fbpx

dim' 21 Juil' 2024

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Judith Weintraub. L’assassinat de Samuel Paty: un scandale d’État

“Le ministère, le rectorat, la principale du collège auraient pu tout simplement dire à Samuel Paty d’aller se mettreau vert”, déclare Stéphane Simon. ABACA

ENTRETIEN – Décapité pour avoir montré en cours les caricatures de Mahomet publiées par Charlie Hebdo, l’enseignant a été laissé seul face à son bourreau par l’administration de l’Éducation nationale, les services de renseignement, mais aussi ses collègues. C’est ce que révèle l’enquête approfondie du journaliste Stéphane Simon dans un livre qui fera date.

Le 16 octobre 2020, le professeur d’histoire-géographie Samuel Paty, 47 ans, était décapité dansla rue en rentrant du collège de Conflans-Sainte-Honorine où il enseignait. Son assassin, un réfugié russe d’origine tchétchène, avait eu le temps de se vanter d’avoir «vengé le prophète Mohammed» sur les réseaux sociaux avant d’être abattu parla police.

Ce n’était pas un attentat de plus dans la longue liste des crimes perpétrés sur notre sol au nom del’islam. La barbarie islamiste venait de frapper la République au cœur, cette «République quirenaît chaque jour dans les salles de classe», comme devait le dire Emmanuel Macron lors de l’hommage national rendu à Samuel Paty dans la cour de la Sorbonne.

Les mots du Président furent à la hauteur du choc, immense, ressenti par tous les Français. Parmieux, Stéphane Simon. Le producteur de Thierry Ardisson, cofondateur avec Michel Onfray de larevue Front populaire, est le descendant d’une lignée de «hussards noirs» venus enseigner la République en Vendée. Son histoire familiale lui a permis demesurer ce que pouvait vivre un enseignant confronté à un milieu hostile.

«Cela n’avait rien d’une partie de plaisir, note-t-il dans son introduction, mais jamais on n’a vu latête d’un instituteur rouler dans le caniveau.» C’est pour comprendre comment la France en estarrivée là qu’il a écrit Les Derniers Jours de Samuel Paty.

LE FIGARO MAGAZINE. – Quand Samuel Paty est assassiné, le 16 octobre 2020, Jean-Michel Blanquer tente depuis trois ans de défendre la laïcité à l’école. Aucun ministre de l’Éducation nationale ne s’est autant engagé dans ce combat. Pourquoi va-t-il lui aussi échouer?

Stéphane SIMON. – Il est vrai que Jean-Michel Blanquer a toujours été conscient que l’école était attaquée et la laïcité menacée par l’islam politique. Dès son arrivée au ministère, il a essayé de remettre les valeurs de la République au cœur du système éducatif. Contrairement à ses prédécesseurs et en particulier à Najat Vallaud- Belkacem, qui concevait l’école comme un creuset de la diversité plutôt qu’un creuset de l’unité nationale. Or, l’islam politique, je le rappelle dans mon livre, cible l’école parce que c’est un lieu de formation des esprits. Jean-Michel Blanquer l’avait compris et d’une certaine façon, à première vue, c’est le ministre «malchanceux» sous lequel ce drame n’aurait pas dû arriver. En vérité, les outils qu’il a mis en place pour remonter lesinformations du terrain n’ont pas fonctionné correctement. Je l’ai rencontré: il m’a soutenu qu’il n’avait jamais entendu parler de Samuel Paty avant son assassinat, ce qui laisse pantois quand on sait combien de notes sur les menaces à son encontre lui ont été adressées! Quand je l’ai interrogé, il m’a dit que son cabinet recevait entre 30 et 40 alertes par jour, trop pour être toutes traitées. Dès lors, si on ne met pas de moyens en face,si les informations ne sont pas destinées à être traitées, à quoi sert de les collecter?

J’ai acquis la conviction que si tout le monde avait pris ses responsabilités, des précautions dont certaines étaient très faciles à mettre en œuvre auraient empêché cette tragédie. Stéphane Simon

Votre livre est sous-titré «Enquête sur une tragédie qui aurait dû être évitée». C’est uneaffirmation grave…

J’ai écrit «dû» et pas «pu» être évitée parce qu’au cours de mon enquête, j’ai acquis la conviction que si tout le monde avait pris ses responsabilités, des précautions dont certaines étaient très faciles à mettre en œuvre auraient empêché cette tragédie. Le ministère, le rectorat, la principale du collège auraient pu tout simplement dire à Samuel Paty d’aller se mettre au vert. Quand la menace est à son pic, on est à quelques jours des vacances scolaires, mais aussi juste après le discours d’Emmanuel Macron contre le séparatisme, qui met la mouvance islamiste en ébullition.

