fbpx

lun' 27 Mai' 2024

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Où se terrent les universitaires juifs? Par Meïr Ben Hayoun

Les univers-se-terrent

Manifestation pro nazislamiste à Sciences Po

Comme des étudiants et lycéens en mal de “justice et d’idéal”, 394 membres de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris appellent à un cessez-le-feu dans la Bande de Gaza. Ne nous trompons pas. Leur souci n’est évidemment pas d’épargner les combattants de l’Etat juif. Ils ne sont pas stupides au point d’ignorer que ce cessez-le-feu est censé sauver l’appareil terroriste nazislamiste de l’éradication.

 Face à ce qui apparaît comme un appel dissimulé à sauver le Hamas, on se demande ce que foutent à rester muets comme des carpes farcies les universitaires juifs. Ceux qui ont eu des parcours à la Rastignac pour pouvoir, entre autres, se prévaloir d’enseigner à Science po.  Frédéric Encel par exemple, si prompt à décrier le Gouvernement israélien et son Premier ministre depuis le 07/10, une voyoucratie n’a-t-il pas dit, où est-il passé ? Les médias, font-ils désormais un régime sans Encel? Les Alain Dieckhoff, Sami Cohen, Dominique Moïsi et beaucoup d’autres que nous omettons de citer. N’ont-ils rien à dire sur l’unanimisme fébrile pro-Hamas et antisémite des étudiants de leurs établissements. Aucune intervention médiatique à la hauteur de leur part ?!


Frédéric Encel vouant au gémonies le Gouvernement d’Israel “d’extrême droite”, une “voyoucratie

Pourtant, beaucoup d’entre eux n’ont jamais manqué de bien faire entendre leur aversion pour le Gouvernement d’Israël “d’extrême droite et religieux” et pour son dirigeant. Netanyahou, c’est le Ceaucescu israélien si on les écoute, qui ne “se préoccupe que de sa survie politique”.

Le professeur Maurice Kriegel, membre de l’EHESS

 Comme par exemple, ce spécialiste de l’Histoire du judaïsme de l’Espagne médiévale, le professeur Maurice Kriegel de l’EHESS qui a pourtant été israélien et a enseigné à l’Université de Haïfa dans les années 80. On peut l’écouter ici.

“Netanyahou: main basse sur Israel”

On en profite pour saluer Steve Jourdin figurant dans la liste de diffusion de ce message. Il est l’auteur d’une intéressante étude, intitulée : Israël – autopsie d’une gauche. Steve  est chroniqueur pour les questions de géopolitique et de société israélienne pour le site de culture juive Akadem. Dans ce cadre, il a interviewé Kriegel ainsi que d’autres grands amis d’Israël, notamment Jean Pierre Filiu présageant, ou plus exactement, souhaitant la “fin du rêve sioniste”, et  Vincent Lemire. Ces deux-là sont sans, bien évidemment faire de dérapage incontrôlé, les grands promoteurs et bénéficaires de ce que Pascal Bruckner intitule on ne peut plus pertinemment “le plus grand coming out antisémite depuis 1945“.

 V. Lemire sur TV Hamas

Arrêtons-nous sur ce Vincent Lemire qui est l’un des plus sollicités par les médias français depuis le 7 octobre, notamment par TV5, TV hamsa en arabe. En iversant les deux  dernières lettres, TV Hamas siérait beaucoup mieux à cette chaine du service public.  Lors d’un des nombreux débats sur Israël auquel il a participé sur ladite chaine TV, on a remarqué que Lemire était copain avec Denis Charbit, le tutoyant. Qui se ressemble s’assemble, effectivement. Et de plus, pratiquement les mêmes médias les font intervenir. Dès qu’on met ces personnages devant les projecteurs, ils deviennent les pantins de ceux qui les éclairent.

Barnavi interviewé sur Akadem par S. Jourdin. Un “Masterpiece” selon Ruben Honigmann le directeur éditorial d’Akadem

Dans cette foulée, on peut mentionner aussi l’ancien ambassadeur de Palestine…, pardon… d’Israël, en France, Elie Barnavi, également universitaire proche de ces personnes et sollicité par les mêmes médias, TV Hamas et Akadem, entre autres. Et dernièrement, on l’a vu intervenir pour le très sioniste Mediapart.

