fbpx

dim' 26 Mai' 2024

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Francis Moritz. Iran, Russie, l’imbroglio des sanctions, quels résultats

Le président chinois, en sa qualité de dirigeant d’un pays qui représente un quart de l’humanité, a été reçu en grandes pompes par la république Française. En même temps Mme von der Leyen, présidente de la Commission de l’UE, invitée elle aussi pour créer l’ambiance adéquate, avertissait Pékin que l’Union Européenne utiliserait toutes ses armes économiques afin que nos industries puissent bénéficier d’une réciprocité d’accès au marché chinois, telle qu’en jouissent les entreprises chinoises en Europe et pour se protéger des pratiques commerciales agressives de la Chine ! Ce qui reste une démonstration platonique du deux poids dans la démesure. On n’en est plus à une déclaration près, il est vrai.

En même temps, pour impressionner le visiteur avant le dîner, on annonce qu’on va augmenter les sanctions contre l’Iran et la Russie. Cette dernière est soumise à plus de cinq mille sanctions différentes (l’état, les entreprises, les responsables politiques, les oligarques, les institutions financières, les industries militaires) ce qui la place en tête de liste, loin devant l’Iran ou Cuba ou le Venezuela. (Source Castellum AI)

Enfin, on découvre qu’il existe au sein de la Commission un Monsieur-sanctions-de-l’UE, David O’Sullivan, qui a fait une longue carrière au sein des institutions européennes. Son rôle depuis 2023, est d’intervenir auprès des pays qui facilitent le détournement des sanctions, notamment ex soviétiques, pour les inciter à ne plus coopérer avec Moscou. Il ne semble pas que les résultats soient probants. La Commission peut ainsi se prévaloir de son action et communiquer à ce sujet.

Il existe sans doute quelques exceptions. La Turquie a fortement réduit ses exportations vers la Russie, devant la menace de sanctions financières contre ses entreprises industrielles et bancaires qui commercent avec Moscou. Malgré la menace, la Malaisie, l’Arménie, la Turquie, ont continué à fournir à la Russie des composant à double usage, qui représentent cependant moins de 5% des importations russes.

Les effets des sanctions

L’Iran subit ce régime depuis une quarantaine d’années. Elle s’est organisée. Pour l’essentiel, on constate que l’Asie en général et l’Inde n’appliquent pas vraiment les sanctions. Ce qui concerne tant l’Iran que la Russie.

L’ancien Comecon de l’URSS n’est pas en reste. Il existe toujours une union douanière eurasiatique entre la Russie et les anciennes républiques de l’Asie centrale dont le Kazakhstan (qui a une frontière de plus de 7.500 kms avec son voisin russe), le Kirghizstan, la Biélorussie, l’Arménie, laquelle a augmenté ses importations de composants et de voitures allemandes de pratiquement 1000 % en 2023. Ce sont autant de plaques tournantes utilisées par Moscou et l’Iran pour contourner l’embargo.

L’Iran ne vend pas de pétrole à la Chine. Mais on découvre que la Malaisie exporte deux fois plus de pétrole qu’elle n’en produit. Elle devient le quatrième fournisseur de la Chine après l’Arabie Saoudite, la Russie, l’Irak. Cherchez l’erreur.

La Chine et les sanctions

La Chine a choisi de maintenir un niveau de relation élevé avec la Russie afin qu’elle reste un partenaire stratégique stable dans le temps. Face aux sanctions et pressions américaines et européennes, tout en prenant un maximum de précautions, Pékin continue de fournir à Moscou les composants dits à double usage. Ce qui signifie qu’on les trouve aussi bien dans des applications militaires que civiles. Moscou a même poursuivi des achats de matériels civils contenant ce type de composants, pour les extraire à des fins militaires. Même si les volumes se réduisent, le flux ne s’arrêtera pas.

Vu de Pékin, la guerre en Ukraine contribue à détourner l’attention et les ressources occidentales de l’indo-pacifique, l’autre grand objectif de l’Occident où Washington est définitivement perçu comme le concurrent stratégique majeur. Par conséquent, Pékin ne voit aucun avantage à tenir compte des demandes occidentales. La poursuite de la guerre affaiblit l’Europe qui s’est engagée à fournir à l’Ukraine une aide croissante alors que son économie est en panne et que le marché américain a pris diverses mesures de protection qui posent problème à l’Europe. De plus, les États-Unis ne disposent pas de grandes capacités d’influencer la Chine sur ses relations avec la Russie. Il n’en reste pas moins que le système légal américain lui permet de s’attaquer à des entreprises qui utiliseraient le Dollar dans des transactions réputées sous sanctions américaines. à ce titre, le Trésor Américain a déjà ciblé plus d’une centaine d’entreprises chinoises et leurs dirigeants pour les bloquer et les contraindre. Une liste déjà longue existe comprenant toutes les entreprises collaborant avec la Russie depuis le début du conflit. On peut donc s’attendre à ce que d’autres noms et entreprises s’ajoutent à la liste noire existante.

Le rôle essentiel de la Chine au soutien de l’industrie militaire russe

Depuis 2022, les exportations vers la Russie ont augmenté de près de 60%. La chine est devenue son premier fournisseur pour les biens de consommation, mais aussi pour les composants à double usage, objet des embargos et des contrôles mis en place en Occident. Les statistiques sont restées disponibles à ce jour côté chinois, qui livre pour plus de 300 millions de dollars par mois de ces fameux composants considérés comme indispensables à la production d’armements. Ce chiffre était pratiquement du double fin 2023. Selon les analystes occidentaux, la Russie aurait perdu des dizaines de milliers d’équipements : véhicules blindés, chars, drones, artillerie. La Chine lui procure en particulier de la microélectronique, des dispositifs optiques, des semi-conducteurs, des machines-outils, des puces dans une technologie que la Russie ne maitrise pas. Dans ces catégories, hautement sophistiquées, la Chine joue désormais un rôle-clé. Depuis le début du conflit, elle a triplé ses fournitures.

