fbpx

dim' 21 Juil' 2024

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Geka. Ça va barder là, ou pas!

Dans un article TJ de janvier 2023, alors qu’il était encore temps pour Elisabeth Borne de renoncer à la loi retraites, je concluais : « Reste qu’imposer une réforme aussi majeure dans ces conditions et avec une absence très majoritaire de consentement de la population me parait être très dangereux. Trop dangereux. Puissent-ils s’en rendre compte à l’Élysée. C’est drôle, j’ai comme un doute… » (1) 

On sait ce qu’il est advenu… Bornée, Elisabeth le fut et Macron avec elle, faisant monter la température du « peuple » à 49,3°. Comme plus récemment, ce fut le cas d’Attal et sa ministre du travail désireux contre vents et marées de faire passer en vitesse des mesures très impopulaires contre les chômeurs. Il aura fallu une débandade électorale pour qu’ils « suspendent » puis « renoncent » aux mesures annoncées… 

En avril 2022, dans un article TJ « Dayénou pour une élection qui va se jouer sur le fil du rasoir » (2), je résumais en 37 points, et autant de « cela eût été suffisant », les raisons pour lesquels il me paraissait inconcevable de voter aux Présidentielles pour le RN et Marine Le Pen. 
Plus de deux ans après, je ne reviens sur aucun de ces 37 points énoncés et j’en ai même d’autres à ajouter, qui ne concernent pas cette fois Marine Le Pen, mais Jordan Bardella et son entourage, dont l’arrivée plausible à Matignon me glace par avance, des pieds à la tête… 

Et puis, il y a eu le 7 octobre et le comportement inique de Jean-Luc Mélenchon et de ses troupes au complet contre les Juifs et Israël. J’ai donc expliqué qu’en plus du RN, il me serait tout aussi impossible d’apporter ma voix à la gauche qui, au soir des Européennes, avait cédé sans lutter aux diktats des Insoumis… Je précise qu’au-delà même de ses positions farouchement hostiles à qui nous sommes, le programme économique et social porté par le NFP, en cas de victoire, me paraissait tellement surréaliste que je n’aurais pas voté pour lui de toute façon.

Déréliction, phase 2

J’ai voté le 30 juin dans une circonscription où la candidate de LFI a été élue au premier tour avec plus de 66% des voix… Inutile de vous dire que je suis un peu plus encore l’orphelin désemparé que j’évoquais le 14 juin dernier (3).

Ce qui fut le plus navrant ça n’est pas la vague bleu foncé à l’Assemblée Nationale – elle était prévue sans discontinuer par les instituts de sondage et le laps de temps si court entre la débâcle des Européennes et les Législatives ne laissaient guère de temps, encore moins d’espoir, pour « travailler » l’opinion afin de la faire réfléchir sur son choix et la décider à se contredire…

Non, le plus navrant fut la débâcle de certains candidats « démocrates », y compris médiatiques et bien installés, face à des Nationalistes ou des Insoumis, y compris fichés S ou accusés d’antisémitisme virulent. Parachutés parfois dans des circonscriptions où ils n’habitaient pas, voire n’avaient même pas le droit de vote. Que les Panot, Delogut et consorts, soient passés dès le premier tour avec de très beaux scores à la clé, nous renvoie à notre isolement et à notre déréliction d’ultra-minoritaires (nous représentons 0,6% de la population) dont le sort importe finalement si peu aux yeux de ces gens-là.  Des sentiments qui n’ont pas débuté avec le 7 octobre… 

Le 10 juin, je parlais déjà dans ces colonnes de « gueule de bois » démocratique (4) mais n’envisageais pas un storytelling aussi soutenu des mass médias qui n’eurent de cesse, pendant les deux semaines qui ont précédé le premier tour des Législatives, d’imposer aux consciences (et aux inconscients) un basique duel, manichéen et binaire, « RN ou LFI », passant toutes les autres forces démocratiques par pertes et profits… 

Macron rejeté mais Le Pen aussi…

Soyons-en convaincus, le rejet du pouvoir, et au-delà du personnage même d’Emmanuel Macron, le bon élève, énarque et banquier, aux yeux de la « plèbe paupérisée » au bord de la crise de nerfs et en proie à toutes les formes d’insécurité, a fait l’essentiel de la débâcle de l’entreprise « Macron et associés ». 