Sur les médias juifs et sur Akadem, on ne compte plus les apparitions de Charbit, Ce dernier, pourtant, peut être aisément pris en flagrant délit de désinformation .

 Sur Akadem, l‘interview de Lemire par Steve Jourdin a été mise en ligne le 21 février dernier, soit cinq mois après le début de cette guerre.

Ruben Honigmann,
le directeur éditorial d’Akadem

Lemire, qui est, paraît-il, spécialiste de l’Histoire de Jérusalem ne parle pas l’hébreu ni l’arabe. On imagine mal un spécialiste de l’histoire de Rome ne sachant ni le latin, ni l’italien, ou un spécialiste de l’histoire de Paris ne sachant pas le français. Ayant dirigé pendant quatre années le centre du CNRS à Jérusalem, on peut donc apprécier sa capacité à apprendre. Dernièrement, interviewé ès qualité, Lemire fait remonter la crise actuelle à la Déclaration Balfour. En d’autres termes, c’est la création du Foyer national juif en Eretz Israël qui bouleverse l’équilibre des planètes. Et Lemire de préciser : “c’est l’historien qui parle”.

 Commentant le soulèvement estudiantin contre Israël, Lemire s’en félicite.

Rima Hassan, candidate LFI, égérie nazislamiste d’origine syrienne qui s’est inventée un CV de “réfugiée”

 De surcroit, toujours sur TV Hamas, Lemire n’est que louanges à l’égard de la candidate de LFI, Rima Hassan, l’égérie islamiste ayant fait l’éloge des abominations du Hamas du 07/10 comme “actions de résistance”. De surcroit, elle s’est inventée un CV et des compétences dont elle est privée. Dans les mots de Lemire: “Rima Hassan est une grande juriste, une grande spécialiste du Droit international [……] Rima Hassan, je l’ai croisée sur les plateaux de télévision plusieurs fois depuis le 7 octobre. Elle était une des intervenantes parfaitement légitimes…..

Débat sur TV Hamas, Lemire à gauche en rouge, Rima Hassan à droite. Alain Dieckhoff à droite de dos

Cela ne nous surprend point quand on prend connaissance, grâce à la bande dessinée dont il est l’auteur, de l’Histoire de Jérusalem.

Cette BD qui fait un véritable tabac en France, s’est vendue à plus de 280 mille exemplaires, pour satisfaire cette “soif de comprendre” comme aime la présenter Lemire. Hormis des inexactitudes et manipulations grossières, cette BD contient des illustrations et bulles pour le moins problématiques. Un indice parmi tant d’autres, le dernier chapitre est intitulé : “Impossible capitale” pour nommer la cité éternelle du peuple juif réunifiée en 1967.

BD Histoire de Jérusalem, page 248

A la page 248, on y voit un Juif qui exhibe les traits de Satan, sur un fond de destruction apocalyptique de Jérusalem. Et comme si cela ne suffisait pas, le texte précise : “Une ville théocratique dans laquelle les religieux auraient accaparé le pouvoir, expulsé les laïcs, construit le Troisième Temple, et éradiqué toute trace de culture profane dans l’espoir fiévreux d’un signe du Messie..“. Si on voulait y déceler un parfait contenu antisémite, on ne pourrait trouver mieux.

Caricature antisémite

Et puis, il n’y a pas que de l’antisémitisme dans cette BD, mais aussi un peu de “critique” de la société civile israélienne. A la page 247, l’on voit un archéologue israélien faire fi du fait que les excavations archéologiques dans la Cité de David à Silwan mettent en danger d’effondrement les habitations arabes.  Charmant, non ?! Et tellement fidèle aux procédures de la Société Archéologique d’Israël, l’une des plus scientifiques au monde.

BD Histoire de Jérusalem, page 247

Exploitant chacune de ses interventions médiatiques, Lemire fait la promotion au forcing de cette BD. Se targuant qu’elle est sur le point d’être publiée dans toutes les langues, en coréen aussi. Pour le moment, la seule langue  où elle est disponible, en dehors de l’édition originale en langue française, c’est l’espagnol. Pas même en anglais. Il ajoute qu’elle est sur le point de paraitre en arabe et même en hébreu par une grande maison israélienne d’édition, Modan. Dubitatifs, nous avons vérifié auprès de cette maison d’édition. Effectivement, Modam a été contactée par Lemire pour la publication de cette BD en hébreu.

