L’accord historique entre Israël et les Emirats Arabes Unis

Depuis septembre, l’Etat d’Israël et les Emirats Arabes Unis doivent acter la normalisation de leurs relations. Les Emirats Arabes Unis deviendraient alors le troisième pays arabe à avoir des relations diplomatiques officielles avec Israël.

 

Israël et les Emirats Arabes Unis ont annoncé la normalisation de leurs relations diplomatiques. Cette décision historique sera actée d’ici trois semaines à Washington. Dans un contexte de menace iranienne, Israël et les monarchies pétrolière du Golfe Persique multiplient les alliances.

Discours de Benyamin Netanyahou, Premier ministre israélien:

  1. En quoi est-ce historique ?

Jusqu’à cette annonce, les deux seuls pays Arabes ayant des relations diplomatiques avec Israël sont l’Egypte, depuis 1979 et la Jordanie, depuis 1994. Les Emirats Arabes Unis deviendraient donc le troisième pays Arabe à reconnaître officiellement l’Etat d’Israël. Jeudi, lors de sa conférence de presse, Benjamin Netanyahu a annoncé le début d’une nouvelle ère pour les relations d’Israël avec les pays Arabes, invitant les voisins des Emirats Arabes Unis à également normaliser leurs relations avec l’Etat d’Israël. Cet accord entre Israël et les Emirats Arabes Unis pourrait conduire à des accords de paix entre Israël et d’autres monarchies pétrolière du Golfe, comme Barhein ou l’Arabie Saoudite. De tels alliances modifieraient profondément les équilibres géopolitiques au Moyen Orient, sortant Israël de son isolement dans la région et renforçant sa position face à l’Iran.

  1. Cet accord était-il attendu ?

Depuis les accords d’Oslo en 1993, il existe des relations diplomatiques officieuses entre Israël et les pays du Golfe. Les politiciens, militaires ou hommes d’affaires israéliens et Emiratis se rencontrent régulièrement. Israël vend du matériel militaire à l’armée des Emirats Arabes Unis. Ces dernières années, les Emirats avaient également autorisé des sportifs israéliens à participer à des compétitions ayant lieu sur son territoire. Israël devait même tenir un stand à l’exposition universelle de Dubaï, sans y affichée son drapeau mais cette dernière a été annulée à cause du Coronavirus.

  1. Qu’est-ce qui va changer concrètement ?

Les diplomates des deux pays définiront les détails des accords dans les prochaines semaines. Dès cet automne, des vols directs relieront Israël et les Emirats Arabes Unis et il sera possible pour les résidents des deux pays d’obtenir des visas touristiques. De nombreux israéliens se sont enthousiasmés à l’idée de pouvoir visiter Dubaï. Ce nouvel accord devrait dépasser les relations existantes principalement basés sur les ventes d’équipements militaires. Au vu des relations entre Israël et l’Egypte et la Jordanie, il est peu probable que ce nouvel accord entre Israël et les Emirats Arabes Unis débouche sur un rapprochement culturel, des échanges linguistiques et des jumelages. Des années après les accords de paix, les relations entre Israël et l’Egypte et la Jordanie restent relativement froides.

 

    1. Quel rôle ont joué les Etats-Unis ?

    Donald Trump, a utilisé ses excellentes relations avec Israël comme avec les Emirats Arabes Unis pour obtenir cet accord. Depuis le début de son mandat, Trump tente de créer une coalition entre Israël et les pays Arabes sunnites pour faire face à la menace iranienne. Jared Kushner, plus proche conseiller de Trump s’est particulièrement impliqué dans le rapprochement entre Israël et les Emirats Arabes Unis Pour le politologue et enseignant à l’université de Tel Aviv, Denis Charbit : « Très clairement c’est un cadeau que les Emirats viennent de faire aux Etats-Unis. Après, ils y gagnent aussi : vis-à-vis de l’Iran, qui prend de l’influence dans la région, et Israël, qui est une puissance régionale économique, commerciale et une porte ouverte sur les Etats-Unis ».

    1. Cet accord va-t-il bénéficier à Trump et Netanyahou ?

    A peine trois mois avant les élections américaines, Trump a déclaré que cet accord était une « percée spectaculaire ». C’est un succès diplomatique indéniable que Trump va pouvoir utiliser face à son adversaire, Joe Biden. Cet accord a également permis de redorer l’image de Benjamin Netanyahou, alors qu’une partie de la gauche israélienne manifeste contre lui.

