fbpx

Le chef de Tsahal fait allusion à l’implication israélienne dans les récentes attaques présumées contre l’Iran

Ce commentaire intervient au milieu des informations faisant état d’une cyberattaque apparente sur un site nucléaire iranien, le raid commando israélien signalé la semaine dernière un navire de commandement iranien en mer Rouge.

Aviv Kohavi, un gradé de Tsahal a semblé faire allusion à l’implication israélienne dans les récentes attaques contre des actifs iraniens ces dernières semaines dimanche, affirmant que Téhéran «réfléchissait soigneusement» à la manière de réagir.

«Les actions des Forces de défense israéliennes dans tout le Moyen-Orient ne sont pas cachées aux yeux de nos ennemis. Ils nous observent, voient nos capacités et examinent attentivement leurs prochaines étapes », a déclaré Kohavi.

Le commandant militaire a fait ses remarques lors d’une cérémonie au cimetière national du mont Herzl en l’honneur des soldats tombés pendant les guerres d’Israël, avant Yom HaZikaron de mercredi.

Les commentaires de Kohavi sont intervenus quelques heures après que des informations venues d’Iran selon lesquelles son site nucléaire de Natanz avait connu un problème concernant son réseau de distribution électrique et quelques jours après que des commandos israéliens auraient fait exploser des mines de patelle sur un prétendu navire de commandement du Corps des gardiens de la révolution islamique en mer Rouge.

Israël n’a officiellement commenté aucun de ces deux cas. L’Iran n’a pas accusé Jérusalem d’être à l’origine du problème électrique à Natanz, mais l’État juif a été largement présumé responsable à la lumière d’incidents similaires dans le passé qui auraient été le résultat de cyberattaques israéliennes.

Dans le cas de dimanche, l’électricité a été coupée sur l’ensemble de l’installation, y compris les ateliers hors sol et les salles d’enrichissement souterraines, a déclaré le porte-parole du programme nucléaire civil iranien Behrouz Kamalvandi à la télévision d’État.

«Ici, l’électricité a effectivement été coupée, et nous ne connaissons pas la raison de la panne», a-t-il déclaré. “L’incident fait l’objet d’une enquête et nous vous en informerons au fur et à mesure que nous le découvrirons.”

Israël a été accusé d’avoir attaqué une usine avancée de développement et d’assemblage de centrifugeuses à Natanz en juillet. Il a également été blâmé, avec les États-Unis, pour le virus Stuxnet qui a saboté les centrifugeuses d’enrichissement iraniennes il y a dix ans.

Téhéran et Jérusalem sont également actuellement engagés dans une guerre de l’ombre maritime, les deux parties accusant l’autre d’explosions sur des navires.

Au milieu des tensions croissantes dans la région autour des activités nucléaires de l’Iran et d’une éventuelle reprise de l’accord nucléaire de 2015, un accord auquel le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est opposé avec véhémence, le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, est arrivé dimanche en Israël pour des entretiens avec de hauts responsables.

L’Iran a annoncé samedi qu’il avait démarré des centrifugeuses avancées IR-6 et IR-5 qui enrichissent l’uranium plus rapidement, dans une nouvelle violation de ses engagements dans le cadre de l’accord nucléaire de 2015.

Il a également déclaré avoir commencé des tests mécaniques sur une centrifugeuse nucléaire encore plus rapide: l’IR-9. La sortie de la centrifugeuse IR-9, lorsqu’elle sera opérationnelle, serait 50 fois plus rapide que la première centrifugeuse iranienne, l’IR-1, qui est la seule que l’accord de 2015 lui permet d’utiliser. Le programme nucléaire iranien développe également des centrifugeuses IR-8.

Vendredi soir, Kamalvandi a déclaré que le pays enrichissait du matériel à un rythme rapide – en violation de l’accord nucléaire – ajoutant que si les «parties occidentales» continuaient à retarder la levée des sanctions, elles seraient le «grand perdant».

L’Iran a rencontré les signataires de l’accord à Vienne la semaine dernière. Les pourparlers ont éclaté vendredi, sans aucun signe clair de progrès.

Les États-Unis ont déclaré qu’ils avaient proposé des idées «très sérieuses» sur la relance de l’accord nucléaire, mais attendaient que Téhéran lui rende la pareille.

Le président américain Joe Biden espère revenir à l’accord de 2015, que son prédécesseur Donald Trump avait abandonné en lançant une campagne de «pression maximale» dans l’espoir de mettre Téhéran à genoux, mais a maintenu qu’il ne lèvera les sanctions contre l’Iran qu’une fois qu’il retourne au respect de l’accord nucléaire.

Netanyahu s’oppose fermement à cet effort, considérant l’accord de 2015 comme insuffisant pour mettre un terme au programme nucléaire iranien, au développement de missiles balistiques et à d’autres activités dans la région.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

La chaine Rami Levy retire des produits des rayons : « Ne les consommez pas »

Infos Israel News actualités : La chaîne retire deux produits qui contiennent la présence de résidus d’allergènes de type soja…

Mohammed Guerroumi. La pudibonderie hors du temps!

Quand la religion des hommes restreint la liberté au nom de la pudeur excessive, voire de la chasteté, elle crée…

Maxime Tandonnet. Un pouvoir gravement déstabilisé

« Le président de la République, qui a chargé Elisabeth Borne de bâtir «un nouveau gouvernement d’action», a annoncé pouvoir…

Israël participe pour la première fois à un exercice militaire international au Maroc

Officiers participant à la cérémonie d’ouverture d’”African Lion 2022″, à Agadir au Maroc, le 20 juin 2022. Fadel Senna/AFP L’exercice…

Charles Rojzman. Nouvelles utopies révolutionnaires

L’utopie communiste ayant échoué, dans sa tentative d’inventer l’égalité de tous, ( ” Du passé faisons table rase, Foule esclave,…

Pierre Lurçat. Victor Soskice – Le héros de mon adolescence

J’étais parti sur les traces de Victor, héros mort à l’âge de vingt-deux ans qui avait joué un rôle essentiel…

Ypsilantis. Quelques “Je me souviens”, Quelques souvenirs de voyages

Le théâtre de Dodone, Grèce Je me souviens de buissons et même de petits arbres qui à Lisbonne poussaient dans…