fbpx

lun' 26 Fév' 2024

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le PDG de NSO (Israël), Shalev Hulio, est viré. 100 employés licenciés.

La société israélienne NSO, fabricant du logiciel d’espionnage Pegasus, a annoncé dimanche une « réorganisation » de ses activités, le départ de son PDG et sa volonté de recentrer ses ventes sur les pays membres de l’Otan. En fait NSO traverse une période dramatique. Des rumeurs infondées parlent de la faillite à venir de NSO.

Autre information liée à NSO : « Le Quai d’Orsay a infligé une sanction financière symbolique à Gérard Araud, ancien ambassadeur de France en Israël et aux États-Unis. Le diplomate n’avait pas sollicité d’autorisation avant de rejoindre plusieurs entreprises étrangères, dont NSO Group, concepteur du logiciel espion Pegasus ».

SELON I24NEWS :

« NSO group annonce aujourd’hui une réorganisation de la compagnie et le départ du PDG Shalev Hulio, remplacé par Yaron Shohat, actuel directeur des opérations qui présidera à la réorganisation », a indiqué la société dans un communiqué transmis à l’AFP.

La société a indiqué « réorganiser l’ensemble de ses activités », « rationaliser ses opérations » et ce, afin de « demeurer l’une des plus grandes sociétés de cybertech au monde ». Elle a par ailleurs souligné qu’elle allait concentrer ses ventes « aux pays membres de l’Otan ».

A l’été 2021, NSO s’était retrouvé sous le feu des projecteurs après qu’un consortium de médias a révélé que les numéros de téléphone d’au moins 180 journalistes, 600 hommes et femmes politiques, 85 militants des droits humains ou encore 65 chefs d’entreprises avaient été espionnés via son logiciel Pegasus.

Cet outil informatique, considéré comme une « arme » par la défense israélienne qui doit donner le feu vert à son exportation, permet par exemple d’activer à distance les caméras et les micros d’un smartphone.

La firme NSO répète depuis ces révélations, et d’autres qui ont suivi, avoir obtenu les licences pour exporter son logiciel et que ce dernier, destiné au contreterrorisme et à la lutte contre la criminalité, pourrait avoir été « détourné » de son usage par certains clients.

Mais ces révélations et une dette contractée au préalable par le groupe ont amputé sa trésorerie menaçant jusqu’à la survie de cette société phare de cybertech israélienne, selon des documents judiciaires consultés en début d’année par l’AFP.

Ces documents faisaient état d’une bataille interne sur les pays à qui le groupe devait vendre sa technologie, certains créanciers disant ne pas s’opposer à sa vente à des pays dits « à risque élevé » en raison de leur bilan en matière de respect des droits humains, pour éviter de perdre de l’argent.

Selon ces documents, Berkeley Research Group (BRG), firme américaine de management qui gère la majorité des parts du groupe s’y opposait, en insistant sur la priorité pour NSO de sortir de la liste noire américaine des entreprises menaçant la sécurité d’Etat sur laquelle elle a été placée en novembre. (I24NEWS).

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

Israël est en guerre,la vérité aussi…

Aux côtés des soldats de Tsahal qui se battent sur le front, nous devons tous prendre notre part à la…

Le Hezbollah a abattu un drone : attaques à Baalbeck au Liban, pour la première fois depuis le début de la guerre

Attaques en profondeur à plus de 100 km de la frontière   Pour la première fois depuis des années :…

Israël élimine 2 membres du Hezbollah qui se déplaçaient dans le nord de la Syrie

Israël a liquidé 2 membres du Hezbollah qui se déplaçaient dans le nord de la Syrie, près de la frontière…

Le Premier ministre palestinien soumet la démission de son gouvernement

“Je vois que la prochaine étape et ses défis nécessitent de nouveaux arrangements gouvernementaux et politiques” Le Premier ministre palestinien,…

“Supernova”. Le documentaire sur le massacre à la rave-party le 7 octobre, projeté aux États-Unis

Le site de la rave organisée aux abords de la frontière avec Gaza où le Hamas a commis un carnage…

Frédéric Sroussi. Pour Israël, une solution comme celle du “Haut-Karabagh” est-elle possible ?

Guerre et politique de Karl von Clausewitz à Raymond Aron Alors que les États occidentaux, toujours bouchés à l’émeri, continuent…

Jean Mizrahi. Pourquoi je ne vais plus à la cérémonie des César

In “La Tribune”. Lien en bas de page Cet article par deux avocates sur les pratiques de l’académie des César…