fbpx

lun' 27 Mai' 2024

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Rima Hassan Passionaria Intifada. Par David Medioni

Convoquée pour « apologie du terrorisme », la candidate aux européennes attise la haine à Sciences-Po, ménage le régime syrien et retweete des comptes proches du Hamas. Et l’égérie, mise en lumière par LFI, compte d’autres parts d’ombre…

Pour fabriquer un décor en carton-pâte, il faut tremper dans l’eau des journaux et du carton. Pour modeler une égérie encarton inflammable, il suffit d’une femme au sourire enjôleur, qui porte le keffieh en étendard, et de l’associer au cloaque politique de La France insoumise. Rien de tel pour enflammer le débat hexagonal et transformer les élections européennes en « référendum » sur Gaza. Un « génocide ! »,elle le crie – contrairement au sort des Ouïghours –, et plus grave que tout, puisque Israël, « c’est pire que la Russie », comme elle vient de le déclarer à BFMTV. Elle n’est que septième sur la liste, mais vole déjà la vedette à Manon Aubry, et si elle gagne son élection, LFI pourra crier victoire. D’où l’attention portée à cette candidate…

Sur le papier, l’image est belle : une Franco-Palestinienne de 32 ans née dans un camp de réfugiés, cela en impose. Et cela séduit. Des plus anciens aux plus jeunes. Surtout quand ils sont étudiants à Sciences-Po et qu’elle les appelle au « soulèvement » (intifada enarabe). Le 5 mars, à l’invitation de Students for Justice in Palestine, Attac Sciences-Po Paris et Solidaires Étudiant.e.s, Rima Hassan est venue leur parler de sa famille et de la «Nakba, cette catastrophe qui dure depuis 1948 ». En oubliant de préciser que l’exode vers les pays arabes est lié au fait d’avoir perdu la guerre qu’ils ont eux-mêmes déclenchée contre l’État hébreu à peine proclamé… Un point de détail quand on lutte. Et Rima Hassan n’est pas venue donner des cours d’histoire. Aux étudiants, tout émus, elle a montré laphoto de la « maison quittée par [sa] famille ». Une histoire touchante, mais criblée defailles. Par exemple lorsque Rima Hassan narre le destin de sa famille paternelle, expulsée du village d’Al-Birwa, près d’Acre, par les troupes israéliennes en 1948. La réalité est un chouïa différente. Celle d’un départ sollicité par l’Armée de libération arabe, pour des raisons militaires. Quant au village de ses grands-parents maternels, Salfit, près de Naplouse, il était sous contrôle jordanien… jusqu’en 1967 ! Ce qui n’empêche pas Rima Hassan, dont l’une des grands-mères vient d’une riche famillekurde, de se présenter comme « réfugiée palestinienne » de 1948. Et d’en faire profession.

SILENCE SUR ASSAD

Pourtant, si l’ONU n’accordait pas un statut spécial aux Palestiniens, hérité de ses parents et de ses grands-parents, la candidate LFI serait simplement franco- syrienne. Comme laSyrie où elle est née, de parents syriens, et la France où elle a grandi, à Niort (dans les Deux-Sèvres), à partir de l’âge de 10 ans. Mais là, tout se verrait… Par exemple, le fait qu’elle se rende très souvent en Syrie, sans rencontrer le moindre problème avec lerégime, qu’elle ne critique jamais, ni pour avoir massacré 70000 Palestiniens, ni pour avoir détruit leurs camps de réfugiés, ni pour avoir bombardé des civils. Bizarrement, là, elle necrie pas au « génocide ».

À Damas, elle préfère accorder des entretiens mielleux au média du Hezbollah (al-Mayadeen). Et, rassurez-vous, elle ne loge pas dans un camp de réfugiés… Plutôt dans de magnifiques cinq-étoiles, comme lorsqu’elle pose au balcon du Ritz en Jordanie. Et ellevoyage beaucoup, Rima Hassan : Syrie, Jordanie, Liban, Tunisie… Au point d’éveiller les soupçons. Surtout lorsqu’elle menace ses contradicteurs de les agonir de procès : « J’ai letemps et l’argent. » Deux vidéos sur les réseaux en viennent à évoquer des « liens directs avec la famille Assad ». Nous avons cherché à l’interroger. Mais elle n’a pas voulu nousrépondre. Le mystère reste donc entier. D’où viennent ses moyens ? De son ONG ? D’après nosinformations, l’Observatoire des camps de réfugiés, qu’elle a fondé en 2019, compte entre200 et 300 membres, qui s’acquittent d’une adhésion à 20 euros.