La suite des sanctions

Pour autant, la Chine ne bouleversera pas ses relations avec l’Europe. Le récent accueil réservé à son président par la France en témoigne. On ne doit pas sous-estimer les intentions chinoises en Europe. C’est ce que démontre la poursuite des visites du président Xi en Hongrie et Serbie et les liens tissés avec les pays qui ont adhéré au projet de la Route de la Soie.  

Les armes économiques de l’Union Européenne

Réduire les importations de biens de consommation d’origine chinoise ? Ce qui peut se faire, au détriment des consommateurs qui ne trouveront plus des produits très bon marché en période d’inflation.

Ajouter de la TVA ou d’autres taxes sur l’importation de ces produits ? C’est possible. Le consommateur paiera la différence. Relevons qu’en matière d’exportations européennes ce serait l’Allemagne la plus pénalisée car la plus industrialisée.

La France pourrait priver les Chinois d’Airbus, de Cognac, de vins, de fromages, de voitures. La sanction serait plutôt pour les producteurs. Il suffit de regarder l’importance du déficit commercial français. 

Ce qu’on ne vous dit pas :  En même temps, selon le fournisseur de données Kpler, la Russie est devenue le deuxième fournisseur de gaz liquéfié (GNL) de l’UE. Les importations en provenance de Russie représentaient 16 % de l’importation totale de l’UE en 2023, soit une augmentation de 40 % par rapport à la quantité vendue par la Russie à l’UE en 2021. Les volumes d’importation en 2023 étaient légèrement en baisse par rapport à 2022, mais les données du premier trimestre 2024 montrent que les exportations russes de GNL vers l’Europe ont de nouveau augmenté de 5 % sur un an. La France, l’Espagne et la Belgique sont des importateurs particulièrement importants. Ces trois pays représentaient 87 % du GNL entrant dans l’UE en 2023. Il y a bien sanction et exception, mais sans publicité. L’Europe dépend actuellement essentiellement des États-Unis et du Qatar. Cherchez l’erreur.

L’impact sur l’économie russe

En 2023, la croissance russe a été de 3,6 % (ministère russe des finances). Elle pourrait même la dépasser en 2024, pendant que l’Union Européenne essaye d’éviter la récession. Depuis 2022 se dessine un arc économique et stratégique constitué de la Russie, de L’Iran, de la Chine et de la Corée du Nord, qui ont également des appuis en Asie et en Afrique. A partir de là, tant que l’Europe ne sera pas à la hauteur de ses 450 millions de citoyens, parlant d’une seule voix au lieu des vingt-sept actuelles, capable de prendre ses distances vis-à-vis des autres grands acteurs, elle ne pourra pas jouer le rôle auquel elle aspire. Les visites du président chinois dans plusieurs pays de l’UE en sont une démonstration de plus. Cherchez l’erreur. 

© Francis Moritz

Francis Moritz a longtemps écrit sous le pseudonyme “Bazak”, en raison d’activités qui nécessitaient une grande discrétion.  Ancien  cadre supérieur et directeur de sociétés au sein de grands groupes français et étrangers, Francis Moritz a eu plusieurs vies professionnelles depuis l’âge de 17 ans, qui l’ont amené à parcourir et connaître en profondeur de nombreux pays, avec à la clef la pratique de plusieurs langues, au contact des populations d’Europe de l’Est, d’Allemagne, d’Italie, d’Afrique et d’Asie. Il en a tiré des enseignements précieux qui lui donnent une certaine légitimité et une connaissance politique fine.

       Fils d’immigrés juifs, il a su très tôt le sens à donner aux expressions exil, adaptation et intégration. © Temps & Contretemps

L’article Francis Moritz. Iran, Russie, l’imbroglio des sanctions, quels résultats est apparu en premier sur Tribune Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

Aux Juges de la CPI face à Israël : Critique de la faculté de juger

Il est des dissymétries morales qui ne peuvent que heurter le sens commun, sinon l’intelligence critique. A tel point que…

Myriam Anissimov. Allemagne, “heure zéro”

Le temps des loups. L’Allemagne et les Allemands (1945-1955)  Olivier Mannoni (trad.),  Harald Jähner 2024. Actes Sud L’histoire des Allemands pendant la…

Francis Moritz. La voix de l’Europe, désinformation, corruption

Il y a voix et voix L’Union Européenne donne régulièrement de la voix par ses très nombreux représentants. À ce…

Gilles-William Goldnadel: “Ça, c’est du journalisme”

Voilà le passage dans lequel la Cour ordonne la libération des otages et que ni @lemondefr ni @franceinter n’ont rapporté…

Martine Eckerling. “Un pogrom au XXI ème siècle”. Pour ceux qui soutiennent le Hamas, voilà ce que vous soutenez…

Un très grand merci à mon amie Françoise Monteilhet qui me l’a offert, pour ce livre, “Un pogrom au XXI…

Hassen Chalghoumi: “Comment l’islam radical prospère en Europe”

Hassen Chalghoumi , l’imam franco-tunisien connu pour ses opinions progressistes et son plaidoyer en faveur du dialogue interreligieux, Imam de…

Gilles-William Goldnadel. Cérémonie en hommage au boucher de Téhéran: nous vivons sous semi occupation

Cérémonie en hommage au boucher de Téhéran pleuré par l’Europe politique soumise . Quand je dis qu’en raison tant de…