La principale ne mésestime pas la gravité de la menace, elle agit en responsabilité en donnant l’alerte, mais les procédures kafkaïennes font que ça se perd dans les tuyaux! À l’Éducation nationale, on renvoie au ministère de l’Intérieur la responsabilité de l’absence de protection deSamuel Paty. De nombreux signalements ont été faits sur celui qui allait devenir son assassin, mais de façon isométrique à l’Éducation nationale, les services de renseignements intérieurs n’ont pas traité les alertes.

Le lundi précédant l’assassinat de Samuel Paty, il participe à uneréunion de profs qui dégénère en procès contre lui. Stéphane Simon

Samuel Paty est aussi lâché par bon nombre de ses collègues profs. Commentl’expliquez-vous?

Non seulement lâché, mais dénigré! Le lundi précédant l’assassinat de Samuel Paty, il participe à une réunion de profs qui dégénère en procès contre lui. À de rares exceptions près, ses collègues lui disent qu’il a fauté, «merdé» – c’est le terme utilisé par une prof. Certains iront jusqu’à critiquer violemment son cours sur les caricatures en classe, devant leurs élèves! Je signale au passage que les caricatures de Mahomet de Charlie Hebdo sont disponibles sur le réseau Canopé, missionné par l’Éducation nationale pour fournir du matériel pédagogique aux enseignants. Il n’y a donc riend’anormal à s’en servir. Le référent laïcité du collège et la principale leur demanderont de faire preuve d’un peu de solidarité et feront pression pour que ces collègues n’exercent pas leur droit de retrait.

Ce que j’ai vu des échanges sur la messagerie interne est consternant. Ces profs doivent d’ailleurs avoir réalisé qu’ils n’ont pas montré leur meilleur visage car ils fuient les micros. Deux seulement ont accepté de parler. L’un avait proposé de raccompagner Samuel Paty chez lui en début de semaine du drame mais a eu un empêchement le jour de l’assassinat. Pour autant, il ne mérite pas d’être accablé, c’est un de ceux qui ont aidé Samuel! Une autre anecdote est significative: Samuel vient habituellement au travail à pied (il habite à 950 mètres du collège), mais se sentant menacé, il pense utiliser sa voiture. Problème: pour se garer à l’intérieur de l’enceinte de l’établissement, il faut un bip pour ouvrir la grille d’entrée. Le sien ne fonctionne plus, il a demandé sa réparation. L’administration du collège ne saura pas le remplacer à temps et aucun de ses collègues ne lui aura proposé le sien. C’est un détail qui en dit long: ça lui aurait évité de se retrouver dans la rue face à son assassin!

La DGSI et les renseignements territoriaux n’ont rien vu venir. Stéphane Simon

L’Éducation nationale n’est pas la seule à avoir failli. Votre livre met aussi en évidence lesmanquements de la police et du renseignement. Comment ont-ils pu à ce point sous-estimer la menace?

Là encore, on se demande à quoi servent les outils de surveillance mis en place. L’assassin de Samuel Paty, Abdoullakh Anzorov, a été signalé à plusieurs reprises pour ses agissements «pro-djihad» sur les réseaux sociaux. La plate-forme Pharos reçoit de nombreux signalements, traités en principe par des pros de l’Office central de lutte contre la criminalité et transmis à la DGSI (Direction générale de la Sécurité intérieure). Mais rien ne se passe.

La famille Anzorov tout entière est dans le viseur des services sociaux et du renseignement. Pourtant, la DGSI et les renseignements territoriaux n’ont rien vu venir. Au contraire, certains fonctionnaires des renseignements territoriaux ont eu tendance à minimiser la menace alors qu’elle est devenue virale sur les réseaux sociaux – c’est également ce qui est tristement exemplaire dans cette tragédie. Certains protagonistes de l’affaire, comme Abdelhakim Sefrioui, agitateur islamiste, sont de vieilles connaissances des services. Lui se présente comme «le représentant des imams de France», pure affabulation, et va relayer la vidéo du père de la jeune fille qui prétend avoir été expulsée d’un cours qu’elle a séché et fabriquer des vidéos d’appels à la haine contre Paty. Elles seront vues descentaines de milliers de fois.

