fbpx

jeu' 13 Juin' 2024

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Honneur à Julia Kristeva. Par David Banon

Votre renommée n’est plus à établir : linguiste, romancière et psychanalyste. Vous faites partie du gotha des intellectuels européens. Vous ne cherchez pas à vous produire sur les chaînes de télévision ou des stations radio pour énoncer des banalités. D’autres s’en chargent. Vous avez donné des gages de votre amitié au peuple juif et à l’Etat d’Israël, tout au long de votre existence. C’est pourquoi, j’ai lu avec beaucoup d’attention le texte de votre intervention à la soirée de mobilisation contre l’antisémitisme organisée par la revue La Règle du jeu[1], et je dois vous dire, chère Julia Kristeva, qu’il m’a fait forte impression.

Avoir abandonné l’histoire saccadée pour inscrire le pogrom du 7 octobre 2023 dans une histoire à longue durée, lentement rythmée – celle qui fait les hommes beaucoup plus qu’ils ne la font –,  attentive aux faits de civilisation, des religions, des arts et des lettres, constitue le point fort de votre propos. « Il existe aujourd’hui, dites-vous, une culture européenne, survivant à l’Europe nazie, et à la Shoah. Elle se doit de reprendre et développer l’inspiration biblique de ses valeurs pour soutenir l’imprescriptibilité de l’Etat d’Israël. » (Souligné par vous). Dit autrement, en luttant pour défendre sa propre existence, « Israël représente une garantie symbolique pour la cohésion européenne qui lui manque et de son autorité aujourd’hui menacée par le Sud global. »

Au-delà du brouhaha provoqué par les vociférations des antisémites dans l’enceinte des universités européennes, américaines et israéliennes ou dans les hémicycles des institutions de la République, rares, très rares, sont ceux qui pointent du doigt la racine de ce fanatisme. Vous avez eu le courage de le désigner : il est la conséquence directe d’une ignorance. « Celle qui définit le Juif par la Bible. Et la France est le pays où la lecture de la Bible n’a pas eu lieu. » Hélas, même en Israël, on a délaissé, ces dernières décennies, l’enseignement de notre histoire ancienne et, partant, de notre charte nationale.  Songez qu’à l’Université hébraïque, il y a quelques années un seul étudiant était inscrit au département d’études bibliques.

La sécularisation qui s’en est suivie depuis la Renaissance, a rompu « le fil de la tradition » en France et dans toute l’Europe. Mais elle a aussi rompu les digues « qui ont accouché des totalitarismes nazi et stalinien. »

Puis, présentant un raccourci de l’histoire de l’antisémitisme : religieux, judéophobe, politique et antisioniste, vous établissez que « l’antisémitisme est d’abord un fardeau des religions monothéistes, christianisme et islam, qui expriment leur dette envers le judaïsme (père) dont ils (les fils) émergent et se séparent en persécutant les Juifs dont ils refusent d’accepter la suprématie et les valeurs.  D’emblée l’antisémitisme religieux est mêlé de judéophobie. » Avec le nationalisme, le Juif devient l’autre inassimilable et constitue un obstacle à l’unité nationale. Les grandes fortunes juives accentueront la haine qui « sera projeté sur le sionisme perçu comme raciste et colonialiste. » 

Vous distinguez ensuite entre le sionisme messianique de Netanyahou (sic !) et celui social des pères fondateurs, qui a, hélas, trépassé depuis fort longtemps… La tendance est au post-sionisme et au post-judaïsme… Votre raisonnement aboutit au Juif comme « bouc-émissaire de prédilection »

En somme, on peut acquiescer à ce survol de l’histoire. Puis, vous vous lancez dans une explication psychanalytique de l’antisémitisme. On sent, entre les lignes, qu’elle adopte la conception lacanienne, selon laquelle, il convient pour le développement de l’individu de s’inscrire dans l’ordre symbolique qui requiert d’obéir à la loi du père. Dans ce cas, le judaïsme. Et prenant appui sur l’ouvrage de Freud, Moïse et le monothéisme (1939), vous affirmez que « les racines de l’antisémitisme plongent dans la vie de l’esprit construite par le peuple juif quand il conçoit le passage du paganisme et de l’animisme concret à la foi immatérielle » du monothéisme. 

