fbpx

Gynécologue : un médecin essentiel pour la santé des femmes

Table des matières

Afin de prendre soin de leur santé, les femmes peuvent passer par des gynécologues-obstétriciens par le biais de plusieurs moyens :

  • Elles peuvent passer par l’intermédiaire des médecins de leur caisse d’assurance maladie
  • Elles peuvent prendre rendez-vous auprès des services hospitaliers
  • Elles peuvent faire appel aux centres médicaux spécialisés, publics ou privés, qui ont des accords avec les caisses d’assurance maladie

Pour ce faire, les femmes doivent se procurer un formulaire de prise en charge auprès de leur caisse d’assurance maladie. Elles devront présenter ce formulaire pour se rendre à leur consultation ou à leur examen.

Les rendez-vous de contrôle chez le gynécologue

Les rendez-vous gynécologiques peuvent être pris sans passer par le médecin généraliste puisque le gynécologue fait partie des médecins dits « primaires » au même titre que les pédiatres et les généralistes. Ainsi, pour qu’une femme puisse prendre rendez-vous chez un gynécologue, elle devra simplement appeler au numéro réservé aux soins des femmes de chaque caisse d’assurance maladie.

Les visites chez le gynécologue ne sont pas toujours bien appréhendées par les femmes. En effet, elles peuvent ressentir une sensation de gêne, voire de crainte, notamment lorsque c’est la première qu’elles s’y rendent, et cela même si la majorité des rendez-vous se déroulent très bien dans le respect de la pudeur de la femme

Il y a quelques années, l’association Keren Briah avait réalisé un sondage auprès de 6500 femmes afin de les interroger sur leur expérience mais aussi pour savoir si des solutions pourraient être mises en place pour que les visites se déroulent mieux. Suite aux réponses de ce sondage, le Comité d’éthique de l’Association Médicale Israélienne a réalisé une liste avec différentes recommandations qu’elle a adressé aux médecins gynécologues.

Les rendez-vous de grossesse et d’accouchement chez le gynécologue

Le rôle du gynécologue pour les tests et examens avant et pendant la grossesse

Le suivi de la grossesse d’une femme est généralement assuré par son gynécologue ainsi que par les infirmières de sa caisse d’assurance maladie. Ce suivi comprend : le suivi du poids et de la tension artérielle ainsi que des analyses d’urine. Les futurs mamans pourront également bénéficier de certains conseils notamment lorsqu’elles sont sujettes à des grossesses à risques.

De plus, des tests de dépistage avant une éventuelle grossesse sont recommandés par le ministère de la Santé afin de détecter les couples qui risqueraient de donner naissance à des enfants qui atteints d’une maladie génétique grave. Les risques de maladie génétique sont plus élevés dans certains cas : origine des parents, précédents familiaux…

Parmi les examens habituellement réalisés durant une grossesse, certains d’entre eux sont compris dans le panier de santé mis en place par la Gouvernement. Les soins compris dans ce panier de santé pourront, dans la majorité des cas, être entièrement pris en charge par l’assurance maladie. Toutefois, pour certains de ces soins, une petite participation financière pourrait être demandée à la patiente. 

Il faut cependant noter que certains soins, pour être totalement pris en charge par la caisse d’assurance maladie, doivent être réalisés au sein des centres agréés par le ministère de la Santé. De plus, ce financement ne sera accordé qu’aux femmes ayant suivi leur processus médical sans aucun financement de leur part ou de la part des assurances privés ou complémentaires.

Quels sont les examens compris dans le panier de santé ?

  • Le suivi de grossesse : la mesure du poids, les examens sanguins, la prise de pression sanguine ainsi que les examens urinaires.
  • Les examens des trois premiers mois de grossesse : les échographies, la clarté nucale pour les grossesses multiples ainsi qu’une choriocentèse pour les femmes enceintes âgées de plus de 35 ans.
  • Les examens du second trimestre : le triple test (qui nécessite une petite participation financière de la part de la patiente), les échographies de vérification des organes, les tests de tolérance au glucose, les amniocentèses pour les femmes enceintes âgées de plus de 35 ans ou pour celles dont le risque que leur enfant soit atteint de trisomie est supérieur à 1/380.
  • Les examens des trois derniers mois de grossesse : les différentes échographies qui permettent d’évaluer le poids et la taille du bébé afin de s’assurer qu’il se développe correctement.

Concernant les soins gynécologiques non pris en charge par le panier de santé, ces derniers peuvent cependant l’être partiellement par le biais des assurances complémentaires des caisses d’assurance maladie ou des assurances privées. A défaut d’avoir souscrit à une assurance supplémentaire, les différents frais devront être pris en charge par la future maman.

Quels sont les examens non compris dans le panier de santé ?

  • Les différents tests sanguins génétiques qui sont habituellement réalisés avant la grossesse
  • L’examen de la clarté nucale, à l’exception des femmes ayant une grossesse multiple
  • Les examens d’échographies précoces des systèmes
  • Les examens d’échographies tardives des systèmes
  • Les quadruples tests qui permettent une meilleure estimation du risque de trisomie 21

Le rôle du gynécologue avant et pendant l’accouchement

Les hôpitaux publics, les différents prestataires des caisses d’assurance maladie ou encore les sages-femmes exerçant dans des cabinets privé peuvent dispenser des cours de préparation à l’accouchement si la futur maman souhaite se préparer à donner naissance à son enfant de la meilleure des façons.

En règle générale, les accouchements sont réalisés par des sages-femmes au sein des hôpitaux (sauf dans certaines exceptions, notamment lors des grossesses à risques, où la présence d’un gynécologue-obstétricien est recommandée). Il faut noter que l’accouchement à domicile, même s’il est de plus en plus souhaité, n’est que très rarement pratiqué en Israël. De plus, ce type d’accouchement doit généralement être pris en charge par la future maman.

Dans le cas où l’accouchement s’est parfaitement déroulé par voie basse et que la santé de la jeune maman et de sont enfant sont bonnes, la durée de l’hospitalisation est d’environ deux jours. En revanche, si la patiente a dû subir une césarienne, une hospitalisation de quatre à cinq jours est vivement recommandée afin de suivre l’évolution de la santé de la mère.

Afin que les femmes et leur famille puissent avoir une certaine intimité, certains hôpitaux disposent d’un « hôtel » de convalescence avec une pouponnière au sein duquel les familles peuvent être transférées après 24h si la santé du nouveau-né et de la jeune maman le permet. Des infirmières et des médecins viendront y faire des visites en cas de besoin. Les frais de cet « hôtel » restent cependant à la charge de la patiente, sauf dans le cas où elle aurait souscrit à une assurance complémentaire bénéficiant de ce service.

Les forfaits « grossesse et accouchement » des assurances complémentaires

Dans le cas où la patiente aurait souscrit à une assurance complémentaire auprès de sa caisse d’assurance maladie, elle pourra se permettre de choisir le forfait grossesse-accouchement qui lui apportera des prestations médicales supplémentaires. Le panier de remboursement de ce forfait est d’environ 8000 shekels. Toutefois, pour bénéficier de ce forfait, il faut avoir cotisé pendant au moins six mois.

Quelles sont les prestations comprises dans le forfait grossesse-accouchement ? Ces services complémentaires comprennent notamment certains services durant la grossesse mais également des services pendant les six mois suivants son accouchement.

Aller au contenu principal