fbpx

lun' 15 Avr' 2024

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Lettre à ceux qui n’ont pas voulu voir monter l’islamisme. Par Iannis Roder

Par paresse et lâcheté, nous avons trop longtemps fermé les yeux sur la diffusion d’une idéologie qui cible l’école et, à travers elle, la République

La citation de Charles Péguy est aujourd’hui connue mais n’en garde pas moins, devant la multiplication des menaces de mort qui visent des membres de l’Éducation nationale, toute son acuité. Dans Notre jeunesse, paru en 1910, le grand écrivain prévenait : « Il faut toujours dire ce que l’on voit ; surtout, il faut toujours voir ce que l’on voit. »

Quand certains, peu nombreux, ont commencé à dire ce qu’ils entendaient dans les écoles, ils se sont heurtés à ceux qui ne voulaient pas voir. C’est en 2002 qu’un collectif de professeur éditait un ouvrage, sous la direction de Georges Bensoussan, dont le titre est aujourd’hui devenu une expression : Les Territoires perdus de la République (Mille et une Nuits). Lors des sessions de formation qu’il menait pour le Mémorial de la Shoah, l’historien avait perçu, avant tout le monde, les difficultés auxquelles se heurtaient des enseignants. Il en regroupa quelques-uns autour de lui qui acceptèrent de témoigner, la plupart de manière anonyme, ce qui en disait déjà beaucoup…

En dehors d’Éric Conan qui en publia les bonnes feuilles dans L’Express, la presse, si elle n’ignora pas totalement l’ouvrage, le critiqua largement. Pensez donc ! Des enseignants qui affirmaient que certains de leurs élèves étaient animés d’une religiosité alors peu commune, se référant sans cesse à une morale religieuse qui leur faisait tenir des propos homophobes, sexistes et, bien sûr, antisémites. Assurément, ces professeurs étaient des suppôts de l’extrême droite ! D’évidence des racistes patentés ! Car, comme le dit alors une collègue de mon syndicat : « Nos élèves ne sont pas antisémites ! » Je devais donc comprendre que le « Hitler aurait fait un bon musulman » lancé par un élève lors du cours sur la Shoah ne relevait pas de l’antisémitisme. C’était il y a vingt-deux ans…

Intimidations et freins à la prise de conscience du problème

Des collègues, chercheurs à l’INRP (Institut national de recherche pédagogique), nous expliquèrent à l’époque que si des jeunes tenaient des propos antisémites (qui semblaient donc exister…), c’est parce que leur propre histoire était ignorée (les violences des sociétés coloniales et de la guerre d’Algérie entre autres). Le rapport de l’inspecteur général Jean-Pierre Obin, intitulé Les signes et manifestations d’appartenance religieuse dans les établissements scolaires (juin 2004), confirma ce que voyaient les profs des Territoires perdus. Mais, trop gênant dans sa vérité, ce rapport fut enterré par François Fillon, ministre de l’Éducation nationale. En dehors des formations menées par le Mémorial de la Shoah qui tentait de répondre aux demandes croissantes de formation des enseignants, rien ne fut entrepris.

Mais les manifestations de cette lente conquête islamiste de jeunes esprits n’étaient pas seulement visibles à l’école. L’antisémitisme augmentait, année après année. L’assassinat d’Ilan Halimi, en 2006, au nom de vieux poncifs antisémites, en fut une criante manifestation. De quelques dizaines d’actes antisémites à la fin des années 1990, nous étions passés à presque 1 000 en 2014. Je voyais monter cette radicalité islamique et l’avais dénoncée dans mon livre, Tableau noir. La défaite de l’école (Denoël, 2008), mais pour Le Monde j’étais « un catastrophiste ».

Alors, les mêmes commentateurs, aveugles volontaires, avancèrent des explications fluctuantes au gré de l’explosion du réel à la figure de tous : après cette première idée d’un effacement de la douleur historique des enfants de l’immigration qui aurait fait naître un ressentiment, une pensée paresseuse s’installa, à l’image par exemple du journal Le Monde, encore lui, qui écrivait alors sous la plume de Luc Bronner et Xavier Ternisien que « sous prétexte de prêcher la bonne parole républicaine, on « ethnicise » les conflits. On plaque une grille de lecture religieuse sur des situations qui ont d’abord à voir avec la relégation sociale et la violence des cités » (11 avril 2003).

Vint ensuite l’accusation de stigmatisation et donc de racisme avant que, plus tard, on utilise le terme «  islamophobie  » : « Pourquoi vous focalisez-vous sur l’antisémitisme des banlieues et ne parlez-vous pas de l’antisémitisme des beaux quartiers ? » me dit ainsi une collègue. « Oui, il existe, mais lequel tue ? » lui répondis-je. Nous étions en septembre 2015. Trois ans auparavant avait eu lieu la tuerie de l’école juive de Toulouse et au mois de janvier précédent celle de l’Hyper Cacher qui avait suivi celle de Charlie Hebdo, mais le problème était de ne pas « stigmatiser » et, injonction ô combien intimidante, de « ne pas faire le jeu de l’extrême droite ». Autant de freins à la nécessaire prise de conscience générale du problème.

