fbpx

dim' 26 Mai' 2024

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le Hamas attaque au mortier l’aide humanitaire des Gazaouis. Par Liliane Messika

Plutôt tuer l’ennemi que le laisser nous aider

Le 5 mai 2024, les Israéliens se sont plaints d’une attaque de mortiers au point de passage de Keren Shalom, près de Rafah. On ne leur aurait accordé aucun crédit, si le Hamas n’avait pas revendiqué l’attaque, déclarant que ses Brigades Izz ad-Din al-Qassam avaient lancé des roquettes Rajoum de 114 mm à courte portée sur la frontière israélienne, au principal point d’entrée de l’aide humanitaire[1]

Le Hamas peut s’enorgueillir d’un double succès : d’une part, quatre appelés israéliens, qui participaient au transfert, ont été tués et de l’autre, Israël a aussitôt fermé le point de passage, ce qui a donné à ses contempteurs des munitions pour l’accuser de crime de guerre.

De fait, en réponse, l’armée israélienne a intensifié ses frappes aériennes sur les cibles du Hamas. La maison d’où avaient été tirées les roquettes a été atteinte. Un bébé aurait été tué. Le Hamas affirme ne pas utiliser les civils palestiniens comme boucliers humains.[2]

Qui sommes-nous pour mettre sa parole en question ? S’il existait et s’il a été touché, le bébé était certainement un artilleur précoce.

« Le Hamas empêche intentionnellement l’aide d’atteindre la population de Gaza », a tweeté le ministère israélien des affaires étrangères, suivi par le Président de l’État juif : « Le Hamas attaque l’aide humanitaire, parce qu’il ne se soucie pas de l’humanité. Le monde doit agir pour libérer les otages et libérer la population de Gaza de sa domination cynique »[3].

Les statistiques expliquées à ma pharmacienne

Tsahal a publié le nom des quatre soldats tués par le tir des bénéficiaires dont ils protégeaient la livraison d’aide humanitaire. Michael Ruzal avait 18 ans, Ruben Marc Mordechai Assouline et Ido Testa en avaient 19 et Tal Shavit, 21.

Le Hamas, lui, vient d’admettre que sur les 34 000 victimes dont il accuse l’ennemi sioniste, il est bien en peine de fournir le nom, l’âge et/ou le sexe d’un mort sur trois.

« Alors que le ministère de la santé a admis au début du mois qu’il disposait de “données incomplètes” pour près d’un tiers des personnes décédées, c’est la première fois qu’il avoue qu’il lui manque une donnée essentielle pour établir si ces décès ont réellement eu lieu”, a indiqué, le 2 mai 2024, la Fondation pour la Défense des Démocraties, basée à Washington.[4]

Heureusement, Biden ne fréquente que les démocrates de son parti, pas les gens qui défendent le principe du gouvernement par le peuple. C’est pourquoi il utilise les chiffres du Hamas et non ceux de la FDD.

Ce sont ces chiffres qui alimentent le sentiment d’injustice des palestinolâtres, face à la disproportionnalité des victimes dans les deux camps. Peu leur chaut qu’il s’agisse de 13 000 combattants ou de 34 000 civils. Quand on aime, on ne compte pas, et Allah sait qu’ils aiment les Palestiniens morts autant qu’ils haïssent les Juifs vivants.

S’ils étaient réellement mus par la compassion vis-à-vis des Palestiniens, ils seraient encore en train de demander des comptes à Bashar el-Assad, qui en a tué bien plus qu’Israël. Déjà en 2018, Le Monde expliquait que dans le camp de Yarmouk, en Syrie, « Environ 150 000 Palestiniens y résidaient en 2011, le tiers de leur nombre total en Syrie. Entre 100 et 200 y subsistent aujourd’hui. [5]»

Ce qui insupporte les adeptes du 50/50, c’est le « peu » de victimes israéliennes. Pensez ! Ce pogrome qu’on s’est dépêché d’oublier n’a tué que 1200 civils âgés de 6 mois à 90 ans en une journée, alors qu’en sept mois de représailles, les Israéliens se vantent d’avoir tué 13 000 terroristes (dont ils fournissent les noms, pseudonymes, âges et grades). 

