fbpx

Négociations en cours pour la libération des membres du Hamas contre des prisonniers israéliens

Le gouvernement israélien a accepté le principe de libérer des prisonniers palestiniens qui n’avaient pas été reconnus coupables du meurtre d’Israéliens. Sinwar, l’un des chefs du Hamas, est partagé entre la volonté de parvenir à un accord et la peur des critiques de la rue.

 

Israël s’oppose à la libération des prisonniers qui ont assassiné des Israéliens, dans le cadre d’un accord avec le Hamas, pour permettre le retour des prisonniers et des personnes disparues de la bande de Gaza, mais serait prêt à libérer d’autres prisonniers qui se trouvent dans les prisons israéliennes. Les autorités israéliennes refusent le projet du Hamas de diviser l’accord potentiel en deux – entre les prisonniers et les disparus.

 

Yahya Sinwar abaisse ses exigences

 

Au cours du week-end dernier, des sources israéliennes ont indiqué que le chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar, avait abaissé son seuil pour faire avancer l’accord. Il y a quelques mois, les Egyptiens ont envoyé un message de Sinwar à Jérusalem, selon lequel il était prêt à parvenir à un accord sur le sujet. Les responsables de la défense ont ensuite examiné les propositions de Sinwar, concluant qu’il y avait une possibilité d’avancer dans les négociations.

 

Le consentement du leader du Hamas à Gaza découle d’une série de raisons : la pression exercée par les prisonniers dans les prisons, certains en mauvaise santé, et leurs familles ; L’épidémie de Covid-19 qui se propage dans la bande de Gaza et augmente le niveau de tension, mais aussi la frustration croissante face à la détérioration de la situation économique. D’autre part, les prochaines élections pour la direction du Hamas devraient avoir lieu en mars 2021.

 

Abra Mengistu et Hisham Shaaban a-Sayed pourraient être libérés

 

Ainsi, Sinwar a annoncé par l’intermédiaire du médiateur égyptien qu’il était prêt à revoir son seuil. Israël a confirmé que les négociations pourraient se poursuivre pour la libération combinée de deux corps des victimes Oron Shaul et Hadar Goldin, et des deux citoyens israéliens, Abra Mengistu et Hisham Shaaban a-Sayed. Il s’agit d’une transaction globale.


Les hauts responsables du Hamas sont exclus de l’accord

 

Plus tard, Sinwar a fait passer une longue liste qui comprenait les principaux prisonniers de palestiniens avec « du sang sur les mains ». Cependant, les dirigeants israéliens ont indiqué que « les meurtriers d’Israéliens ne seront pas libérés des prisons israéliennes, quel que soit leur état de santé. » Les Egyptiens ont transmis le message et en ont discuté à nouveau avec le Hamas.

 

Des sources au sein de Tsahal affirment que « nous avons une grande expérience avec des prisonniers de sécurité de haut rang qui ont du sang sur les mains mourant de maladie en prison et lorsqu’ils sont libérés, ils trouvent soudainement la force et le temps de commettre du terrorisme contre Israël »

 

Sinwar joue gros


Par conséquent, après avoir échangé des messages entre Le Caire, Gaza et Jérusalem, les responsables de la sécurité israéliens ont présenté aux médiateurs égyptiens une déclaration d’intention de libérer « les prisonniers qui n’ont pas assassiné des Israéliens ». On sait que les dirigeants du Hamas n’ont pas encore fait part à l’Égypte de leur position sur la proposition d’Israël. Des sources israéliennes estiment que Sinwar a très peur des critiques de la rue palestinienne, qui s’attend à voir des prisonniers de haut rang emprisonnés en Israël libérés, ainsi que des critiques de hauts responsables de l’organisation, Ismail Haniyeh et Salah Aruri. D’autre part, avec l’approche des élections internes du Hamas, Sinwar sera en mesure de présenter des réalisations économiques, car après cet accord, il sera possible de recevoir le feu vert d’Israël pour des qui réduiront le chômage et amélioreront le niveau de vie.

 

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a noté lors de réunions le mois dernier qu’il n’approuverait pas les projets économiques à Gaza sans avancées dans l’accord sur les prisonniers de guerre et les personnes disparues, à l’exception des opérations humanitaires qui sont examinées chaque semaine avec le coordonnateur des opérations gouvernementales dans les territoires, le général de division Kamil Abu Rokon.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

Préparation pour le défilé du drapeau à Jérusalem ; Tsahal se prépare à l'éventualité d'une escalade

Dans l’ombre des menaces du Hamas et lorsque le bureau du Premier ministre remanie gouvernement, la parade des drapeaux commence.…

Les ultra-orthodoxes s'habituent à l'opposition

Le parti Shas et le parti judaïsme de la Torah s’adaptent à une réalité qu’ils ont déjà oubliée – le…

Bennett et les ministres ont été photographiés à la Maison du Président, le Premier ministre a visité la tombe de son ami, feu le lieutenant-colonel Emanuel Moreno

Le 36e gouvernement, après 12 ans : le premier ministre Naftali Bennett, le vice-premier ministre Yair Lapid, dont le président…

Pologne : "le Juif à la pièce d'argent", un porte-bonheur qui fait débat

Jeudi, le quotidien polonais Gazeta Wyborcza a rapporté les paroles du conseiller municipal chargé des affaires Culturelles Robert Piaskowski qui…

Neuf pistolets, une Kalachnikov et un M16 : Tsahal et les forces de police déjouent une vente d'armes dans le nord de la vallée du Jourdain

Lors d’une opération conjointe, les combattants ont déjoué un marché d’armes dans la zone nord de la brigade « Vallée et…

Reportage : Trump, Netanyahu et Ben Salman ont œuvré pour affaiblir le statut du roi de Jordanie

Le Washington Post a rapporté que derrière l’arrestation de l’ancien régent il y a deux mois, il y a des…

L'État cessera de financer les dépenses de Netanyahu à Balfour demain - sera-t-il obligé de payer des impôts sur le séjour prolongé à la résidence du Premier ministre ?

Selon un avis formulé par le conseiller juridique du Cabinet du Premier ministre, l’Etat cessera de financer les dépenses après…
Aller au contenu principal