fbpx

Comment circuler en Israël ?

Table des matières

Israël est particulièrement bien desservi par différents moyens de transport et à des tarifs accessibles. En ce qui concerne la circulation en Cisjordanie, des bus relient les différentes villes à l’est de Jérusalem. Il est également possible de prendre des taxis ou des Sherout (système de taxis partagés qui partent lorsqu’ils sont entièrement remplis). Pour tout savoir sur comment circuler en Israël, voici notre guide complet.

Le réseau de bus en Israël

Des cars circulant plusieurs fois par jour, desservent la quasi-totalité des villes et des villages israéliens. Toutefois, il faut savoir qu’il est plus difficile de circuler en bus entre le vendredi après-midi et le samedi soir. Seules les lignes interurbaines d’Eilat et de Majdal Shams fonctionnent dans ce créneau.

Pour information, un bus pour aller de Jérusalem à Tel-Aviv vous coûtera 19 NIS (soit près de 5 €). Pour circuler entre Tel-Aviv et Kiryat Shmona, comptez 49,50 NIS (environ 12,50 €). Enfin, pour vous rendre à Eilat depuis Tel-Aviv vous devrez débourser 82 NIS (20,80 €).

Pour vous procurer un titre de transport, rien de plus simple. Vous pouvez vous rendre directement aux guichets des gares routières ou acheter un billet auprès d’un chauffeur de bus. Si vous en avez la possibilité, nous vous conseillons de prendre un billet aller-retour qui vous coûtera environ 15 % moins cher que si vous prenez deux billets à l’unité.

La carte rechargeable Rav-Kav vous permet d’obtenir des réductions intéressantes sur vos transports. Elle existe en deux versions : Ishi ou personnalisée, pour laquelle on vous demandera de remplir un formulaire et de fournir une photo d’identité. Ou Anonimi, soit anonyme avec laquelle les réductions sont moindre mais pour laquelle vous n’aurez aucune démarche administrative à produire.

Vous pourrez ainsi bénéficier de réduction pouvant aller jusqu’à 20 % sur les transports, mais vous devrez posséder un compte Rav-Kav différent pour chaque compagnie de bus. Sachez qu’une même carte peut intégrer la gestion de huit comptes au maximum.

Il existe en Israël, une vingtaine de compagnies de bus différentes. Pour trouver un trajet, vous devrez consulter le site public Transportation Info Center qui vous détaillera en anglais toutes les informations relatives aux lignes de transport, aux horaires des bus et aux tarifs des trajets.

Ce site est également disponible sous forme d’applications mobiles compatibles avec Android ou Ios. Il est également possible de recevoir les informations par SMS en envoyant votre question précédée du mot « otobus » au 4949. Attention toutefois, ce service ne fonctionne qu’en hébreu.

En ce qui concerne les trajets via ou vers Eilat avec la compagnie Egged, il vous faudra réserver le voyage à l’avance (au maximum 14 jours avant le départ). Vous pouvez pour ce faire, utiliser internet (site www.egged.co.il) ou effectuer la réservation par téléphone. Si vous constatez que vous ne pouvez régler qu’à la condition où vous détenez une carte bancaire israélienne, pensez à PayPal.

Le réseau de bus en Cisjordanie

En ce qui concerne le réseau de bus en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, ce sont des compagnies arabes qui sillonnent les routes. Vous pourrez facilement trouver un bus pour vous transporter n’importe quel jour de la semaine.

Le réseau de bus en Cisjordanie

Si votre séjour en Israël ou en Cisjordanie est de courte durée ou si vous savez précisément quels lieux vous souhaitez visiter, vous pouvez opter pour un système de circuit organisé. Vous pourrez trouver un circuit qui se rapproche de vos convictions et de vos attentes en termes de tourisme.

Par exemple, la Society for the Protection of Nature in Israel, propose des circuits spécialement étudiés pour plaire aux personnes proches de la nature. Voici quelques adresses de tours qui proposent des excursions et des circuits diversifiés :

  • La compagnie Abraham Tours qui prépare et propose aux touristes des excursions d’une journée vers différentes destinations comme Jérusalem, la Cisjordanie, la mer Morte, Massada, Haïfa, la Galilée, le Golan ou encore pour Pétra.
  • Bein Harim Tours prévoit des circuits sur mesure en Israël et à Pétra.
  • Society for the Protection of Nature in Israel : ce sont surtout des circuits verts, possibles à réaliser en famille d’un ou plusieurs jours. Vous pourrez par exemple vous rendre dans le désert afin de regarder les étoiles à la nuit tombée.
  • La compagnie haut de gamme Touring Israel met également de nombreux circuits sur mesure à la disposition des voyageurs.
  • Enfin, United Tours est la plus grosse compagnie proposant aux visiteurs des circuits d’un ou deux jours à travers le pays.

Les circuits organisés en Palestine

Voici les principales compagnies auxquelles vous pourrez vous adresser pour effectuer des circuits dans les territoires palestiniens :

  • La compagnie Alternative Tours propose aux voyageurs étrangers des circuits touristiques, mais également à teneur politique durant une journée.
  • Green Olive Tours organise également des excursions, d’un ou plusieurs jours, agrémentées d’informations politiques.
  • Monsieur Hijazi Eid, de la compagnie Hijazi Travel, propose aux visiteurs des circuits de randonnée et de trekking ainsi que des excursions en ville.

