fbpx

Ashdod

Ashdod est la sixième plus grande ville d’Israël. Avec une activité de 60% de marchandises importées du pas, Ashdod possède le premier port d’Israël. Cette ville est située dans le district sud d’Israël. Tel Aviv se trourve à 32 km au nord, Ashkelon à 20 km au sud et Jérusalem à 53 km à l’Est. Ashdod est une ville dynamique qui a connu une croissance très rapide. C’est également un important centre industriel régional.

Pays                                                    Israel

District                                                Sud

Maire                                                  Yehiel Lasri

Population                                           222 833 (2017)

Densité                                                4 700 / km2

Coordonnées                                       31° 48’0’’N 34°39’0’’E

Altitude                                               27 m

Superficie                                            47 242 km2

Date de création                                  1956

La ville moderne d’Ashdod s’étend sur deux anciennes villes jumelles, l’une à l’intérieur des terres et l’autre sur la côte.

Il est fait mention d’Ashdod dans la Bible. Selon les textes sacrés, les Philistins emmenèrent à Ashdod l’Arche d’alliance comme un trophée en l’honneur de Dagon, après une victoire à Afek contre les Hébreux. A en croire le récit, il y a eu à Ashdod, de grands désastres dus à la présence de l’Arche qui sera alors transférée à Gath, puis finalement rendue aux tribus d’Israël. Tout au long de son histoire antérieure à 1956, la ville fut colonisée par différents peuples. Ainsi, elle a été colonisée par des philistins, des Israélites, des colons grecs venus à la suite des conquêtes d’Alexandre, Romains et Byzantins, des Arabes, des Croisés et des Turcs ottomans.

En 1956, Ashdod moderne a été créée sur les dunes de sable proches du site de la ville antique. Elle a été incorporée à la ville en 1968, avec une superficie de 60 kilomètres carrés environ. En dépit de la croissance démographique, son expansion a suivi un plan de développement principal, facilitant la circulation et empêchant la pollution atmosphérique dans les zones résidentielles. En 2017, Ashdod avait, selon le Bureau central des statistiques d’Israël, une population de 222 883 habitants pour une superficie de 47 242 dunams soit 47 242 km². Aujourd’hui, elle abrite la plus grande communauté juive marocaine et la plus grande communauté juive Karaïte en Israël mais également la plus grande communauté juive géorgienne du monde.

Histoire

  • Age de pierre

Il a été découvert à Ashdod trois outils en pierre datant du néolithique. Mais après plusieurs recherches, aucune preuve n’est venue étayer l’idée selon laquelle il y aurait eu un peuplement à l’âge de pierre. Ce qui fait penser que les outils trouvés auraient été déposés à Ashdod, à une période ultérieure.

  • Age du bronze et du fer

Le site d’Ashdod se trouvant au sud de la ville moderne à l’âge de bronze et de fer, a été fouillé par les archéologues pendant neuf ans, entre 1962 et 1972. Pendant les premières années, les recherches ont été menées par David Noel Freedman du Séminaire théologique de Pittsburgh et Moshe Dothan. Ce dernier a dirigé les saisons restantes pour le compte de l’autorité des antiquités israéliennes. 

Il est fait mention d’Ashdod pour la première fois dans des documents écrits qui date de l’âge du bronze tardif Ugarit. Ces documents indiquent que la ville était un centre d’exportation pour le tissu et les vêtements en laine teintés pourpres. Les peuples de la mer ont conquis et détruit Ashdod à la fin du 13ème siècle. Au début du 12ème siècle, les Philistins, qui sont généralement considérés comme des peuples de la mer, dirigèrent la ville. Sous leur règne, la ville a prospéré et a appartenu à la pentapole philistine. La pentapole (cinq villes) comprenait Ashkelon et Gaza qui sont situés sur la côte, Ekron et Gath à l’intérieur des terres et Ashdod elle-même. 