Si on avait laissé faire le Hamas, il aurait atteint ce chiffre en dix jours de pogrome ! On comprend la frustration de ses supporters en constatant que depuis le 8 octobre, l’immense majorité des tués se trouve dans leur propre camp. 

Rien ne sert de mourir, il faut revendiquer à point

Les French Guérisseurs[6] préfèrent croire sur parole les prévisions de famine brandies par Joe le proxy (du Hamas) plutôt qu’ouvrir les yeux pour constater que les marchés de Gaza sont mieux approvisionnés que ceux de nombre de pays Judenrein alentours[7]

Cela justifie que 240 camions d’aide humanitaire passent chaque jour la Ligne Verte en direction de Gaza et que 400 d’entre eux soient restés en rade, pendant des semaines, sur le tarmac de l’UNRWA, faute de capacité à les faire parvenir à leurs destinataires[8].

Que les écolos ne se désolent pas trop de ce gâchis d’empreinte carbone pour de la nourriture et du transport inutiles car, outre le bénéfice de quatre victimes collatérales, il est utile au moral des troupes intersectionnelles :  il brosse l’ego des libérateurs « de la Palestine du fleuve à la mer » dans le sens des plumes vertes et rouges.

Une fois terminé leur stage de militantisme appliqué dans la cour de leur fac, ils peaufineront leurs récits d’ancien combattants en tapotant leur keffieh : ce sont des arguments de drague à la cafétéria, encore plus sexy que leurs accusations portées contre le bouc émissaire mondial d’affamer les veuves et les orphelins.  

© Liliane Messika

Notes

[1] www.reuters.com/world/middle-east/hamas-claims-responsibility-attack-israel-gaza-border-crossing-casualties-2024-05-05/

[2] www.theguardian.com/world/article/2024/may/06/key-aid-crossing-into-gaza-closed-after-rocket-attack-kills-israeli-soldiers

[3] www.worldisraelnews.com/10-injured-as-hamas-mortars-rockets-pummel-aid-entry-point

[4] www.fdd.org/analysis/2024/05/02/gaza-health-ministry-cannot-provide-names-for-more-than-10000-it-says-have-died/

[5] 26 mai 2018 – www.lemonde.fr/syrie/article/2018/05/26/yarmouk-le-cimetiere-des-palestiniens-de-syrie_5305021_1618247.html

[6] Travailleurs humanitaires se dit « French Doctors » en anglais.

[7] www.twitter.com/cogatonline/status/1762050188762341758

[8] www.jpost.com/israel-hamas-war/article-794549

L’article Le Hamas attaque au mortier l’aide humanitaire des Gazaouis. Par Liliane Messika est apparu en premier sur Tribune Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

Aux Juges de la CPI face à Israël : Critique de la faculté de juger

Il est des dissymétries morales qui ne peuvent que heurter le sens commun, sinon l’intelligence critique. A tel point que…

Myriam Anissimov. Allemagne, “heure zéro”

Le temps des loups. L’Allemagne et les Allemands (1945-1955)  Olivier Mannoni (trad.),  Harald Jähner 2024. Actes Sud L’histoire des Allemands pendant la…

Francis Moritz. La voix de l’Europe, désinformation, corruption

Il y a voix et voix L’Union Européenne donne régulièrement de la voix par ses très nombreux représentants. À ce…

Gilles-William Goldnadel: “Ça, c’est du journalisme”

Voilà le passage dans lequel la Cour ordonne la libération des otages et que ni @lemondefr ni @franceinter n’ont rapporté…

Martine Eckerling. “Un pogrom au XXI ème siècle”. Pour ceux qui soutiennent le Hamas, voilà ce que vous soutenez…

Un très grand merci à mon amie Françoise Monteilhet qui me l’a offert, pour ce livre, “Un pogrom au XXI…

Hassen Chalghoumi: “Comment l’islam radical prospère en Europe”

Hassen Chalghoumi , l’imam franco-tunisien connu pour ses opinions progressistes et son plaidoyer en faveur du dialogue interreligieux, Imam de…

Gilles-William Goldnadel. Cérémonie en hommage au boucher de Téhéran: nous vivons sous semi occupation

Cérémonie en hommage au boucher de Téhéran pleuré par l’Europe politique soumise . Quand je dis qu’en raison tant de…