Pas de quoi faire tourner la boutique. Les comptes n’ont d’ailleurs jamais été déclarés. En revanche, le bilan est en ligne. Un seul rapport a été produit, concernant la Grèce… Et àpeine quelques notices sur les réfugiés du monde entier !

PRÊTE “À TOUS LES SACRIFICES”

Au-delà de ces zones d’ombre, ce qui caractérise Hassan, c’est son double discours. L’un se veut à peu près policé. L’autre est tissé d’oukases vengeurs et d’appels au martyr. Et parfois, les fils se touchent. Comme lorsque le média Le Crayon lui demande, le 29 novembre, si le Hamas mène « une action légitime » et qu’elle répond « vrai ». Depuis, elle est convoquée pour « apologie du terrorisme » et tente de déminer : il faudrait «distinguer la légitimité d’un groupe armé à opérer pour son autodétermination ducaractère de son mode opératoire ». En gros, le Hamas – qui jure de rayer Israël de la carte – a le droit de mener une actionarmée, mais si Rima Hassan veut être élue, elle doit bien reconnaître que « les attaques du 7 octobre relèvent de crimes de guerre, voire contre l’humanité »… Comment Rima Hassan voyait-elle ces massacres avant d’être candidate?

Le 8 octobre 2023, elle postait une vidéo acclamant ces pogroms depuis le Liban, où elle setrouve alors. Sur X (106 000 fans) ou Instagram (169 000 followers), la militante n’hésitepas à ouvrir les vannes. Florilège : « Israël tue le vivant, tout le vivant. C’est comme ça qu’on reconnaît une entité coloniale fasciste. » « Israël aime nous tuer. » Loin de croire àla solution à deux États – que défend Mélenchon –, elle rêve d’une Palestine « du fleuve à la mer » et l’écrit dans un tweet : « Il n’y aura pas de solution à deux États. » Quand elle ne retweete pas Alain Soral, elle relaie des chansons de martyrs. Et lorsqu’elle recommande de suivre un compte, ce sontbien souvent des soutiens ou des activistes du Hamas. À force, elle se met à parler comme eux, à l’image du 12 avril sur X : « Pour ceux qui en doutent, nous sommes prêts à tous les sacrifices pour vaincre. Absolument tous les sacrifices. » 

Des mots que pourrait signer le Hamas. Ou l’un des proxys des mollahs ou de Bachar el-Assad.

© David Medioni

https://www.franc-tireur.fr/rima-hassan-pasi

L’article Rima Hassan Passionaria Intifada. Par David Medioni est apparu en premier sur Tribune Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

La “Signature” de Philippe Val. “Je suis légitime à avoir la phobie de l’islamisme”

« Vivant sous protection depuis une vingtaine d’années, ayant perdu plusieurs de mes amis sous les balles d’Islamistes, je suis quelque…

Frank Tapiro. Ce soir à 18h, Venez dire non à la conférence de Rima Hassan

Rendez-vous LUNDI 27 mai à 18h devant @Paris_Dauphine pour dire NON! à la conférence de @RimaHas (19h). Dites NON! à…

Emmanuelle Berdugo. Nous pensions le chaos derrière nous, définitivement, irrémédiablement

Mère de 4 enfants, Emmanuelle Berdugo est avocate en Israël. L’écriture est sa passion. Depuis quelques années Elle écrit des…

Georges-Elia Sarfati. Les idiots parfaits de Science Po et autres “élites”

Les idiots utiles de Sciences-po Paris, 26 avril 2024 © Umit Donmez / ANADOLU / Anadolu via AFP La vague…

C’est comme 1452 à Jérusalem et cette fois, ce sont les Juifs qui punissent les Espagnols. Par David Israel

Vous vous souvenez d’il y a cinq jours, lorsque l’Espagne a annoncé reconnaître officiellement un État palestinien , même s’il…

Raphaël Nisand. CPI et CIJ: Le droit international mis à mal

L’affaire a fait grand bruit, le procureur de la CPI Karim KHAN a requis auprès de ladite Cour l’émission de…

Philippe Gabizon. La justice post-moderne

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le chef du Hamas Yahya Sinouar. – AFP Quand le procureur de la Cour Pénale…