Nous connaissons la suite : les attentats, les minutes de silence bafouées dans les écoles, les contestations d’enseignement en constante augmentation, l’autocensure qui progresse chez les enseignants, les menaces de plus en plus nombreuses (900 professeurs menacés avec armes en un an, selon un rapport du Sénat sur les violences contre les enseignants. Six par jour ouvrable d’école !), dont celle, marquante, du proviseur du lycée Maurice-Ravel qui a entraîné sa mise en retrait, et, bien évidemment, les assassinats de professeurs, Samuel Paty et Dominique Bernard, par de jeunes islamistes.

Lucidité indispensable

Il serait faux de laisser penser que l’institution scolaire n’a pas réagi. Dès janvier 2002, à l’initiative d’Alain Seksig, Jack Lang créait un « Comité national de réflexion et de propositions sur la laïcité à l’école » qui préfigurait la commission Stasi installée par Jacques Chirac en 2003 et à l’origine de la loi du 15 mars 2004. Vinrent ensuite la Charte de la laïcité à l’école par Vincent Peillon et la création du référent laïcité par Najat Vallaud-Belkacem. Mais c’est Jean-Michel Blanquer qui déclencha, dès 2017, une réelle mobilisation autour de la défense de la laïcité et des valeurs de la République à l’école (création des équipes valeurs de la République, du Conseil des sages de la laïcité, du référent radicalité, mise en place d’un plan national de formation à destination de tous les personnels, nouvelle épreuve sur ces thèmes aux concours de recrutement des professeurs).

Il fut, pour cela, très attaqué par la gauche de la gauche, et notamment par des enseignants et des organisations enseignantes qui jugèrent que le ministre d’alors était obsédé par ces questions qui, selon eux, étaient stigmatisantes et périphériques. Ce sont les mêmes qui s’élevèrent contre la décision de Gabriel Attal qui interdit les abayas, doutant du bien-fondé de cette décision et allant parfois jusqu’à crier au « racisme et au sexisme ». Or, les contestations d’enseignement, les abayas, les menaces de mort et les assassinats font bien partie d’un tout qui est cohérent : l’islamisme, dont les cibles sont, à travers l’école, notre démocratie et notre République. Peu à peu il fait son lit, il gagne des esprits et s’immisce dans le quotidien et dans l’école. Il surfe sur un discours victimaire tout en cherchant à intimider.

Si nous ne voulons pas que la question se polarise aux extrêmes, si nous voulons préserver notre démocratie et mettre fin à cette peur qui gagne, au-delà des mesures nécessaires de sécurité, de régulation des réseaux sociaux, de formation des enseignants et de réarmement intellectuel de la République, il serait temps, pour la société dans son ensemble, de ne pas fuir le réel et d’accepter de voir ce que l’on voit.

Professeur agrégé d’histoire, Iannis Roder enseigne dans un collège de Seine-Saint-Denis depuis vingt-deux ans. Membre du Conseil des sages de la laïcité, il dirige l’Observatoire de l’éducation à la Fondation Jean-Jaurès. Il publie La Jeunesse française, l’école et la République (Editions de l’Observatoire, août 2022).
La « promesse républicaine » est de plus en plus difficile à transmettre à l’école : tel est le constat de Iannis Roder qui enseigne l’histoire-géographie à Saint-Denis, en zone d’éducation prioritaire.

Source: Le Point

https://www.lepoint.fr/debats/lettre-a-ceux-

L’article Lettre à ceux qui n’ont pas voulu voir monter l’islamisme. Par Iannis Roder est apparu en premier sur Tribune Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

“Messieurs les Iraniens, tirez les premiers ” : la stratégie perdante d’Israël. Par Frédéric Sroussi

La nuit dernière fut surréaliste pour l’Israélien que je suis. Alors que notre pire ennemi annonçait avec fierté le lancement…

Raphael Nisand. La nuit du 13 Avril en forme de Manichtana

  Ou en quoi la nuit du 13 avril 2024 a été différente de toutes les autres nuits ?   …

Freddy Eytan. La riposte devra mettre un terme à la menace iranienne

La dernière attaque aérienne massive contre l’Etat juif prouve que les ayatollahs d’Iran sont capables de lancer des drones et…

Pour “certains”, c’est Israël qui a déclaré la guerre à l’Iran

Comment expliquer que nous ayons à l’Assemblée nationale des gens d’une telle ignorance qui ne comprennent rien aux enjeux internationaux,…

BHL ert le 14 avril: “Ce nouvel événement sans précédent dans l’histoire d’Israël s’inscrit dans la chronologie de ce qui a commencé le 7 octobre”

VIDÉO – « Ce nouvel événement sans précédent dans l’histoire d’Israël s’inscrit dans la chronologie de ce qui a commencé le…

Un exploit historique contre les missiles de croisière et les essaims de drones

Voici comment ils ont été interceptés Les F-35 ont détruit tous les essaims de Shahed 238 (136 perfectionnés), même s’il…

Sur 331 missiles et drones tirés, aucun n’a violé l’espace aérien israélien

Aucun drone ni missile de croisière n’a violé l’espace aérien israélien Une fillette de sept ans d’un village bédouin grièvement…