fbpx

ven' 21 Juin' 2024

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

“Ce que nous n’avons pu crier à la face du monde, nous l’avons enterré”

En mémoire d’Oyneg Shabbos au cimetière juif de Varsovie

Ce monument à la fois transparent et opaque se trouve dans le cimetière juif de Varsovie. 

Il a été installé là il y a deux ans,  à l’occasion du 78e anniversaire de l’insurrection du ghetto de Varsovie, à l’initiative d’un centre culturel local. 

Il évoque l’organisation clandestine “Oyneg Shabbos” (“Les joies du Shabbath” en Yiddish car ses membres se réunissaient le samedi) qui pendant trois ans, sous la conduite de l’historien Emanuel Ringleblum, a collecté tous les documents (affiches, décrets officiels, publications clandestines,…) et les témoignages (compte-rendus, études, journaux intimes, reportages…) de la destruction des Juifs de Pologne par les Allemands.

Quand, le 24 juillet 1942, débute l’Aktion au cours de laquelle 300 000 habitants du ghetto vont être envoyés à Treblinka pour y être exterminés, une équipe d’ “Oyneg Shabbos” enterre dans des boîtes une partie de ces archives. 

Le jeune David Graber, 18 ans, qui participe à l’opération y inclut son testament où il écrit : “Ce que nous n’avons pu crier à la face du monde, nous l’avons enterré”. Il ne survivra pas.

En janvier 1943, au moment où les Allemands tentent une première fois de liquider le ghetto de Varsovie et que la résistance armée se met en place, une autre équipe d‘”Oyneg Shabbos” enterre le reste de ces 35 000 documents dans des bidons de lait.

On peut voir aujourd’hui l’un de ces bidons dans l’exposition permanente du “Żydowski Instytut Historyczny” / “Jewish Historical Institute de Varsovie” où une émouvante installation permanente relate l’histoire des membres du groupe “Oyneg Shabbos”.

Le papillon jaune que je porte au revers est actuellement distribué à Varsovie par les organisateurs des hommages à l’insurrection du ghetto. Il évoque bien sûr l’étoile jaune mais aussi les jonquilles qu’on voit fleurir dans les installations florales des avenues de la capitale polonaise parce qu’elles symbolisent l’arrivée du printemps.

Le cimetière juif de la rue Okopowa / Cmentarz żydowski w Warszawie est géré par la communauté. Il contient plus de 125 000 tombes et c’est l’un des plus grands au monde. 

On y trouve bien sûr les tombes de nombreuses personnalités de la société juive d’avant et d’après la Shoah et, notamment celle de Marek Edelman, l’un des seuls survivants des groupes de combat qui menèrent l’insurrection désespérée du 19 avril au 16 mai 1943. 

Il y a aussi des tombes de gens bien moins connus mais tout aussi importants comme celle de mon arrière-grand-mère Ester Minska, morte en 1927, et sur laquelle j’ai posé un caillou de mon jardin, en gage de fidélité.

Muzeum Historii Żydów Polskich POLIN

#MemoryUnitesUs

#DaffodilsAktion

#ŁączyNasPamięć

#AkcjaŻonkile

© Pierre Rival

Pierre Rival est écrivain

https://www.jhi.pl/en/oneg-shabbat

L’article “Ce que nous n’avons pu crier à la face du monde, nous l’avons enterré” est apparu en premier sur Tribune Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

Alya : rejoignez notre association DOR HADASH !

 Dor Hadash, notre incubateur d’Alya, nous serons toujours à vos côtés dans tout votre processus d’Alya : de France d’abord, avant…

Deux soldats tombés au champ d’honneur, dont le fils de Laly Deraï

L’armée israélienne a annoncé vendredi les noms de deux soldats tués au combat dans la bande de Gaza par des…

Mosaïque. “Le sort du monde se joue à Gaza”, dit Isaac Franco à Antoine Mercier

20 juin 2024. Quels rapports entre les futures élections en France, la présidentielle américaine et la guerre à Gaza ?…

Jacques Tarnero. En France, tout ne finit pas par des chansons…

Le viol d’une jeune fille juive de douze ans à Courbevoie, samedi dernier, parce qu’elle est juive, par trois adolescents,…

“Des visages et des mains” d’Hannah Assouline. Par Georges Bensoussan.

De la plupart de ces photos d’écrivains ressort une forme de mélancolie face à une vie de savoir et d’écriture.…

Les deux fautes du Président Macron. Par Richard Prasquier

En 10 jours, le Président Emmanuel Macron a pris deux décisions détestables. Celle du 9 juin de dissolution de l’Assemblée…

Liste de programmation des conférences des “Lundis de Wiesel” de l’année universitaire à venir

L’article Liste de programmation des conférences des “Lundis de Wiesel” de l’année universitaire à venir est apparu en premier sur…