Est-ce de l’incompétence de la part des services ou avez-vous une autre explication?

Il y a plusieurs hypothèses qui courent. La négligence de fonctionnaires débordés qui croulent sous les dossiers, l’erreur humaine, le manque de compétence. Le cas Sefrioui et celui de Priscilla Mangel, autre islamiste «peu discrète» mise en examen, sont à l’origine de spéculations: sont-ils des «sources» que nos services laissent s’agiter dans les sphères islamistes en échanges d’infos? Rien de certain n’étaye cette thèse à ce stade de l’enquête.

Des procès vont avoir lieu. Qu’en attendez-vous?

L’enquête menée par le juge Foltzer et les policiers de l’antiterrorisme est bouclée et le procès devrait arriver début 2024. Une partie des audiences pourrait se tenir à huis clos, puisque parmi les quatorze individus mis en examen dans cette affaire, il y a six mineurs. Dont la fille de Brahim Chnina, la collégienne menteuse, mise en examen pour «dénonciation calomnieuse». Une deuxième instruction est en cours, suite à la plainte déposée l’an dernier par les membres de la famille Paty contre des agents des ministères de l’Éducation nationale et de l’Intérieur pour «non-assistance à personne en péril» et «non-empêchement de crime». Ces deux procédures devront établir les responsabilités de chacun dans ce qui reste une tragédie nationale. L’assassinat de Samuel Paty résume tous les maux qui rongent notre société: le communautarisme, l’islamisme sans gêne qui prospère dans le «pas-de-vaguisme», la lâcheté et la fuite des responsabilités. Ce premier procès et le second – s’ils arrivent à terme – doivent être l’occasion de tout mettre à plat. La catharsis doit permettre de donner un sens à la mort de Samuel Paty. Car aujourd’hui, au collège du Bois d’Aulne, rien ne signale le drame qui s’est passé le 16 octobre 2020. Son buste en bronze qui devait lui être dédié est resté dans un entrepôt par crainte de raviver les blessures, des enseignants sont toujours menacés partout en France, une majorité des profs s’autocensure pour éviter les ennuis et beaucoup pensent quitter leur job, à l’image de certains des collègues de Samuel Paty. Ils pensent qu’on n’a pas tiré les leçons de son assassinat et ils ont raison.

© Judith Weintraub

L’article Judith Weintraub. L’assassinat de Samuel Paty: un scandale d’État est apparu en premier sur Tribune Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

Le Droit du jihad triomphera-t-il à La Haye? Par Bat Ye’or

 Dhimmi Watch Ce 19 juillet, la Cour internationale de la Haye a statué sur la légitimité de l’existence de l’État…

Mosaïque. Eric Mechoulan – Le nouveau crédo des universités américaines : “Sionistes hors de la fac!”

L’ancien Président tchèque Vaclav Havel était aussi dramaturge et philosophe. A propos de la maladie de ses contemporains, il affirmait…

Le port houti de Hodeidah sous un déluge de feu israélien

Explosions massives dans le port de Hodeidah, qui déplore des morts et des blessés Les avions de guerre israéliens et…

René Seror. Il faut que tout change pour que rien ne change!

Il faut que tout changepour que rien ne change!J’utilise souvent cette citation du “Guépard”  à dessein !  Hier, juste avant…

Les avocats accusant Israël de “génocide” à la CIJ veulent bannir le pays de la scène foot mondiale

Dans un rapport confidentiel pour l’organisation de justice sociale Eko, des universitaires sud-africains disent qu’Israël “porte atteinte” à la mission…

Adidas cède à la pression, s’excuse et retire la mannequin américano-palestinienne de sa campagne publicitaire

Adidas a lancé une campagne pour promouvoir la réédition de baskets emblématiques des Jeux olympiques de Munich de 1972. L’un…

Le balagan à l’Assemblée

Le communiste André Chassaigne et le patron de La Droite républicaine Laurent Wauquiez AFP / Ludovic Marin / AFP / Bertrand…