fbpx

mer' 24 Juil' 2024

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Daniel Sarfati. C’était avant le 7 octobre. J’avais encore une certaine insouciance

Au mois d’août dernier, j’avais pactisé avec un impressionnant St Bernard très affectueux, qui s’était invité à ma table.

Je dînais en terrasse avec ma fille, chez « Cicchetti », un resto italien sur Yehouda Halevy à Tel Aviv.

J’avais décliné l’offre de mon amie Yael de participer à l’énorme manifestation qui se déroulait, ce samedi soir, Bd Kaplan, pour demander la démission de Netanyahu et de son gouvernement.

Je ne me sens pas légitime, je ne vis pas ici, m’étais-je justifié.

« Bibi est une catastrophe nationale et internationale. » m’avait répondu Yael.

« Sa politique désastreuse aura des conséquences pour nous et pour vous en France, viens manifester.»

Je ne vote pas ici, je ne fais pas l’armée. Moralement, je ne peux pas demander la démission de qui que ce soit.

Rejoins-nous après la manif chez Cicchetti, Yael, pour boire un verre en disant du mal de Netanyahu et de Ben Gvir.

J’ai commandé des antipasti et une bouteille de Prosecco.

La serveuse, un peu gênée, m’a dit en hébreu :

״בשר לבן״

Viande blanche.

Oui. Et alors ? Du veau, du poulet ?

« Non, non. De la viande blanche. »

Ma fille s’est marrée.

« Papa, elle veut te dire qu’il y a du porc dans les antipasti. Viande blanche est une façon pudique de dire que c’est du cochon.

C’est pas casher quoi ! »

M’en fous.

Je m’en fous, Mademoiselle, qu’elle soit blanche la viande !

Ma fille :

« Pas très moral, Papa, de manger du porc, à la fin du Shabbat. »

Ma fille a un don pour me culpabiliser.

J’ai refilé le jambon au St Bernard.

C’était avant le 7 octobre.

J’avais encore une certaine insouciance.

J’ai perdu le sommeil et toute légèreté depuis le 7 octobre.

Hier soir, a eu lieu une gigantesque manifestation Bd Kaplan pour réclamer la libération des otages et parvenir à un accord avec les terroristes du Hamas.

Cette manifestation, j’aurais souhaité y participer.

Moralement, le sort des otages nous engage tous.

Chaque heure qui passe diminue les chances de leur survie. Ça urge.

Même si le prix à payer est exorbitant, il faut parvenir à cet accord.

Il sera toujours temps, par la suite, d’éliminer leurs tortionnaires.

© Daniel Sarfati

L’article Daniel Sarfati. C’était avant le 7 octobre. J’avais encore une certaine insouciance est apparu en premier sur Tribune Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

L’Hatikvah au Parc des Princes ce soir

Un dispositif d’un millier de policiers est mobilisé ce soir pour assurer la sécurité du match de football masculin des…

Netanyahou longuement applaudi au Congrès

“Il s’agit d’une lutte entre la barbarie et la civilisation. Nous vaincrons”, déclare Benjamin Netanyahou devant le Congrès américain. “Notre…

La Chronique estivale de Jérôme Enez-Viard. “Paul et Suzanne” :  un livre de Jean-Philippe Bozek

Voici les deux premiers tomes d’une trilogie constituant la biographie de la famille Dubrule-Mamet, native de Lille et ses environs.…

René Seror. Billet d’humeur

COUP DE GUEULE Mes yeux s’illuminent, Mon cœur hurle, En voyant nos athlètes, à leur arrivée en France. Un sentiment…

Des corridas à l’Euro 2024, le soutien de l’Espagne à Gaza inquiète certains Juifs

L’Espagne, l’un des pays européens les plus critiques à l’égard de la guerre menée contre le Hamas, abrite une communauté…

Village olympique, cérémonie d’ouverture… Comment les athlètes israéliens seront protégés “24 heures sur 24”

88 athlètes représenteront l’État hébreu aux Jeux olympiques de Paris dans un climat extrêmement tendu par l’attaque du 7 octobre et…

Zach Sage à Ramallah. Des décennies de lavage de cerveau et d’absence totale d’éducation sur leur propre histoire

L’influenceur Zach Sage s’est courageusement rendu dans les rues de Ramallah pour comprendre ce que le slogan “Free palestine” scandé…