    1. Pourquoi les Palestiniens se sentent « trahis » ?

    Si pendant longtemps la normalisation des relations entre Israël et les pays Arabes a été conditionné à la résolution du conflit israélo palestinien, les choses sont en train de changer. Dans un contexte géopolitique moyen oriental dominé par la menace du nucléaire iranien, les monarchie pétrolières sunnites ont tout intérêt à se rapprocher de l’Etat Hébreu. Dans le même temps, des intellectuels des pays du Golfe dénoncent l’intransigeance des Palestiniens et leur parasitisme vis-à-vis des pays des monarchies pétrolières, ce qui n’est pas sans faire référence aux dirigeants palestiniens qui ont, en pleine pandémie de coronavirus, refusé deux fois l’aide médicale envoyé par les Emirats Arabes Unis sous prétexte qu’elle avait été coordonnée avec Israël et non directement avec eux. Le prochain accord entre les Emirats Arabes Unis et Israël n’exige aucune concession de la part de l’Etat Hébreu, mis à part l’annulation de l’annexion des communautés juives de Judée Samarie. Si le prince héritier Mohammed ben Zayed Al-Nahyane a déclaré « un accord a été trouvé pour mettre fin à toute annexion supplémentaire », Benjamin Netanyahou, lui, a précisé qu’Israël « avait reporté » mais « pas renoncé » au plan d’annexion. Le Premier ministre israélien a résumé « j’ai apporté la pays, je réaliserais l’annexion ».

    Cet accord a fortement déplu aux dirigeants palestiniens qui ont rappelé leur ambassadeur à Abu Dhabi. Pour Denis Chabrit « Clairement, le rapport de force est pour l’instant du côté d’Israël. Mais si les normalisations continuent pays par pays et qu’à chaque fois Israël doit faire des concessions, les Palestiniens pourront espérer gagner au change ».

    1. Comment réagit la communauté internationale

    A la suite de la déclaration de rapprochement entre Israël et les Emirats Arabes Unis, la France a félicité ce futur traité de paix ainsi que la décision d’Israël de « suspendre l’annexion de territoires palestiniens ». Le Royaume-Uni a, quant à lui, salué « une étape historique qui voit la normalisation des relations entre deux grands amis du Royaume-Uni ». L’Allemagne considère cet accord comme une « contribution important à la paix ». L’Egypte, le Sultana d’Oman et Barheïn ont également applaudit cette annonce, ouvrant des perspectives de futurs accords avec d’autres pays du Golfe. L’Arabie Saoudite n’a, par contre, pas réagit. Outre la réaction virulente de l’Autorité Palestinienne, la Turquie envisage de rappeler également son ambassadeur au Emirats Arabes Unis et l’Iran a qualifié ce nouvel accord de paix de « stupidité stratégique ».

    Pour suivre toutes les infos concernant les Emirats Arabes Unis et Israël, rendez-vous sur le site dubaisrael.com (en hebreu).

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

Coronavirus : réouverture des magasins non essentiels

Suite à la baisse du taux d’infection en Israël, le cabinet Corona a approuvé la réouverture des magasins non essentiels…

Elbit Systems et la marine américaine signe un contrat de 35 millions de dollars.

Elbit Systems, entreprise israélienne de la défense, et la marine américaine ont signé un accord portant sur l’entretien ainsi que…

Israël et la Corée du Sud vont signer un accord de libre-échange pour renforcer leur partenariat technologique.

Cet accord de libre-échange aurait déjà dû être signé mais la signature a finalement été retardée du fait des récentes…

Coronavirus en Israël : la potentielle fermeture de 70 000 entreprises.

La crise du coronavirus a fait des dégâts au niveau humain mais également au niveau économique. En effet, les conséquences…

En Israël, un reconfinement efficace mais qui a eu un coût important

Israël est l’un des premiers Etat au monde à avoir mis en œuvre un reconfinement. Un mois après, cette stratégie…

Plateau du Golan : les menaces de l'Iran à l’égard d’Israël

La République islamique d’Iran souhaite libérer toutes « les zones occupées » par l’Etat d’Israël.  Ebrahim Raisi, responsable de la justice iranienne,…

Le FinTech Innovation Lab "Asie-Pacifique 2020" d'Accenture : le choix de la Start-Up israélienne.

Accenture, entreprise internationale de conseil et de technologies, devait choisir 10 Start-Ups pour sa 7ème édition annuelle du FinTech Innovation…