé les pieds, à Jaffa, aujourd’hui. C’est la terre sur laquelle les merveilleuses oranges de Jaffa ont été cultivées. Un sol fertile, qui a balayé des montagnes et a coulé dans le delta de Jaffa.

Pendant des centaines de milliers d’années, avec l’ajout de beaucoup de matière organique, qui pousse dans la poche et y sèche au fur et à mesure que la poche sèche.

D’où la théorie, que la merveilleuse qualité de l’Orange de Jaffa, n’est pas une variété spéciale d’orange, mais une variété régulière, dans un sol spécial, qui a malheureusement été perdu, sous les bâtiments !!! Selon cette théorie, le sol de Jaffa est riche en engrais organique et en une structure physiologique particulière, créée à partir de la déshydratation de la poche du delta d’Ayalon.

Pour renforcer cette affirmation, non seulement les oranges de Jaffa étaient merveilleuses et connues pour leur qualité, leur taille et leur goût. Les pastèques de Jaffa, les grenades, les citrons, les figues, les dattes, les amandes, les bananes, les abricots, les fraises, la canne à sucre et même les légumes et les pastèques cultivés à Jaffa, ont été salués dans de nombreux carnets de voyage (Green 1854 et plus). Le jardinage à Jaffa a également été très apprécié (Van de Velde 1851). Les jardins de Jaffa, c’est-à-dire ses arbres fruitiers, apparaissent dans le papyrus anastasien, du temps de Ramsès II: «Vous venez à Jaffa, vous trouvez le jardin dans sa fleur même, dans le temps. son fruit … « De nombreux carnets de voyage décrivaient Jaffa comme le paradis, mais une erreur courante, découlant des voyages du voyage, répétée par les savants modernes, était que l’eau d’irrigation, pompée à l’aide de « Antilia » (roue en bois, avec des caisses en bois, tournées par un âne ou un chameau, qui tiraient l’eau des fosses creusées et de là l’eau coulait vers les arbres, à travers des fossés creusés dans le sol), donnent au verger de Jaffa leur rare qualité. Et voyez d’ailleurs : «Ainsi dans la zone sablonneuse .. il y a un potentiel agricole élevé, puisque l’eau de l’aquifère élevée et relativement proche peut être exploitée. Déjà dans l’Antiquité, il était possible d’utiliser les eaux souterraines de cette zone pour la culture agricole tout en creusant des puits à une profondeur d’environ 4 à 6 mètres « (Jaffa Centennial and Year / Yoav Regev. Society for the Protection of Nature, 1984, p. 6).

Ni la variété spéciale (le shmotti) ni l’eau disponible n’étaient à l’origine du « fort potentiel agricole », mais le sol, la « truite ». (Deux autres erreurs, ont été trouvées dans la citation ci-dessus: Premièrement, la surface n’est pas « sablonneuse », comme toute la plaine côtière, mais marécageuse, et c’est tout le contraire. « Sable » – un grain gros et aéré, sans organique engrais, avec salinité et couleur blanche. En regardant le sol excavé, sur l’un des dizaines de chantiers de construction, dans le nord de Jaffa et dans les fouilles de l’Autorité des antiquités d’Israël, on peut voir que la couleur du sol est noire , contrairement aux sols aggravés, dans la région de Sharon, qui sont rouge-brun et sableux, blancs. L’eau n’est pas «souterraine», mais les eaux de la rivière Ayalon, qui s’est asséchée.

Une fouille à Jaffa, à une profondeur de 6 mètres (autrefois à une altitude inférieure), révèle de l’eau douce, appelée à tort «eau souterraine». Cette eau n’est pas une eau souterraine, elle provient des eaux de l’ancienne rivière Ayalon, qui s’est asséchée lentement. Quelle est la différence? Les eaux souterraines sont de l’eau de pluie, qui est emprisonnée dans un réservoir, dans un volume énorme au plus profond de la terre. Les eaux de Jaffa sont les eaux de Nahal Ayalon. Elles sont emprisonnées juste sous le sol, aujourd’hui à une hauteur d’environ 6 mètres, et elles sont limitées en volume et en taille à l’ancien delta d’Ayalon. (Par conséquent, dans la construction adjacente aux routes Ayalon, ainsi qu’à Jaffa, les fouilles devraient résoudre le problème de «l’eau de la rivière Ayalon», qui a provoqué de nombreuses faillites, du projet «Jaffa Yards» dans les années 1990 au «jeunes tours» aujourd’hui).

On dit désormais que les terres de Jaffa sont les sols marécageux, dans la région du delta séché de Nahal Ayalon et que les terres fertiles du delta, riches en matière organique, ont donné à l’orange de jaffa son goût particulier , la taille des fruits et les rendements élevés, décrits dans les carnets de voyage.

De la théorie à la découverte scientifique

Une fouille archéologique par l’Autorité des Antiquités d’Israël, rue Shimon Hatzadik à Jaffa. Un échantillon de sol, à une profondeur d’environ un demi-mètre (grâce à l’Autorité des antiquités) a été prélevé et envoyé à un laboratoire de service sur le terrain, dirigé par le Dr Gad Ritbo, à Hadera. Les résultats ont été analysés par l’agronome, employé du ministère de l’Agriculture Roberto Natan.

 Voici les résultats d’un test en laboratoire du sol de Jaffa, sur lequel l’orange de Jaffa a poussé: