fbpx

dim' 26 Mai' 2024

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le sinistre palimpseste de l’accusation de génocide. Par Renée Fregosi

Depuis le début de novembre 2023, Israël fait l’objet de façon insistante, d’une accusation de génocide dans la bande de Gaza. Des universitaires[1], puis Hala Abou Hassira[2], « ambassadrice de Palestine » et Francesca Albanese[3], rapporteur spécial des Nations unies pour « les territoires palestiniens occupés » ont accusé les Israéliens de perpétrer un génocide sur le peuple palestinien, et en décembre, l’Afrique du Sud portait une requête auprès de la Cour internationale de justice accusant Israël de se livrer à des « actes de génocide contre le peuple palestinien à Gaza [4]». Bien que la CIJ ne se soit pas prononcé sur la question de savoir si Israël commet un génocide à Gaza, la mobilisation « antisioniste » sur ce thème continue d’enfler notamment sur les campus des pays occidentaux.

L’inversion des rôles 

L’inversion des rôles est classique chez les génocidaires. Massacrant en masse les Arméniens pendant la guerre de 14-18 pour bâtir une nouvelle nation unitaire, les Turcs les accusaient d’être des agents de l’ennemi[5]. Les nazis exterminant les Juifs d’Europe, dénonçaient leur visée dominatrice, leur influence mondiale et les désignaient comme les fauteurs de guerre et les corrupteurs de la « race aryenne », justifiant la « solution finale »[6]. Les tueurs hutus présentaient les Tutsis comme des dominateurs et des expropriateurs de la terre hutue et les déshumanisaient en les qualifiant de cafards à exterminer systématiquement[7]. Les Khmers rouges présentaient leurs victimes (adultes et enfants des deux sexes de tous âges) comme des dangers mortels pour l’Angkar, des corps étrangers, destructeurs occidentalisés de la nation originelle, à déporter en masse pour les éradiquer jusqu’au dernier.

L’accusation de génocide lancée contre Israël dans sa lutte contre le Hamas n’a donc rien de surprenant. Si volonté génocidaire il y a dans le conflit israélo-arabe, c’est bien plutôt en effet du côté des massacres du Hamas qu’il faut dénoncer la visée génocidaire. Caractère génocidaire qui se lit notamment dans « la façon dont le Hamas a usé de la violence sexuelle comme arme »[8]. Et au-delà du viol et de l’acharnement sur le ventre et le sexe des femmes, la volonté de profaner les corps qui s’est manifesté également par les blessures au visage notamment, les mutilations, les dépeçages, les crémations pratiqués ante et post mortem sur les femmes comme sur les hommes (dont certains ont été violés d’ailleurs), signe le projet de déshumanisation et d’extermination de tout un peuple.

L’accusation ne date pas d’hier

Or, cette injurieuse imposture ne date pas d’hier. Dans les années 70 déjà, Edward Saïd, l’un des promoteurs intellectuels du propalestinisme[9], qui estimait que les Palestiniens constituent « peut-être un peuple exceptionnel[10] » retournait ainsi la notion de peuple élu pour la transférer à un peuple construit sur le mythe de la nakba[11]. Car c’est bien d’une référence en miroir à la « Shoah » qu’il s’agit, puisque le mot « nakba » a un sens similaire à celui de « grande catastrophe » en hébreu[12]. Les Palestiniens seraient donc victimes d’un génocide depuis 1948. C’est en tous les cas ce que prône par exemple l’historien nord-américain Martin Shaw[13] depuis plusieurs années. 

Puis « l’accusation connaît une nouvelle flambée lors de la guerre du Liban, en 1982. Alors qu’Israël est entré chez son voisin pour mettre fin aux tirs de roquettes sur son sol, et défaire la menace que fait peser l’OLP de Yasser Arafat, retranché à Beyrouth, Le Monde publie un « placard » : une pleine page achetée par ses auteurs, affirmant que le « sionisme » serait un « racisme » légitimé par « l’argument de l’Holocauste », et Israël, un État « colonial » et « terroriste ». Il a été rédigé par Roger Garaudy, philosophe. (…) Les massacres de Sabra et Chatila, perpétrés par les phalangistes chrétiens de Bachir Gemayel alliés aux Israéliens, ont suscité une vive émotion internationale. Garaudy en profite pour accuser Israël d’être le seul et véritable coupable des massacres. Notamment, écrit-il, parce que le génocide est inscrit dans les textes sacrés du judaïsme »[14].

