fbpx

jeu' 13 Juin' 2024

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Élisabeth Lévy :« La complaisance avec l’islamisme n’a pas commencé le 7 octobre »

ENTRETIEN

Pourquoi le Hamas arrive-t-il à ce point à faire consensus et à trouver des relais ? Et quelle est la responsabilité des États qui appellent à la création d’un État palestinien maintenant ? Le point avec Élisabeth Lévy, fondatrice et directrice de la rédaction du journal Causeur.

Après le 7 octobre, on pouvait s’attendre à une vague de solidarité avec Israël. Alors, comment expliquer l’explosion d’actes antisémites ?

Élisabeth Lévy : Je pense que cette solidarité suscitée par l’attaque du Hamas s’est poursuivie pour une
grande partie de la population. Il y a une grosse minorité bruyante qui réagit par l’antisémitisme, mais ce
n’est heureusement pas général. En fait, la haine des Juifs préexistait chez certains avant le 7 octobre, et d’aucuns ont toujours reproché aux Juifs leurs malheurs, comme s’ils voulaient être les chouchous du malheur, en quelque sorte. Mais soyons honnêtes : il y a des gens qui ne sont ni antisémites ni antisionistes, et qui sont sincèrement émus de ce qui se passe à Gaza, ce qui est tout à fait légitime. Le but de cette guerre de défense menée par Israël est de faire en sorte qu’il y ait un autre pouvoir à Gaza. Il faudrait, donc, non pas forcément présenter un plan précis, mais ouvrir des perspectives.


Pourquoi d’autres causes ne rassemblent-elles pas autant que la cause palestinienne ?

E.L. : Il y a beaucoup de raisons et d’explications sur le fait que les Palestiniens sont devenus pour « le
gauchisme » l’incarnation du damné, de l’opprimé, le musulman au carré. Et cette cause permet en plus de cracher sa haine d’Israël, parce que dans le fond, nombreux considèrent qu’Israël est un État colonial, non pas au regard des territoires conquis après 67, mais pour l’ensemble du territoire israélien. En fait, quand des Palestiniens sont tués par des Arabes, ils n’en ont que faire, mais quand ils le sont par des Juifs, là ça leur pose un problème.


Comment le Hamas parvient-il à trouver des relais en Occident pour servir sa propagande ?

E.L. : La complaisance avec l’islamisme n’a pas commencé le 7 octobre. Elle existait déjà avant les sorties anti-israéliennes de Mélenchon. Tous les islamistes parviennent en général à trouver des relais. Regardez la propagande des Frères musulmans en Europe, qui part du principe que les musulmans sont les grandes victimes, que le racisme antimusulman sévit. En outre, le Hamas bénéficie d’une sorte d’aura auprès de ses soutiens. Après le 7 octobre, cette dynamique s’est intensifiée, d’autant plus que, même si les bilans sont exagérés, les images des civils en provenance de Gaza leur ont fourni de la matière.


Mais la cause palestinienne n’avait jamais été autant utilisée par l’extrême gauche ?

E.L. : Je crois qu’on a un peu la mémoire courte. Je me souviens de grandes manifestations, en 2006 ou en 2014. À chaque fois qu’il y a eu une guerre impliquant Israël, on a eu droit à ces rassemblements avec plus ou moins d’intensité. C’est pour ça qu’il ne faut pas non plus tomber de sa chaise à chaque fois. Là, c’est massif, c’est vrai, et mondial, sans compter les réseaux sociaux et l’ampleur que prend le phénomène dans les universités. Et ce qui est surtout impressionnant, c’est qu’ils ne se cachent pas du tout.


Quelle est la responsabilité politique des pays qui reconnaissent la Palestine ?

E.L. : Bien sûr que l’on souhaite que chaque peuple ait son État, mais parler d’un État palestinien aujourd’hui est assez irréaliste et irresponsable, car comment les gens ne se diraient-ils pas que le Hamas a eu raison ? Je ne connais pas bien les enjeux intérieurs Emmanuel Macron ne se rend pas à la manifestation contre l’antisémitisme et appelle au cessez-le-feu immédiat presque aussitôt après les frappes sur Rafah, alors qu’on ne sait encore rien, ce n’est pas parce qu’il est antisémite ou antisioniste, c’est parce qu’il craint ses banlieues.

Comment réagissez-vous à la décision du gouvernement français d’annuler la participation des entreprises israéliennes au salon de la défense Eurosatory ?

E.L. : C’est une honte. Aucun autre État n’a été exclu ; je pense, par exemple, à la Chine. Cela revient à dire que ces manifestants braillards ont finalement obtenu ce qu’ils espéraient. C’est ça Emmanuel Macron, « une cuillère pour maman, une cuillère pour papa et un petit coup le matin pour les anges ». C’est ce qu’il appelle une position équilibrée.


Quel est votre regard sur la société française dans le contexte que nous venons d’évoquer ?

E.L. : La société française n’a pas sombré dans l’antisémitisme, me semble-t-il, à part les islamo-gauchistes. Et je parie que leur score aux européennes – je peux être démentie dans quelques jours sera la récompense de toutes leurs ignominies. ■

Propos recueillis par Nathalie Sosna-Ofir

L’article Élisabeth Lévy :« La complaisance avec l’islamisme n’a pas commencé le 7 octobre » est apparu en premier sur Actualité Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

Merci Françoise. Par Etienne Daho

Photo: Jean-Marie Périer Lorsque nous t’avons veillée hier tard dans la nuit, tu étais belle, apaisée. Notre chagrin s’est substitué…

Un tour d’écrou pour la démocratie. Georges-Elia Sarfati

Georges-Elia Sarfati À l’issue des résultats des élections du Parlement européen, la France se dispose à renouveler la composition de…

Discours de Miriam Novak à l’Assemblée générale de l’ONU, 18 au 23 Septembre 2023

Lors de l’Assemblée générale extraordinaire des Nations Unies à New York (2021), tenueà la demande des dirigeants de l’Union européenne…

Élections en Iran: Stand-Up Comedy

Finalement, le Conseil des Gardiens, dont tous les membres sont entièrement nommés par le dictateur religieux, Ali Khamenei, a désigné…

Lee Yaron: “Le 7 octobre, le rêve d’Israël s’est brisé”. Par Guillaume de Dieuleveult

Lee Yaron. Caterina Favino/Grasset  7 octobre, Lee Yaron, Grasset ENTRETIEN – La journaliste publie 7 octobre. Le récit des destins croisés d’Israéliens confrontés à l’attaque…

Le Nord « sous attaque massive » : le Hezbollah a tiré un barrage de + de 160 roquettes sur le nord d’Israël

Ces derniers rapports faisant état d’attaques à la roquette dans le Nord font suite à l’élimination présumée par Israël de…