Ashdod fut détruite en 950 avant notre ère, lors de la conquête de la région par le pharaon Siamoun. Ce n’est qu’en 815 avant notre ère que la ville a été reconstruite. La ville connut une autre révolte. Celle-ci était menée par les Philistins, les Judéens, les Edomites et les Moabites avec à leur tête Asdûdû. La révolte est dirigée contre l’Assyrie après l’expulsion du roi Ahimiti, que Sargon avait installé à la place de son frère Azuri. Mais le commandant en chef du roi assyrien Sargon II (Tartan) reprit le contrôle d’Ashdod en 712/711 et força l’usurpateur Yamani à fuir. Il a détruit la ville et exilé ses habitants, ainsi que des israélites qui se sont ensuite installés à Media et à Elam.

La ville subit un autre coup en 605 avant notre ère, lorsque Nebucadnetsar le conquit. En 539, la ville fut reconstruite par les perses. Elle fut conquise en 332 lors des guerres d’Alexandre le Grand.

  • Dans la Bible hébraïque

Dans la Bible, il y a des épisodes qui font référence à Ashdod mais ils ne sont pas corroborés par des découvertes archéologiques. Ainsi, Ashdod fut attribué à la tribu de Juda, lors de la conquête de la terre promise par Josué. Elle est également mentionné dans Samuel 6 :17, parmi les principales villes philistines. Les Philistins, après avoir pris l’arche de l’alliance chez les israélites, la portèrent à Ashdod et la placèrent dans le temple de Dagon. Le lendemain matin, Dagon fut trouvé prosterné devant l’arche. Les habitants d’Ashdod étaient frappés par les furoncles.

Selon la Bible, Ashdod devint au 10ème siècle avec l’ensemble du royaume de Philistine, une zone de tutelle du royaume d’Israël sous le contrôle du roi David.

Il est mentionné dans le livre de Néhémie (Néhémie 13 :23-24) que des habitants de Jérusalem du 5ème siècle avant notre ère auraient épousé des femmes d’Ashdod, et la moitié des enfants de ces unions ne comprendraient pas l’hébreu mais parlaient au contraire « la langue d’Ashdod ».

  • Période hellénistique

La ville a changé de nom une fois hellénisée et s’appelle désormais Azotus. Elle a ainsi prospéré jusqu’à la révolte hasmonéenne. Lors de cette rébellion, Judas Maccabeus la détruisit. En 147 avant J-C, son frère Jonathan conquit à nouveau la ville et détruisit le temple Dagon de renommée biblique.

  • Périodes romaine et byzantine

Pompey rétablit l’indépendance d’Azotus comme il le fit pour toutes les villes côtières hellénisées, après les destructions dues aux guerres de succession entre Hyrcan II et Aristobulus II. Des années plus tard, le général romain Gabinius aida à reconstruire Ashdod et plusieurs d’autres villes laissées sans murs de protection. En 30 avant J-C, le roi Hérode prend le règne d’Ashdod. Ce dernier la légua ensuite à sa sœur Salomé.

Malgré qu’elle soit située à 6 km de la côte, Ptolémée (environ 90-168 av. J-C) décrit Ashdod comme une ville maritime.

Les archéologues ont trouvés en 2017 une dédicace grecque à une église ou à un monastère. Elle a été découverte à un kilomètre et demi environ de la côte, entre deux maisons modernes.

  • Nouveau testament

Dans le livre d’Actes, on fait référence à Azotus comme étant le lieu où réapparut Philippe l’évangéliste après avoir converti au christianisme l’eunuque éthiopien. Il prêcha ainsi dans toute la région jusqu’à Césarée, à environ 90 m au nord

  • Première époque chrétienne

La notoriété d’Azotus hellénisée et chrétienne se poursuit jusqu’au 7ème siècle, où elle passa sous la domination musulmane. La ville était alors représentée au conseil de Chalcédoine par Héraclius d’Azotus.

  • Début de la période musulmane

Le nom arabe médiéval de la ville portuaire était Mahuz Azdud, « le port d’Azdud ». Ce nom est une combinaison entre le mot araméen qui signifiait port, mahuz, et « Azdud » qui est plus proche de l’ancien nom « Ashdod ».

Le géographe Ibn Khordadbeh a qualifié la ville de « Azdud » et l’a décrit comme une station postale entre al-Ramla et Gaza.

  • Guerre Israélo-arabe

Le village d’Isdud a été attaqué par l’armée égyptienne le 29 mai 1948. C’est devenu la position la plus au nord des Egyptiens pendant la guerre israélo-arabe de 1948. Les forces israéliennes ont encerclé la ville pendant l’opération Pleshet et l’ont bombardée depuis les airs. A partir du 18 Octobre 1948, les forces israéliennes ont donc bombardé  Isdud et plusieurs autres localités pendant trois nuits. Les forces égyptiennes se sont retirées le 28 Octobre 1948 et la majorité des habitants ont pris la fuite. Le village faisait partie du territoire concédé à Israël dans les accords d’armistice de 1949 après la fin de la guerre.

  • Etat d’Israël

La ville moderne d’Ashdod a été fondée en 1956. Le ministre des Finances Levi Eshkol a approuvé, le 1er mai 1956, la création de la ville d’Ashdod. A cet effet, « Ashdod Company Ltd » a été créée par Oved Ben-Ami et Philip Klutznick. En novembre 1956, les premiers colons arrivèrent. Il s’agit tout d’abord de 22 familles marocaines, suivis ensuite d’un petit afflux d’immigrants venus d’Egypte. En juillet 1957, il fut accordé à la Ashdod Company Ltd par le gouvernement, 24 kilomètres carrés à environ 32 km de Tel Aviv, pour la construction de la ville moderne d’Ashdod. La construction de la centrale Eshkol A. a été achevée en1958. Elle comprenait 3 unités : 2 unités de 50 mégawatts et une unité de 45 mégawatts.

En Octobre 1959, le premier conseil local a été nommé. Le ministère de l’intérieur israélien a nommé Dov Gur en tant que premier chef du conseil local. En 1961, Ashdod comptait 4 600 habitants. Son tribunal de première instance a été inauguré en 1963. La construction du port d’Ashdod débuta en avril 1961. Il a été inauguré en novembre 1963 et a été utilisé pour la première fois en 1963, avec l’arrivée du navire suédois « Wiengelgad ». La ville commença petit à petit à s’agrandir. Il y a eu en 1960 la construction de deux quartiers, suivis de quatre autres dans les années 1970 et de deux autres dans les années 1980. En 1972, la population s’élevait à 40 300 habitants et à 65 700 en 1983.

L’arrivée massive d’immigrants d’Union soviétique et d’Ethiopie a entrainé en 1991 la croissance à grande échelle de la ville ainsi que le développement des infrastructures. Entre 1990 et 2000, Ashdod a accueilli plus 100 000 nouveaux habitants, ce qui fait une croissance de 150%. Cinq autres quartiers ont été achevés et un quartier des affaires a été construit. Les quartiers de la Marina et trois autres quartiers ont été achevés dans les années 2000.

Ashdod fait partie de l’une des six villes à avoir reçu le prix de l’éducation 2012 décerné par le ministère de l’Education israélien.

Développement urbain

Ashdod a été construite à l’extérieur du lieu de peuplement historique, sur un sable vierge. La ville a été divisée en dix-sept quartiers de dix à quinze mille personnes par les planificateurs. Il y a de larges avenues entre les quartiers qui facilitent la circulation dans la ville. Au sein de chaque quartier, il y a un centre commercial, un parc urbain et des infrastructures de santé et d’éducation.

Il a été placé dans la partie nord de la ville, trois zones industrielles adjacentes au port. Ces zones industrielles sont placées en tenant compte du vent du sud de manière à éloigner la pollution atmosphérique de la ville. Ashdod était prévue pour un maximum de 250 000 habitants et une zone supplémentaire au sud était réservée à un développement ultérieur.

En 2012, il a été approuvé un projet de construction d’une zone industrielle sur une partie de la dune Ashdod Sand. On prévoit aussi de construire un parc industriel de haute technologie, de salles de réception et de cafés à côté de la gare. Tout le projet couvrira 400 dunams (0.4 m2) dont 130 dunams d’espace construit. Le reste d’espace sera préservé en tant que réserve naturelle. Le port d’Ashdod est également en pleine expansion.