Il avait promis de diriger différemment. Que le vote des Français, qui n’avaient pas tous voté pour lui au premier tour de 2017 et de 2022, l’engageait…  Son échec se situe clairement là !

Il n’en est pas moins navrant que l’on ait déjà accepté l’idée que Jordan Bardella puisse s’installer à Matignon et cohabite avec Emmanuel Macron.  Cela semble si logique me répondra-t-on. Et pourtant… 

Pourtant, pourquoi à l’époque de la première cohabitation (Chirac-Mitterrand) et même un peu au cours de la seconde (Jospin – Chirac) on se questionnait et on débattait sur l’esprit de la constitution et sur la légitimité, dans l’esprit de la Vème République plus que dans la lettre, à tolérer un Président inaugurateur de chrysanthèmes, aux ordres d’un Premier Ministre soudain omnipotent. Et pourquoi ce débat serait-il devenu illégitime aujourd’hui, la nature totalement opposée du PM et du Président n’invitant pas à la confiance…  

Sans doute parce qu’on n’imagine pas Macron, et son orgueil démesuré en bandoulière, démissionner… Et pourtant pourquoi pas ?  On pourrait sans doute me rétorquer qu’une telle démission conduirait à coup sûr à une victoire du RN aux Présidentielles. Je répondrais que je n’en suis pas sûr. 

Oui, le vent (mauvais) de l’histoire est aujourd’hui porté par le RN. Mais, après tout, son score n’est « que de » 34%. Soit un peu plus de 10 millions de voix.  Suis-je à ce point naïf pour penser qu’au sein de l’immense majorité des 66% restants, bien peu souhaitent voir Marine Le Pen devenir cette fois encore Présidente ? Et quand bien même ils rejettent majoritairement Macron celui-ci, en cas de démission, ne pourra se représenter… 

Alors ?  

Geka 

(1) https://www.tribunejuive.info/2023/01/11/gerard-kleczewski-reformer-les-retraites-ou-retraiter-les-reformes/

(2)https://www.tribunejuive.info/2022/04/13/gerard-kleczewski-dayenou-pour-une-election-qui-va-se-jouer-sur-le-fil-du-rasoir/

(3) https://www.tribunejuive.info/2024/06/14/geka-un-orphelin-desempare/

 (4) https://www.tribunejuive.info/2024/06/10/geka-gueule-de-bois/

L’article Geka. Ça va barder là, ou pas! est apparu en premier sur Tribune Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

Le Droit du jihad triomphera-t-il à La Haye? Par Bat Ye’or

 Dhimmi Watch Ce 19 juillet, la Cour internationale de la Haye a statué sur la légitimité de l’existence de l’État…

Mosaïque. Eric Mechoulan – Le nouveau crédo des universités américaines : “Sionistes hors de la fac!”

L’ancien Président tchèque Vaclav Havel était aussi dramaturge et philosophe. A propos de la maladie de ses contemporains, il affirmait…

Le port houti de Hodeidah sous un déluge de feu israélien

Explosions massives dans le port de Hodeidah, qui déplore des morts et des blessés Les avions de guerre israéliens et…

René Seror. Il faut que tout change pour que rien ne change!

Il faut que tout changepour que rien ne change!J’utilise souvent cette citation du “Guépard”  à dessein !  Hier, juste avant…

Les avocats accusant Israël de “génocide” à la CIJ veulent bannir le pays de la scène foot mondiale

Dans un rapport confidentiel pour l’organisation de justice sociale Eko, des universitaires sud-africains disent qu’Israël “porte atteinte” à la mission…

Adidas cède à la pression, s’excuse et retire la mannequin américano-palestinienne de sa campagne publicitaire

Adidas a lancé une campagne pour promouvoir la réédition de baskets emblématiques des Jeux olympiques de Munich de 1972. L’un…

Le balagan à l’Assemblée

Le communiste André Chassaigne et le patron de La Droite républicaine Laurent Wauquiez AFP / Ludovic Marin / AFP / Bertrand…