La suprême imposture de l’accusation actuelle

Mais si la tactique est ancienne, la nouvelle accusation de génocide lancée après le 7 octobre est sans doute encore plus odieuse que les précédentes. D’une part, les Israéliens n’ont jamais eu la volonté d’exterminer les Arabes de Palestine comme en témoigne clairement leur démographie. Étrange génocide en effet sur une population qui depuis 1990 est passée de 2 à 5 millions et connait un taux de croissance démographique annuelle de 2,5%[15]. D’autre part, l’offensive menée à Gaza est conduite de la façon la plus raisonnable possible : elle ne relève en aucune façon de la vengeance mais de la nécessité de détruire les infrastructures du Hamas et de capturer ses chefs qui ont juré de « recommencer le 7 octobre encore et encore[16] », et par ailleurs, Tsahal fait en sorte de faire le moins de victimes civiles possibles (alors que l’horrible ratio est généralement de 9 à 10 civils tués pour 1 combattant[17], il serait de 3 à 2 pour 1[18]). Enfin, on se trouve là au summum de l’usurpation d’identité dans la concurrence victimaire : on fantasme que les Israéliens font subir aux Gazaouis ce qu’ils ont quant à eux réellement subi et que l’on dénie.  

Le 7 octobre est ainsi d’autant plus traumatisant pour ceux qui en sont touchés (Juifs et non Juifs a qui les larmes montent aux yeux à la simple évocation des personnes torturées et tuées et de celles vivantes ou mortes prises en otage) que d’autres y sont totalement indifférents voire ont effacé (« annulé » selon la pratique de la cancel culture) l’évènement en le recouvrant du prétendu génocide de Gaza, comme un sinistre palimpseste. Le propalestinisme assassin ou complice des assassins réécrit l’histoire sur les corps martyrisés des Juifs. Le négationnisme est ici poussé à son comble : l’effacement du 7 octobre renforce le narratif mensonger du « malheur palestinien » dont les Juifs seraient responsables.

© Renée Fregosi
Philosophe et politologue. Présidente du CECIEC. Dernier ouvrage paru : Cinquante nuances de dictature. Tentations et emprises autoritaires en France et ailleurs. Éditions de l’Aube 2023 

Notes

[1] « Des universitaires mettent en garde contre un potentiel génocide à Gaza », Contretemps, 8 novembre 2023, https://www.contretemps.eu/universitaires-potentiel-genocide-gaza/

[2] L’Humanité, 7 décembre 2023, https://www.humanite.fr/monde/bande-de-gaza/guerre-israel-hamas-le-mot-genocide-nest-pas-demesure-cest-la-realite-de-gaza-qui-lest

[3] Zeina Kovacs, « Á Gaza, le risque de génocide se matérialise de plus en plus », Médiapart, 28 décembre 2023, https://www.mediapart.fr/journal/international/281223/gaza-le-risque-de-genocide-se-materialise-de-plus-en-plus

[4] La Tribune, 29 décembre 2023, https://www.latribune.fr/economie/international/l-afrique-du-sud-accuse-israel-de-se-livrer-a-des-actes-de-genocide-contre-le-peuple-palestinien-a-gaza-986914.html

[5] Voir notamment Bernard Bruneteau, Un siècle de génocides. Éditions Armand Colin, 2016

[6] Voir notamment Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe. Éditions Folio Histoire, 2006

[7] Voir notamment Jean Hatzfeld, Une saison de machettes. Éditions Point, 2003

[8] New York Times, 28 décembre 2023, « ‘Screams Without Words’: How Hamas Weaponized Sexual Violence on Oct. 7, https://www.nytimes.com/2023/12/28/world/middleeast/oct-7-attacks-hamas-israel-sexual-violence.html

[9] Le terme « propalestinisme » qui désigne une idéologie structurée instrumentalisant la situation de fait des Arabes de Palestine et de leurs descendants pour en faire une arme contre Israël et les Juifs, est préféré ici à celui de « positionnement propalestinien » qui peut se référer davantage à une défense compassionnelle, moins politique, des Arabes de Palestine et de leurs descendants, passion propalestinienne elle-même utilisée par le propalestinisme promoteur du « malheur palestinien ».

[10] Edward Saïd, La question de la Palestine (p.42) Éditions Sinbad/Acte Sud, Paris 2010

[11][11] Nom donné par les Arabes à l’exode de populations de Palestine lors de la guerre d’indépendance menée par les Juifs en 1948. 

[12] Écouter Shmuel Trigano interviewé par Yana Grinspun : « La déconstruction du mythe de la Naqba », Youtube 11 janvier 2024, https://www.youtube.com/watch?v=4C5BbI5cGGw

[13] Martin Shaw, « Palestine in an International Historical Perspective on Genocide », Holy Land Studies, May 2010, vo. 9, No. 1 (pp. 1-24) 

[14] Michaël Prazan et Gaston Crémieux, « Guerre à Gaza – « Génocide », l’accusation rituelle », Franc-Tireur, N°120, 28 février 2024 

[15] https://www.donneesmondiales.com/asie/palestine/croissance-population.php

[16] « Le porte-parole du Hamas : ”Ce que nous avons fait le 7 octobre était justifié et nous sommes prêts à le refaire encore et encore” », LPH Info, 1er novembre 2023, https://lphinfo.com/le-porte-parole-du-hamas-ce-que-nous-avons-fait-le-7-octobre-etait-justifie-et-nous-sommes-prets-a-le-refaire-encore-et-encore/

[17] « Les civils sont aujourd’hui les premières victimes des conflits dans le monde. Ça n’a pas toujours été le cas », Care, 15 novembre 2019, https://www.carefrance.org/actualites/conflit-civils-guerre-yemen-victimes/

[18] « IDF officials: 2 civilian deaths for every 1 Hamas fighter killed in Gaza » Times of Israel, 5 décembre 2023, https://www.timesofisrael.com/idf-officials-2-civilian-deaths-for-every-1-hamas-fighter-killed-in-gaza/

L’article Le sinistre palimpseste de l’accusation de génocide. Par Renée Fregosi est apparu en premier sur Tribune Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

Aux Juges de la CPI face à Israël : Critique de la faculté de juger

Il est des dissymétries morales qui ne peuvent que heurter le sens commun, sinon l’intelligence critique. A tel point que…

Myriam Anissimov. Allemagne, “heure zéro”

Le temps des loups. L’Allemagne et les Allemands (1945-1955)  Olivier Mannoni (trad.),  Harald Jähner 2024. Actes Sud L’histoire des Allemands pendant la…

Francis Moritz. La voix de l’Europe, désinformation, corruption

Il y a voix et voix L’Union Européenne donne régulièrement de la voix par ses très nombreux représentants. À ce…

Gilles-William Goldnadel: “Ça, c’est du journalisme”

Voilà le passage dans lequel la Cour ordonne la libération des otages et que ni @lemondefr ni @franceinter n’ont rapporté…

Martine Eckerling. “Un pogrom au XXI ème siècle”. Pour ceux qui soutiennent le Hamas, voilà ce que vous soutenez…

Un très grand merci à mon amie Françoise Monteilhet qui me l’a offert, pour ce livre, “Un pogrom au XXI…

Hassen Chalghoumi: “Comment l’islam radical prospère en Europe”

Hassen Chalghoumi , l’imam franco-tunisien connu pour ses opinions progressistes et son plaidoyer en faveur du dialogue interreligieux, Imam de…

Gilles-William Goldnadel. Cérémonie en hommage au boucher de Téhéran: nous vivons sous semi occupation

Cérémonie en hommage au boucher de Téhéran pleuré par l’Europe politique soumise . Quand je dis qu’en raison tant de…