fbpx

dim' 26 Mai' 2024

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Maître Michel Laval. Un génocide imaginaire

Maître Michel Laval

La pire des maladies de l’esprit

Depuis plusieurs mois, une campagne d’une intensité grandissante accuse Israël de génocide dans la bande de Gaza. Sur les campus des Universités américaines et dans les écoles dites de “sciences politiques” françaises, on entend l’accusation scandée à l’envi en même temps que, par un paradoxe singulier, une carte est brandie d’un futur Etat Palestinien du Jourdain à la mer qui condamne de facto l’Etat hébreu à la disparition. Ce mouvement où fraternisent militants d’extrême gauche et islamistes dans une nouvelle Sainte alliance rouge-verte, n’a rien de nouveau, ni de véritablement surprenant. Depuis des années, il occupe une partie de l’espace public où il laisse libre cours à des discours qu’on imaginait ne jamais entendre. L’une de ses manifestations les plus spectaculaires et les plus odieuses s’est produite dès le lendemain du grand pogrom planifié du 7 octobre perpétré en Israël par les Einsatzgruppen du Hamas, quand des voix sortant de ses rangs comme des mauvais génies se sont élevées pour contester le caractère terroriste des crimes commis et les travestir en actes de résistance armée. Nul ne doit se méprendre sur la logique de cette rhétorique qui transforme les victimes d’hier en bourreaux d’aujourd’hui et efface les crimes réels du passé par les crimes imaginaires du présent. Nul ne peut ne pas entendre dans les harangues des procureurs d’estrade et autres tribuns de fête foraine qui œuvrent à cette manipulation le chant funèbre d’un nouvel antisémitisme dissimulé derrière l’antisionisme. Nul ne peut ignorer, et surtout négliger, la gravité de cette propagande qui met en grand danger les Juifs du monde entier sous couvert de leur soutien réel ou supposé à Israël et répand en France et sur le monde la pire des maladies de l’esprit.

Qualifier de génocide l’opération militaire menée par l’armée israélienne constitue une véritable aberration

Le droit constitue l’un des terrains de prédilection de cette campagne comme le démontrent les actions judiciaires menées çà et là dont la procédure incroyable engagée le 29 décembre 2023 devant la Cour pénale internationale par l’Afrique du Sud contre l’Etat d’Israël sous l’incrimination de la violation de la Convention contre le génocide. On connait le sort réservé par la Cour à cette action, bien qu’on puisse redouter que l’ambiguïté de la décision rendue encourage de nouvelles initiatives du même genre qui chercheront à pendre Israël au sommet de la pyramide criminelle où siègent les grands crimes de masse comme des monstres noirs assemblés.

Qualifier de génocide l’opération militaire menée par l’armée israélienne contre le Hamas à Gaza ne relève pas seulement de la manipulation politique, elle ne témoigne pas seulement d’amalgames scandaleux, elle ne répond pas seulement à une stratégie qu’on soupçonne téléguidée de l’étranger, mais elle constitue encore une véritable aberration. 

Le génocide est la quintessence, le summum, l’expression accomplie, de l’inhumanité. Rien ne vient au-dessus, rien ne le supplante, rien ne l’égale. Il est le crime des crimes. Les tragédies qui portent sa couronne d’épines sont les plus monstrueuses. Elles défient l’entendement et laissent sur le corps meurtri et l’âme déchirée des peuples qu’elles frappent une blessure à jamais béante. 

Par-delà leur singularité, ces tragédies ont un même sens, elles procèdent d’une même logique, elles obéissent à un même principe et appartiennent à une même catégorie. “Le crime de génocide”, écrit le juriste juif polonais Raphaël Lemkin qui en a forgé le concept et l’a utilisé dans son livre Axis Rule in Occupied Europe paru en 1944, implique un large éventail d’actions, (…) subordonnées à l’intention criminelle de détruire ou d’invalider définitivement un groupe humain”, où “les actes sont dirigés contre des groupes, comme tels, et où des individus sont choisis pour être détruits seulement parce qu’ils appartiennent à ces groupes”. Le génocide est un crime d’essence, un crime ontologique, qui vise les victimes en tant qu’elles sont ce qu’elles sont et appartiennent à un groupe national, ethnique, racial ou religieux qu’il s’agit d’éradiquer en tant que tel. Le génocide exige d’établir une intention avérée de détruire, d’anéantir, de supprimer. Tous les textes sur le génocide depuis le livre fondateur de Lemkin, qu’il s’agisse de la Résolution de 1946 de l’Assemblée générale des Nations Unies, de la Convention de 1948 pour la prévention et la répression du crime de génocide, des Statuts des Tribunaux internationaux ad hoc pour l’ex-Yougoslavie (1993) et le Rwanda (1994), de la Cour pénal internationale (1998) et de nombre de législations nationales dont la française (1994), contiennent la même idée, tournent autour de la même notion.