Permettez-moi, chère Julia Kristeva, de me référer au regretté George Steiner. Dans son ouvrage La culture contre l’homme, (Paris, 1973, Seuil), il établit : Par trois fois, les Juifs ont lancé un défi à l’humanité. 1) En inventant le monothéisme. « Les historiens de la religion affirment que l’apparition du dieu mosaïque [invisible, irreprésentable et au nom imprononçable, DB] n’a pas d’équivalent dans l’histoire de l’humanité. »  (p. 46). 2) Avec « les livres des Prophètes, le Sermon sur la Montagne et les paraboles de Jésus qui dépassent en exigence morale tout ce qu’on peut imaginer. » (Idem, p. 51). Et 3) Avec « la naissance du socialisme messianique et sa confrontation avec l’utopie tyrannique du train-train de la vie occidentale. » (Idem, p. 52). C’était insupportable pour l’humanité. Elle a donc fait payer au peuple qui a promu ces idées, le prix le plus fort.  

Quant à Moïse et Le monothéisme, on s’est demandé quelles raisons ont poussé Freud à priver son peuple d’un si lourd fardeau de gloire, en attribuant le monothéisme à une « erreur » due au prince égyptien Akhenaton. Peut-être voulait-il seulement tenter de détourner la haine dont son peuple était victime et la reporter sur une divinité disparue depuis fort longtemps.

Ceci dit, comment concilier votre proposition de confier à l’Europe le rôle historique dans la reconnaissance et la création d’un état palestinien ? Avez-vous entendu une voix palestinienne, une seule, déclaré qu’elle consentirait à vivre en bon voisinage avec Israël ? Depuis le 7 octobre 2023, nous ne voyons que les psychopathes du Hamas qui s’en prennent non seulement à leur peuple en les affamant et en les prenant pour cible et ils ne rêvent que d’un ou de plusieurs nouveaux pogroms.  

Le peuple palestinien est-il mûr pour entrer dans l’ordre symbolique et accepter la loi de vivre en bonne entente avec ses voisins ?

                                                                                                                  David Banon, prof.

David Banon est Professeur émérite à l’Université de Strasbourg et à l’Institut Universitaire de France (IUF), Prof invité à l’Université Bar-Ilan.

La psychanalyste et femme de lettres tente de répondre à la question : « Pourquoi le juif ? ». Son discours interpelle les futurs eurodéputés.

[1] Voici le lien qui vous permettra de lire l’intégralité de son intervention http://www.kristeva.fr/l-europe-contre-l-antisemitisme.html

Pour voir l’intégralité de la soirée https://laregledujeu.org/2024/06/03/4…

L’article Honneur à Julia Kristeva. Par David Banon est apparu en premier sur Tribune Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

Merci Françoise. Par Etienne Daho

Photo: Jean-Marie Périer Lorsque nous t’avons veillée hier tard dans la nuit, tu étais belle, apaisée. Notre chagrin s’est substitué…

Un tour d’écrou pour la démocratie. Georges-Elia Sarfati

Georges-Elia Sarfati À l’issue des résultats des élections du Parlement européen, la France se dispose à renouveler la composition de…

Discours de Miriam Novak à l’Assemblée générale de l’ONU, 18 au 23 Septembre 2023

Lors de l’Assemblée générale extraordinaire des Nations Unies à New York (2021), tenueà la demande des dirigeants de l’Union européenne…

Élections en Iran: Stand-Up Comedy

Finalement, le Conseil des Gardiens, dont tous les membres sont entièrement nommés par le dictateur religieux, Ali Khamenei, a désigné…

Lee Yaron: “Le 7 octobre, le rêve d’Israël s’est brisé”. Par Guillaume de Dieuleveult

Lee Yaron. Caterina Favino/Grasset  7 octobre, Lee Yaron, Grasset ENTRETIEN – La journaliste publie 7 octobre. Le récit des destins croisés d’Israéliens confrontés à l’attaque…

Le Nord « sous attaque massive » : le Hezbollah a tiré un barrage de + de 160 roquettes sur le nord d’Israël

Ces derniers rapports faisant état d’attaques à la roquette dans le Nord font suite à l’élimination présumée par Israël de…