Climat

La ville d’Ashdod a un climat méditerranéen très caractéristique. A Ashdod, les étés sont chauds, le printemps et l’automne sont agréables, les hivers sont froids et pluvieux. Etant une ville balnéaire, l’humidité a tendance à être élevée plusieurs fois par an et les pluies se produisent principalement de novembre à mars.

Géographie

La réserve naturelle de dunes de sable Ashdod-Nitzanim est une bande de dunes de sable de 20 km située à la périphérie sud d’Ashdod.

Economie

La ville d’Ashdod est l’un des plus importants centres industriels d’Israël. Le port d’Ashdod est le plus grand port d’Israël avec environ 60% de la cargaison du port israélien. Ces dernières années, il a connu des améliorations afin de fournir des postes d’amarrage pour les navires Panamax. La zone portuaire abrite différents bureaux de compagnie de transport. Elle abrite également une centrale électrique Eshkol A et un terminal de charbon.

Située sur l’autoroute 41, la zone industrielle du Nord comprend divers secteurs, dont une raffinerie pétrole. Cette dernière est l’une des deux seules du pays. Il y a une autre zone d’industrie lourde située au sud de la rivière Lachish. Elle était autrefois considérée comme le principal centre industriel d’Ashdod. Dernièrement, des installations de loisirs ont été mises dans la région. La ville abrite également Elta, une division d’Israël Aircraft Industries où sont fabriqués les équipements radar, les systèmes de guerre électronique et ELINT.

Détail et divertissement

Avec l’avènement du shopping en Israël, la principale activité commerciale d’Ashdod s’est déplacée vers les centres commerciaux. Ainsi, le premier centre commercial qui a ouvrir ses portes à Ashdod était le Centre Forum de la zone industrielle. Et dans les environs du centre, des bars, des restaurants et des discothèques ont été ouverts. Mais aujourd’hui, le centre est spécialement utilisé pour les bureaux. Il existe plusieurs autres centres commerciaux dans la ville. Il y a le centre commercial Lev Ashdod, ouvert en 1993, a été agrandi et modernisé depuis. Il y a aussi le centre commercial Ashdod qui est considéré à l’époque comme le plus grand centre commercial de la ville. Il a également été restructuré depuis son ouverture en 1995. Le centre commercial City Mall a été ouvert quant à lui dans un bâtiment combiné avec la gare routière centrale en 1996. Un autre centre commercial de trois étages, le Sea Mall, est situé près des bureaux du gouvernement. Il dispose d’un mur d’escalade et d’un cinéma. Le centre commercial Star Center a doublé de taille en 2007.

Soins de santé

Il n’existe qu’un seul hôpital général à Ashdod. Le centre médical Assuta Ashdod dessert la ville et ses environs. Il s’agit d’un hôpital de 300 lits qui a été conçu en « abri anti-bombes ». Avec des murs en béton épais, il assure une protection suffisante pour continuer à soigner les patients même en temps de guerre. Il est affilié à l’université Ben  Gourion du Néguev. L’hôpital a ouvert ses portes en 2017 mais avant cela Ashdod n’avait pas d’hôpital général. Par conséquent, les résidents qui ont besoin d’être hospitalisés devaient se rendre au centre médical Kaplan à Rehovot ou au centre médical Barzilai à Ashkelon.

Mais il existe des cliniques publiques et privées dans la ville. Il y a par exemple une clinique gérée par Hatzalah qui est ouverte pendant la fermeture de toutes les autres cliniques d’Ashdod.

Transport

Ashdod étant situé sur l’historique Via Maris, la route 4 a été développée en suivant cette voie le long du rivage sud de la mer d’Israël. Elle sert de liaison principale au nord vers la région métropolitaine de Tel Aviv et au sud vers Ashkelon. La jonction Ad Halom est l’entrée principale de la ville depuis l’est.