Se déplacer en stop

Si vous êtes un amateur du déplacement en stop, sachez que cette pratique est fortement déconseillée en Israël. Il subsiste encore différents types de violences, comme des enlèvements, auxquelles il ne vaut mieux pas s’exposer, surtout si vous êtes une femme.

Très peu répandu, sauf dans le Golan et la haute Galilée, le stop se fait en pointant l’index vers le sol en Israël contrairement au pouce levé ailleurs dans le monde. Si vous n’avez vraiment pas d’autre choix que de faire du stop, faites très attention à monter dans des véhicules sûrs.

Voyager en sherout

Connaissez-vous le principe du sherout ? Appelé ainsi en Israël et « service taxi » en Palestine, c’est un mode de transport partagé. Des minibus comportant en général 13 places sillonnent la région selon un itinéraire prédéfini. Les tarifs sont fixes et abordables et les arrêts sont variables.

Sachez que vous circulerez plus facilement en sherout qu’en autocar, mais vous pouvez avoir un peu d’attente (environ 20 minutes maximum), car ils sont très vite complets. Comme les arrêts ne sont pas fixes, vous pourrez décider de descendre où bon vous semblera. Cependant, vous devrez payer le tarif de l’itinéraire complet.

Vous trouverez facilement une station de sherout car elles sont bien indiquées et facilement reconnaissables. Ces véhicules multiplaces circulent 7 j/7 et 24 h/24, y compris durant le shabbat et autres festivité juives. Le billet vous coûtera un peu moins cher que celui d’un bus, sauf durant ces périodes de festivités.

En Cisjordanie également ces services de transport circulent abondamment. Vous pourrez choisir parmi des véhicules variés comme des voitures simples ou des minibus. Vous les trouverez principalement aux abords des grandes places touristiques.

Le réseau ferroviaire

Le réseau de trains est géré par la compagnie Israel Railways qui dispose de nombreux véhicules confortables. Vous pouvez vous renseigner avant le départ en vous rapprochant du Public Transportation Info Center. Il est important de savoir toutefois que les trains ne circulent pas du vendredi après-midi au samedi soir.

Il sera plus intéressant de savoir que les billets aller-retour coûtent moins cher que les billets simples. Si vous voyagez avec un enfant de moins de 10 ans, le prix du billet de train sera minoré de 20 %. Si vous êtes une personne à mobilité réduite, privilégiez le train pour voyager, car il est accessible en fauteuil rouant contrairement aux bus.

La ligne de train israélienne historique fut achevée en 1892 et possède la particularité d’être panoramique. Elle relie trois gares de Tel-Aviv à Jérusalem. On peut se rendre de Tel-Aviv à Haïfa, Acre ou Nahariyya en empruntant la ligne majoritaire qui longe la côte méditerranéenne.

Vous pourrez également emprunter le réseau ferroviaire pour rejoindre l’aéroport Ben Gourion. D’autres lignes de TGV ont été construites entre les années 2016 et 2017. Une reliant Tel-Aviv à Jérusalem et une autre entre Haïfa et Beit She’ran.

Prendre un taxi

Les taxis simples sont également pratiques, mais il faut faire attention aux tarifs, parfois malhonnêtes, demandés par certains chauffeurs. Assurez-vous également que le compteur est bien remis à zéro avant de démarrer votre trajet. Si le chauffeur refuse de le mettre, précisez-lui que la loi va dans le sens de votre demande.

À titre informatif, le prix d’un trajet en taxi au sein de Jérusalem ou de Tel-Aviv doit être compris entre 30 et 50 NIS (soit entre 7,50 € et 12,80 € environ). Entre 21 heures et 5 h 30 du matin, vous vous verrez appliquer un tarif de nuit majoré de 25 %. Il en sera de même pour prendre le taxi durant le jour de shabbat et des autres jours de célébration juive.

Si vous devez être récupéré par un taxi à votre arrivée de l’aéroport, vous paierez automatiquement un supplément de 5 NIS. Pour un bagage, il vous sera demandé 4,40 NIS supplémentaires. Le 3e et le 4e passager paieront également 4,90 € de surplus. Enfin, une réservation par téléphone vous sera facturée 5,20 NIS.

Rouler à vélo en Israël

Avez-vous pensé à vous déplacer à vélo en Israël ? Les courtes distances entre les différents sites peuvent en tout cas vous y inciter. Renseignez-vous tout de même sur les diverses autorisations de circuler à vélo et restez vigilants face à la conduite, parfois dangereuse, des automobilistes israéliens ou étrangers.

Il existe de nombreux chemins magnifiques et pittoresques à découvrir à vélo. De plus, ce moyen de transport ne vous coûtera peu, voire rien si vous avez votre propre bicyclette, et l’environnement vous dira merci. Par contre, il faut vous alerter sur le fait que vous pourriez énormément souffrir de la chaleur. Pour éviter tout problème de santé, pensez à bien vous hydrater et à partir en excursion le plus tôt possible dans la matinée.

