fbpx

lun' 24 Juin' 2024

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Il est plus important pour les dirigeants palestiniens de frapper Israël que de sauver la vie des habitants de l’Autorité palestinienne

Le refus de la direction de Ramallah d’accepter un million de vaccins Pfizer prouve une fois de plus qu’au moment de vérité il n’y a pas de partenaire de l’autre côté.

L’annonce par l’Autorité palestinienne de son refus d’accepter d’Israël environ un million de doses de vaccins Pfizer, en fait, révèle à quel point les intérêts sanitaires des résidents de l’Autorité palestinienne n’intéressent pas vraiment la direction de Ramallah.

Comme vous vous en souvenez peut-être, le Premier ministre palestinien Muhammad Ashtiya a annoncé vendredi lors d’une conférence de presse qu’il annulait l’accord de transfert d’un million de vaccins Pfizer d’Israël à l’Autorité palestinienne. L’annonce d’Ashtiya est intervenue après que 100 000 doses de vaccin aient déjà été transférées à l’Autorité palestinienne. Il a affirmé que l’accord avait été annulé après qu’il est devenu clair pour les professionnels du ministère palestinien de la Santé que la cargaison livrée ne respectait pas les termes de l’accord, car les vaccins livrés expireraient dans quelques semaines.

Cependant, lorsque les détails deviennent clairs en profondeur, une image complètement différente émerge. Le ministère de la Santé à Ramallah était conscient du fait que ce sont 100 000 doses de vaccin qui expireront dans les semaines à venir, et que les doses de vaccin restantes qui seront transférées à l’Autorité palestinienne le sont pour 6 à 3 mois supplémentaires.

Avant la signature de l’accord sur le transfert des doses de vaccins, les professionnels du ministère palestinien de la Santé et du ministère de la Santé en Israël ont contacté les professionnels de Pfizer et leur ont demandé leur avis sur la question. Ce n’est qu’après que Pfizer a confirmé que les doses de vaccin en question pouvaient être utilisées, malgré leur courte date d’expiration, que l’accord a été signé – et le ministre palestinien de la Santé a même publié une déclaration saluant la décision du ministère de la Santé en Israël et dirigé par le ministre de la Santé. Nitzan Horowitz.

Le ministère de la Santé a également souligné hier que « la livraison des vaccins transférés à l’Autorité palestinienne est tout à fait normale », et a précisé que « les dates de péremption étaient connues et convenues ». L’annonce du ministère de la Santé a également déclaré que « les vaccins qui ont été administrés aux Palestiniens sont identiques en tous points aux vaccins qui sont actuellement administrés aux citoyens de l’État d’Israël ».

Mais après qu’il soit devenu clair que les Palestiniens étaient intéressés par le transfert de la plupart des vaccins reçus dans la première phase vers la bande de Gaza, Israël a annoncé qu’il mettait son veto au transfert des vaccins à Gaza. En outre, un message sans équivoque a été envoyé au ministère de la Santé à Ramallah selon lequel Israël veillerait à ce que les vaccins reçus par l’Autorité palestinienne ne soient pas transférés dans la bande de Gaza via les postes frontaliers sous contrôle israélien.

À ce stade, les Palestiniens ont décidé de contrecarrer l’accord de vaccination, affirmant que les professionnels du ministère de la Santé à Ramallah n’approuvaient pas l’utilisation de vaccins qui devaient expirer dans quelques semaines. Ceci malgré le fait que Pfizer a clairement confirmé que ces vaccins peuvent être utilisés pendant trois mois à compter de la date d’expiration recommandée, et qu’environ un million de vaccins Pfizer supplémentaires qui seront transférés à l’Autorité palestinienne plus tard sont pour 6-3 mois et qu’il n’y a aucun obstacle à leur utilisation.

Il s’avère qu’il est plus commode pour les Palestiniens de blâmer d’Israël même lorsqu’il s’agit d’un accord humanitaire, puisque même selon de hauts responsables du ministère palestinien, n’avait été le veto israélien sur le transfert de vaccins à la bande de Gaza contrôlée par le Hamas, l’accord de vaccination aurait été mis en œuvre.

Il est plus important pour la direction palestinienne de frapper le gouvernement israélien et de noircir son image, que le ministre de la Santé soit Nitzan Horowitz ou Yuli Edelstein. Désormais, il y aura aussi des Japonais dans le gouvernement israélien car avec les dirigeants actuellement assis à la Muqata, il est impossible de faire des affaires, même en ce qui concerne la santé et la qualité de vie des résidents palestiniens de Judée-Samarie.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

Frédéric Sroussi. Tapiro, Eklfrief, Meyer Habib, UEJF : quand mes coreligionnaires anti-RN deviennent les idiots utiles de LFI

Ils sont victimes d’antisémitisme de la part des islamo-gauchistes de LFI et consorts, mais ils continuent de conspuer le RN…

Hagay Sobol. Face à Bardella et Mélenchon, une autre voie existe, celle des modérés !

L’avenir de la France ne limite pas au choix entre le RN et LFI. La désintégration des partis ouvre la…

Le viol à la gloire de la Palestine – Rachel Israel & Fadila Maaroufi. “Perditions idéologiques”

Réflexions sur le viol commis par trois jeunes adolescents. Le sadisme narcissique, le rite de passage pour le néo-converti en…

Viol de Courbevoie : “L’abandon de longue date de la lutte contre l’antisémitisme se paye au prix fort”. Renée Fregosi

TRIBUNE. Le président Emmanuel Macron a demandé à sa ministre de l’Éducation nationale d’organiser des discussions en classe suite au…

Barbara Lefebvre. Sarah Halimi, Courbevoie… Non Emmanuel Macron, l’explosion de la haine antijuive en France n’est pas “inexplicable”

“Pour combattre la haine des juifs et des sionistes, termes interchangeables dans le logos antisémite depuis fort longtemps, il est…

Liliane Messika. L’avenir de l’Europe se joue-t-il à Gaza ?

En juin 2024, à la veille de nouvelles élections législatives, la France se clive entre des extrême-droites qui défendent les…

“Antisémitisme: Il y a quelque chose de pourri au royaume de Belgique”. Tribune de Joël Rubinfeld, président de la Ligue belge contre l’antisémitisme

L’attaque meurtrière du 7 octobre 2023 a déclenché une libération de la parole et des actes antisémites. Entre politiques alignés sur…