Les 1.500.000 Arméniens massacrés en 1915 et 1916 en Turquie, le furent délibérément comme tels. Les 5 à 6.000.000 de Juifs exterminés entre 1940 et 1945 en Europe, le furent délibérément comme tels. Les 800.000 Tutsis décimés d’avril à juillet 1994 au Rwanda le furent délibérément comme tels. Chaque fois, les massacres des peuples victimes n’avaient d’autre but que leur éradication. Chaque fois, c’est leur être-même qui scella leur effroyable destin.

Rien de ce qui se passe dans la bande de Gaza ne s’apparente à ces crimes abominables

Rien de ce qui se passe dans la bande de Gaza ne s’apparente à ces crimes abominables. Rien qui ressemble à un génocide au sens où ce terme doit être entendu. L’armée israélienne n’est pas entrée dans Gaza dans le but d’exterminer la population palestinienne, mais pour traquer et éliminer les terroristes du Hamas et libérer les otages capturés lors de leur expédition sanglante du 7 octobre qui, elle, en revanche n’avait d’autre objectif, d’autre but, que de massacrer des Israéliens. Gaza n’est pas le ghetto de Varsovie comme l’a déclaré imprudemment un responsable politique français avant de se rétracter devant l’énormité de son propos. Les camps palestiniens ne sont ni de concentration, ni d’extermination, mais de réfugiés où tente de s’organiser une aide humanitaire qui ne connaît d’obstacles que les combats entre Tsahal et le Hamas. Les bombardements de l’aviation israélienne ne visent pas les civils, même si certains en sont des victimes collatérales inévitables dans une proportion jamais établie avec exactitude. Ces bombardements précédés d’avertissements à la population pour lui en épargner les conséquences, ne participent pas plus d’un génocide que ceux des alliés sur les villes allemandes pendant la deuxième guerre mondiale. 

En un mot, l’armée israélienne ne mène pas à Gaza une entreprise délibérée, planifiée, d’anéantissement des Palestiniens. On peut penser ce qu’on veut de la situation à Gaza, on peut déplorer la situation où se trouvent les populations, mais on ne peut pas en dire ce qui n’est pas. 

Le but des accusations des activistes pro palestiniens contre Israël n’est pas seulement de dédouaner le Hamas de ses crimes sur le mode du tu quoque (toi aussi) lancé à la face des Alliés par les grands criminels nazis dans une monstrueuse logique d’équivalence. Il est de dépouiller les Juifs de leurs manteaux d’abominables souffrances, de les priver de leur histoire à jamais tragique et d’ouvrir grandes les portes de leur future persécution. 

Comment imaginer laisser faire ? 

Comment se taire ?

© Michel Laval

Avocat à la Cour

Avocat au Barreau, Michel Laval a plaidé dans de nombreux procès correctionnels et d’assises.

Il a conseillé, assisté et défendu de nombreux organes de presse et des personnalités du monde intellectuel et artistique comme Alain Finkielkraut, Amin Maalouf, ou Georges Bensoussan, pour lequel il obtient la relaxe dans le procès intenté pour provocation à la haine par le parquet de Paris, le CCIF, la Ligue des droits de l’homme, la Licra et le MRAP.

L’article Maître Michel Laval. Un génocide imaginaire est apparu en premier sur Tribune Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

Aux Juges de la CPI face à Israël : Critique de la faculté de juger

Il est des dissymétries morales qui ne peuvent que heurter le sens commun, sinon l’intelligence critique. A tel point que…

Myriam Anissimov. Allemagne, “heure zéro”

Le temps des loups. L’Allemagne et les Allemands (1945-1955)  Olivier Mannoni (trad.),  Harald Jähner 2024. Actes Sud L’histoire des Allemands pendant la…

Francis Moritz. La voix de l’Europe, désinformation, corruption

Il y a voix et voix L’Union Européenne donne régulièrement de la voix par ses très nombreux représentants. À ce…

Gilles-William Goldnadel: “Ça, c’est du journalisme”

Voilà le passage dans lequel la Cour ordonne la libération des otages et que ni @lemondefr ni @franceinter n’ont rapporté…

Martine Eckerling. “Un pogrom au XXI ème siècle”. Pour ceux qui soutiennent le Hamas, voilà ce que vous soutenez…

Un très grand merci à mon amie Françoise Monteilhet qui me l’a offert, pour ce livre, “Un pogrom au XXI…

Hassen Chalghoumi: “Comment l’islam radical prospère en Europe”

Hassen Chalghoumi , l’imam franco-tunisien connu pour ses opinions progressistes et son plaidoyer en faveur du dialogue interreligieux, Imam de…

Gilles-William Goldnadel. Cérémonie en hommage au boucher de Téhéran: nous vivons sous semi occupation

Cérémonie en hommage au boucher de Téhéran pleuré par l’Europe politique soumise . Quand je dis qu’en raison tant de…