En 2009, Ashdod interchange a été ouvert. C’est un échangeur qui prolonge le tronçon d’autoroute de la route 4 plus au sud, en supprimant le feu de signalisation à ce carrefour et en ajoutant une séparation avec la voie ferrée. La seconde route principale de la ville est la route 41. Elle a desservi la ville au tout début de son histoire moderne. La route 41 va de l’ouest en direction de Gedera et constitue le principal lien de transport vers le port d’Ashdod et les zones industrielles. Un échangeur fait le lien entre elle et l’autoroute 4.

Fin 2012, le ministère des transports aériens a octroyé une subvention de 220 millions de shekels pour l’amélioration de transport en commun et la réduction de l’utilisation des voitures privées. A en croire la municipalité, un axe de 20 km d’artères routières sera privilégié dans les transports en commun. Ces artères compteront quatre lignes de bus rapides. Une voie de transport sera pavée au centre de la route dans les zones les plus peuplées comme le boulevard Herzl ou la partie ouest du boulevard Menachem Begin. Par contre dans les autres zones, la voie droite sera réservée au transport en commun. Les autobus auront la priorité sur les feux de circulation. En effet, les dispositifs  électroniques leur permettront de signaler leur approche ce qui fera passer le feu au vert. Il sera en outre mis en place un réseau de location de vélos à moteur électrique et 22 km de pistes cyclables seront pavées dans la ville.

En 1992, la liaison ferroviaire voyageurs à Ashdod a été ouverte après la rénovation du chemin de fer historique menant en Egypte. La gare d’Ashdod se trouve sur la ligne des chemins de fer israéliens Binyamina / Natanya – Tel Aviv – Ashkelon et se situe à proximité du carrefour Ad Halom. Elle a été modernisée en 2003 avec la construction d’un nouveau terminal. L’accès routier de la gare a été organisé le 23 Septembre 2008, avec l’ouverture d’une nouvelle route menant à la gare. 

Il existe également dans la région un trafic de fret important. Il y a une ligne de jonction de voie ferrée propre au port d’Ashdod ainsi qu’un terminal spécial pour la potasse importée de la région de Sodome et exportée à l’étranger. 

En 1996, une nouvelle gare routière centrale a ouvert ses portes. Elle sert de terminus pour les lignes intervilles et intraville. Cette gare routière centrale est rattachée au centre commercial City Mall. Des lignes de bus interurbains relient la ville à la plupart des centres de population du centre et du sud d’Israël. Voici une liste de quelques compagnies de bus qui desservent la gare centrale :

Nom de la compagnie

Principales destinations

Egged

Jérusalem, une ligne saisonnière vers Eliat

Métropoline

Beer Sheva, Kiryat Gat, Sderot, Netivot

Connex

Tel Aviv (CBS et Arlozolov Terminal, Université Bar Ilan, Tel HaShomer, Rishon Letzyon, Rehovot, Yavne, Ashkelon, Kiryat Malakhi, Gedera, Gan Yavne

Egged Ta’avura

Service intra

La société Egged Ta’avura exploite des bus urbains à Ashdod depuis 2007. Il existe en plus un service de taxi partagé à Ashdod, exploité par Moniyot Halr. Beaucoup de lignes de taxi communes coïncident avec les lignes de bus à grande capacité.

La société Egged Ta’avura exploite des bus urbains à Ashdod depuis 2007. Il existe en plus un service de taxi partagé à Ashdod, exploité par Moniyot Halr. Beaucoup de lignes de taxi communes coïncident avec les lignes de bus à grande capacité.

Démographie

Selon le bureau central des statistiques d’Israel, la population d’Ashdod était d’environ 222 883 habitants à la fin de 2017, ce qui la met à la sixième place du classement des plus grandes villes d’Israel. Le taux de croissance annuel de la population est de 2,6% et le ratio femmes-hommes de 1 046 pour 1 000. Suivant la répartition par âge de la population, on a : 19,7% de moins de 10 ans, 15,7% de 10 à 19 ans, 14,9% de 20 à 29 ans, 19,1% de 30 à 44 ans, 19,1% de 45 à 64 ans et 11,3% de 65 ans ou plus. Le nombre important de jeunes couples qui vivent dans la ville fait que la population d’Ashdod est beaucoup plus jeune que la moyenne israélienne. La moyenne socio-économique de la ville est assez basse avec une note de 4 sur 10. En 2000, le salaire moyen était de 4 821 NIS par rapport au salaire national moyen qui était de 6 835 NIS.