Étudiez scrupuleusement vos itinéraires avant de les emprunter afin d’anticiper l’état des routes, les montées et descentes ainsi que les grosses chaleurs. Pour profiter d’un moment privilégié à vélo, nous vous conseillons de randonner autour du lac de Tibériade. Vous pourrez d’ailleurs louer des vélos sur place.

Vous pourrez monter à bord d’un bus ou d’un train avec votre vélo sans supplément sauf durant les heures de pointe (de 6 h à 9 h et de 15 h à 19 h) afin de ne pas gêner les usagers. Si vous n’avez pas votre propre vélo, vous pourrez très facilement en louer un en Israël que ce soit pour une journée ou une semaine.

En revanche, en Palestine il sera plus difficile de louer une bicyclette, mais vous pourrez circuler sans problème d’une ville à l’autre sur votre propre vélo. En ce qui concerne les compagnies aériennes, si certaines offrent la possibilité d’emporter votre vélo avec vous moyennant une somme modique, d’autres, en revanche, factureront assez cher. N’hésitez pas à vous renseigner précisément à ce sujet.

Les vols internes

Il est tout à fait possible de favoriser les vols internes pour rallier deux villes assez éloignées. Les compagnies Arkia et Israir proposent des vols quotidiens vers Eilat depuis les aéroports Ben Gourion et Haïfa. Consultez les sites internet dédiés pour trouver la meilleure offre. Parfois vous pourrez prendre un avion pour le prix d’un ticket de bus.

Se déplacer en voiture ou en deux-roues

Enfin, si vous avez un permis de conduire valide, vous pourrez parfaitement circuler en voiture ou en moto en Israël et en Palestine. Nul besoin d’un permis international pour cela, vous pourrez sans problème louer un véhicule pour vous déplacer à votre rythme à Haïfa, en Galilée, dans le Golan ou le Néguev.

Nous vous le déconseillons en revanche, dans les grandes villes où vous risquez d’avoir des soucis pour vous garer. Vous trouverez de nombreuses agences de location à Tel-Aviv telles que Avis, Budget, Cal Auto, Eldan, Green Peace ou encore Hertz.

Privilégiez une location avec assurance et kilométrage illimité qui sera plus avantageuse sur la durée. Attention aux prix annoncés sur les sites internet qui n’incluent pas l’assurance. Sachez en outre que les Israéliens paient 18 % de TVA sur la location, mais pas les voyageurs étrangers. Ensuite, pensez qu’il vous faudra payer le carburant.

Le contrat d’assurance que vous recevrez devra faire l’objet d’une attention particulière en ce qui concerne les clauses de franchise. Attention au prix de cette dernière, qui peut parfois s’envoler, si vous n’avez pas opté pour le supplément de tarif permettant de la faire passer à zéro.

Vérifiez si vous n’avez l’option assurance avec votre carte bancaire cela pourrait vous permettre de ne pas la payer deux fois. Cependant, certains organismes préféreront que vous souscriviez quand même une assurance à responsabilité civile au tiers. Les contrats de location ne couvrent en général pas les accidents causant la casse d’un châssis ou des pneus.

En Israël les routes sont entretenues régulièrement et donc en bon état général. Toutefois, empruntez dès que vous le pouvez les routes neuves qui seront davantage sécuritaires. Il faut savoir que des numéros pairs sont attribués aux routes qui relient le nord au sud du pays. Pour les routes allant de l’est à l’ouest, elles sont répertoriées sous des numéros impairs. Par ailleurs, trois routes israéliennes sont payantes :

  • La route 6, située au centre du pays et longue de 140 km. Votre plaque d’immatriculation sera enregistrée dans une base de données et vous recevrez directement une facture dont vous devrez vous acquitter.
  • Le Carmel Tunnels comporte des tronçons payants que vous pourrez régler immédiatement en carte ou en espèces.
  • Le Fast Lane est une voie rapide qui relie l’aéroport Ben Gourion à Tel-Aviv sur 13 km. La particularité de cette voie est que plus le trafic est difficile, plus vous devrez payer cher.

En ce qui concerne les routes de Cisjordanie, celles construites par les israéliens sont assez modernes et sûres, mais sur les autres le trafic est souvent ralenti par la circulation de lentes charrettes et autres embouteillages liés aux checkpoint tenus par les forces armées.

Que ce soit dans les territoires palestiniens ou en Israël, la conduite se fait à droite. La ceinture de sécurité doit impérativement être bouclée et l’utilisation du téléphone portable est proscrite en conduisant. La signalisation est en anglais, en hébreu ou en arabe selon les endroits. Vous pourrez vous procurer une carte routière Mapa dans n’importe quelle librairie.

Le Code de la route israélien indique que les phares doivent obligatoirement être allumés entre les mois de novembre et de mars. Même hors intervention, les véhicules de police ont toujours leurs gyrophares en marche. Ne vous inquiétez donc pas si vous voyez une voiture équipée d’un avertisseur lumineux vous suivre, vous n’avez pas forcément commis une infraction.

Aller au contenu principal