Consciente de ses contenus antisémites, Modan a interrompu le projet de publication de cette BD en Israël.

Récemment, nous avons appris qu’en France également, le FSJU qui a créé Akadem, a désiré mettre les choses au point. Les employés d’Akadem se sont vus rappelés à l’ordre, et par conséquent, Lemire en principe n’y sera plus sollicité. En effet, ce qui échappé à Ruben Honigman, le directeur éditorial de ce site, et à Steve Jourdin, c’est que cela la fout plutôt mal pour Akadem, financé par le Fondation du Judaïsme Français et par la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, d’ouvrir sa plateforme à un auteur de BD propageant des contenus antisémites – ainsi qu’à des universitaires qui font campagne pour faire enfiler à l’Etat d’Israël une camisole de force comme lesdits Lemire et Filiu .

Publicité de la BD de Lemire “pour tout comprendre” dans le métro à Paris

D’autre part, courroucé par l’exposition médiatique à outrance de Lemire et par son parti pris, le CNRS de Jérusalem lui en tient rigueur. La direction du CNRS en France lui a demandé de ne plus se présenter comme directeur sortant de son centre à Jérusalem. Lemire s’est exécuté un moment et s’est présenté uniquement selon sa fonction actuelle, mais cela n’a pas duré. Le fait de se faire valoir par ce titre d’ancien directeur du centre de CNRS à Jérusalem, Lemire ne peut y résister.

 Pour en revenir à l’EHESS, on remarquera que Lemire et Steve Jourdin ont eux aussi quelque parenté avec cette institution. A cet égard, Steve Jourdin affirmant sur le plateau de France 24 que “les ministres israéliens se planquent“, il serait intéressant de connaître ce qu’il aurait à dire sur cet appel au cessez-le-feu des 394 membres de l’EHESS ainsi que sur les interventions de Lemire qu’il semble aussi bien connaître.  Peut-être serait-il temps que ce chroniqueur de géopolitique et de société israélienne sur Akadem sorte de son omerta?

Concernant le professeur Maurice Kriegel dans le milieu univer-se-terre susmentionné, on constate que de ses recherches sur le judaïsme de l’Espagne médiévale, il a parfaitement bien intégré le phénomène du marranisme.

En tout cas, ces universitaires juifs, au plan de leur arrière-train, font preuve de remarquables aptitudes à adhérer sans s’en départir à leurs chaires bien rembourrées.

P.S. Toute personne estimant avoir été diffamée par ce texte est invitée à déposer une assignation pour diffamation au Tribunal de Grande Instance de Jérusalem.

© Meïr Ben Hayoun

L’article Où se terrent les universitaires juifs? Par Meïr Ben Hayoun est apparu en premier sur Tribune Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

La “Signature” de Philippe Val. “Je suis légitime à avoir la phobie de l’islamisme”

« Vivant sous protection depuis une vingtaine d’années, ayant perdu plusieurs de mes amis sous les balles d’Islamistes, je suis quelque…

Frank Tapiro. Ce soir à 18h, Venez dire non à la conférence de Rima Hassan

Rendez-vous LUNDI 27 mai à 18h devant @Paris_Dauphine pour dire NON! à la conférence de @RimaHas (19h). Dites NON! à…

Emmanuelle Berdugo. Nous pensions le chaos derrière nous, définitivement, irrémédiablement

Mère de 4 enfants, Emmanuelle Berdugo est avocate en Israël. L’écriture est sa passion. Depuis quelques années Elle écrit des…

Georges-Elia Sarfati. Les idiots parfaits de Science Po et autres “élites”

Les idiots utiles de Sciences-po Paris, 26 avril 2024 © Umit Donmez / ANADOLU / Anadolu via AFP La vague…

C’est comme 1452 à Jérusalem et cette fois, ce sont les Juifs qui punissent les Espagnols. Par David Israel

Vous vous souvenez d’il y a cinq jours, lorsque l’Espagne a annoncé reconnaître officiellement un État palestinien , même s’il…

Raphaël Nisand. CPI et CIJ: Le droit international mis à mal

L’affaire a fait grand bruit, le procureur de la CPI Karim KHAN a requis auprès de ladite Cour l’émission de…

Philippe Gabizon. La justice post-moderne

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le chef du Hamas Yahya Sinouar. – AFP Quand le procureur de la Cour Pénale…