La majorité de la croissance d’Ashdod est due à l’absorption d’immigrants. Les premiers habitants étaient des immigrants juifs marocains et egyptiens. Ashdod accepta en 1960 un grand nombre d’immigrants venu de Roumanie. Il s’en est suivi d’un nombre important d’immigrants originaires de Géorgie, qui faisaient encore partie de l’Union soviétique, dans les années 1970. Plus de 60 000 juifs russes de l’ex-Union soviétique qui ont immigré en Israel dans les années 1990 se sont installés à Ashdod, après la chute de l’Union soviétique. Selon les récents chiffres démographiques, environ 32% de la population de la ville sont de nouveaux immigrants, dont 85% sont issus de l’ex-Union soviétique. La ville a absorbé au cours des années 1990 un grand nombre d’immigrants en provenance d’Ethiopie. Et lors de ces dernières années, Ashdod a absorbé beaucoup d’immigrants venus des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de la France, d’Argentine et d’Afrique du Sud. La ville d’Ashdod reçoit également une importante quantité de migration interne, notamment de la région de Gush Dan.

A Ashdod, plus de 95% de la population est juive. Parmi les 95% de juifs, plus de 30% sont pratiquants. En dépit de cela, la ville est généralement laïque, bien que la majorité de la population non juive soit le résultat de mariages mixtes. Environ une centaine de familles sont affiliées au groupe hassidique de Pittsburg, crée en 1969 par le grand rabbin Avraham Abba Leifer. Le groupe est maintenu aujourd’hui par son fils le grand rabbin Mordechai Yissachar Ber Leifer. La ville possède de nombreuses synagogues servant différents courants du judaisme. Elle abrite également la plus grande communauté karaite du monde. Il y a aussi une église scandinave de marins protestants, établie par le pasteur norvégien Per Faye-Hansen.

Gouvernement local

Ashdod a été déclarée ville en 1968. Son conseil municipal compte vingt-cinq membres élus, dont le maire. Ce dernier a un mandat de cinq ans et il nomme six députés. L’actuel maire d’Ashdod, Yehiel Lasri, a été élu pour la dernière fois en 2008 après que Zvi Zilker ait été en poste de manière continue depuis 1989. Il existe eu sein du conseil municipal, différentes factions représentants divers groupes de population. Le siège de la municipalité et le bureau du maire se trouvent à l’hôtel de ville. Le nouveau bâtiment municipal est situé dans le principal quartier culturel et commercial.

Maires :

  • Dov Gur (1959-1961)
  • Robert Hayim (1961-1963)
  • Avner Garin (1963-1969)
  • Zvi Zilker (1969-1983)
  • Aryeh Azulay (1983-1989)
  • Zvi Zilker (1898-2008)
  • Yehiel Lasri (2008-)

Culture et art

  • Musique et art de la scène

La ville d’Ashdod abrite l’orchestre andalou israélien, qui joue de la musique classique andalouse. Il s’agit d’un style de musique arabe originaire de l’Ibérie maure ou d’Al-Andalus. Il est jalousement conservé au fil des siècles, dans sa forme originale par des musiciens arabes et juifs de Maghreb, et a laissé sa marque sur le cante flamenco (chant flamenco). L’orchestre a été sacré en 2006.

Ashdod possède également l’un des plus grands théâtres à ciel ouvert d’Israel, l’Amphi Ashdod qui peut accueillir plus de 6 400 personnes. L’Amphi accueille le festival d’art international « Méditerranée » d’Ashdod.

Le centre des arts MonArt comprend une école de ballet, un centre de musique et le musée d’art Ashdod. Il s’agit d’un centre qui regroupe différentes galeries, écoles d’art, studios et événements. Il a été inauguré en 2003. Les concerts et les théâtres sont organisés dans ces différents lieux culturels. Mais pour les plus importants, ils sont présentés au Ashdod Performing Arts Center. C’est une nouvelle salle de concert de 938 places, à la fois élégante et originale. Elle a été conçue par l’architecte israélien Haim Dotan et inaugurée dans le centre culturel de la ville en 2012. Ashdod organise plusieurs festivals de musique nationaux et internationaux, ainsi que le festival annuel Super Jazz Ashdod géré par Leonid Ptashka.  

Et en ce qui concerne le lieu pour prendre des cours de musique, il y a le conservatoire ACADMA. C’est un institut professionnel d’études de la musique et de la performance, basé à Ashdod. L’institut a été créé en 1966 et est géré sous la supervision du Ministère de l’éducation. Il abrite 600 jeunes musiciens dans différents domaines.

  • Musées

Situé dans le centre MonArt, le musée d’art Ashdod compte 12 galeries et deux salles d’exposition. Un peu dans le même style architectural que le Louvre, l’entrée du musée se fait par une pyramide de verre. En 2003, les architectes Eyal Weizman, Rafi Segal et Manuel Herz ont redessiné les espaces intérieurs du musée.

Sports

La ville d’Ashdod a une équipe de football, le FC Ashdod, qui la représente en Ligat ha’Al (la Premier League israélienne). Le club est connu pour son école de football qui remporte de succès. La meilleure équipe de basketball de la ville est le Maccabi Ashdod. Il y une équipe masculine et une équipe féminine. L’équipe masculine joue dans la Premier League, qui est la première division d’Israel, et l’équipe féminine Maccabi Bnot Ashdod joue dans la première division.

Ashdod accueille de nombreux tournois sportifs nationaux et internationaux, y compris le festival annuel des échecs d’Ashdod. La ville a également une équipe de cricket, ce qui est rare en Israël. Elle gérée et organisée par des citoyens d’origine indienne. Les plages d’Ashdod sont propices aux sports nautiques comme la planche à voile et la plongée sous-marine.

Ashdod compte quelques athlètes notables :

  • Vered Borochovsky – Jeux Olympiques de Sydney 2 000 (nageur)
  • Alon Day – Pilote de course professionnel
  • Alon Hazan – Joueur de football international
  • Haim Revivo – Joueur de football international

Villes jumelles​

La ville d’Ashdod est jumelée avec les villes suivantes :

  • Bordeaux, France
  • Bahia Blanca, Argentine
  • Los Angeles, Californie, Etats-Unis
  • Wuhan, Chine
  • Spandau, Allemagne
  • Tampa, Floride, Etats-Unis
  • Brest, Biélorussie
  • Batumi, Géorgie
  • Zaporizhia, Ukraine
  • Atyrau, Kazakhstan
  • Arkhangelsk, Russie
  • Chisinau, Moldavie
  • Jūrmala, Lettonie

Table des matières

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

Les différentes modalités d'achat immobilier en Israël et en France

Le droit immobilier, notamment en matière d’achat, ne contient pas les mêmes dispositions en France et en Israël. Un comparatif des…

Les différents types de sociétés israéliennes

En nom propre, à responsabilité limitée ou encore les EURL : voici les principaux types de sociétés en Israël. La…

Israël devrait vendre des F-16 au Canada pour environ 100 millions de dollars

Le ministère de la Défense négocie la vente de 29 aéronefs d’occasion à une entreprise canadienne. Il devrait s’agir de…

Impôt sur les revenus locatifs en Israël

Comme en France et dans d’autres pays du monde, Israël soumet ses locations à diverses taxes, et notamment à l’impôt…

Vente immobilière et remise des clés en Israël

De nombreux propriétaires se posent la question de savoir s’ils peuvent vendre leur bien immobilier avant la date officielle de…

Après 20 ans de lutte: demain, 400 des Juifs éthiopiens restants retrouveront leurs familles

Demain (jeudi) l’opération d’Aliya « Créer Israël » commencera officiellement avec l’atterrissage du premier vol, qui amènera le reste des Juifs éthiopiens,…

Chef des services de santé: C'est le début de la troisième vague

Face à une augmentation constante du nombre de vérifiés et du taux d’infection, la responsable des services de santé, le…
Aller au contenu principal