fbpx

lun' 15 Avr' 2024

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Thomas Stern. Montrer du doigt 

Chaque année, Poyipics -un des Prix les plus vénérable du photojournalisme mondial- récompense les travaux jugés remarquables des photographes qui couvrent l’actualité pour le compte des grandes agences de presse. En mars 2024, le jury, réuni au Reynolds Journalism Institute, dans le Missouri, a récompensé d’un premier prix, dans la catégorie “Picture Story of the Year”, l’Agence Associated Press, pour les travaux réalisés sur le terrain, lors de l’attaque menée par le Hamas et ses soutiens gazaouis à l’aube du 7 octobre 2023 contre les jeunes gens qui dansaient au Festival Tribe of Nova. 370 jeunes gens tués, de nombreux blessés, sans parler des viols et des prises d’otages.

L’heureux gagnant du Prix s’appelle Ali Mahmud. On l’applaudit bien fort. Il était embarqué avec le Hamas, lors de l’action sur le festival. Sans doute conviendrait-il plutôt de dire “embedded”, ça fait plus correspondant de guerre, dans le genre de celui qui prend des risques identiques à ceux des combattants. Comme l’avait fait en son temps, pour citer une légende , Robert Capa qui fut, au matin du 6 juin 1944, armé de son seul Contax, dans la première vague d’assaut débarquant sur Omaha Beach : 90% de pertes, 10% de rescapés, dont lui, avec quelques photos historiques.

Mais si tu le permets, mon cher Ali Mahmud , jouons au jeu de l’interview fictif et laisse-moi te poser quelques questions qui me brûlent les lèvres.

Cher Ali, tu te trouvais dans une situation moins périlleuse que celles qu’affronta, jusqu’à sauter sur une mine en Indochine, Robert Capa, car s’embarquer au milieu de tueurs affairés à massacrer des gamins venus faire la fête, c’est moins dangereux que d’affronter les blockhaus allemands du mur de l’Atlantique, mais -on ne va pas te retirer ça,- tu étais embedded dans le massacre du 7 octobre, comme un vrai reporter de guerre. Et ta photo primée, on peut la voir ? Ta modestie dût-elle en souffrir ? 

“No problem”- répondrait sans doute Ali- : “La voici”

Ah d’ accord ! Des types armés qui braillent dans un pick-up, avec à leurs pieds un corps de jeune femme presque totalement dénudée. Tu veux nous dire quoi en prenant cette photo ?

Moi ? Rien. Je suis photo-journaliste, je montre les faits , je ne les commente pas.

C’ est vrai, tu commentes peu ! Le jury du prix non plus, d’ailleurs, puisqu’il jugera bon de primer ce cliché sans même que soit cité le nom de la victime. Tu connais ce nom ?

Non

La jeune fille, c’ est Shani Louk, une jeune influenceuse germano-israélienne de 23 ans, venue faire la fête au festival Tribe of Nova. Elle sera violée, martyrisée, exécutée en public, puis, après ton image inoubliable, trainée dans des postures obscènes au milieu de la foule de Gaza City , sous les crachats et les quolibets, avant d’être finalement décapitée…

J’ ignorais ces détails.

Sans doute, mais tu n’as pas cru bon de faire citer son nom alors qu’on citait le tien quand tu as obtenu ton prix.

À la guerre qui se soucie du nom des morts ?

Admettons. Et le nom des brailleurs dans le pick-up ?

Comment le connaîtrais-je ?

Tu ne les connais pas ?

Non

Non ?

Quand tu prends la photo, le véhicule est à l’arrêt. Rien n’ indique qu’ il roule. Tu n’en serais pas descendu pour prendre la photo ? Robert Capa disait : “Si tes photos ne sont pas assez bonnes, c’est que tu n’es pas assez près”. Tu n’as pas l’air, mon cher Ali, d’avoir vraiment suivi son conseil : le pick-up que tu photographies n’est pas assez près de ton objectif pour qu’on y voie la mécanique qui préside à cette image.

Quelle mécanique ?

Suivons le conseil de Capa et venons plus près en zoomant.

Voilà, ça se précise : au vu des roues, le véhicule est évidemment à l’arrêt et tu en es descendu pour prendre cette photo, à ton initiative ou à celle des braillards meurtriers. Ton copain -un autre photographe- est resté dans le pick-up. On peut le voir à droite de l’image, derrière le type en casquette, le doigt sur le déclencheur de son appareil. Sa proximité avec les deux braillards, l’un armé d’un lance-roquette, l’autre d’une mitraillette, ne le dérange en rien: ils ont l’appétit de tuer et, lui comme toi, d’en faire des images.

C’est pourquoi tu descends du véhicule pour prendre cette photo. Ça donne ce cliché immonde d’une jeune fille violée puis tuée, exhibée en culotte par deux braillards qui font -l’un comme l’autre- un geste significatif qu’ils veulent te voir photographier.

Braillard numéro un -celui au lance-roquette- veut que tu le photographies avec un pied sur la victime, comme s’il s’agissait d’un trophée de chasse, d’une bête qu’il a su dompter et tuer. Braillard numéro deux -celui avec la mitraillette- pointe son index en direction du cadavre de la jeune fille, et celui qu’il regarde d’un œil où se mêlent défi et complicité, c’est toi. Son geste dit: “Les juives, voilà ce qu’on en fait, prends la photo et montre-la au plus grand nombre”.

Tu ne prends pas simplement une photo à la distance mentale où doit se trouver un témoin, mon cher Ali , tu montres quelqu’un qui veut montrer l’horreur qu’il crée et qui veut qu’elle se voie.

Cette exhortation , cette indexation te sont adressées, voilà ce que tu photographies. Elles font de toi qui joues le jeu le diffuseur actif d’un meurtre que tu approuves. Les assassins du Hamas dans les kibboutz n’avaient pas besoin de toi : ils avaient des go-pros sur leurs casques pour diffuser en live les abominations qu’ils commettaient. Mais le braillard du pick-up à l’index tendu est technologiquement sous-équipé et la go-pro qu’il n’a pas, c’est toi qui la remplaces. Tu es le tueur sous son aspect à la fois voyeur et exhibitionniste et tu lui permets de se donner en spectacle.

Regarde comme il sur-existe, le braillard déchaîné à l’index pointé ! Il n’a jamais de toute sa vie connu une telle importance. Il règne, et c’est toi qui organises son sacre. Sans toi il n’aurait jamais été rien qu’un obscur assassin. Mais le voilà en gloire d’avoir violé et tué ! 

Tu n’as pas volé, mon cher Ali, ta saloperie de prix. Et ceux qui te l’ont attribué, qui savaient parfaitement que tu appartiens au service de presse du Hamas, sont aussi -sinon plus- coupables que toi.

En te récompensant et quoi qu’ils se racontent, ils tressent des couronnes de lauriers à ceux qui font du crime antisémite leur plus noble raison de vivre.

© Thomas Stern

L’article Thomas Stern. Montrer du doigt  est apparu en premier sur Tribune Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

“Messieurs les Iraniens, tirez les premiers ” : la stratégie perdante d’Israël. Par Frédéric Sroussi

La nuit dernière fut surréaliste pour l’Israélien que je suis. Alors que notre pire ennemi annonçait avec fierté le lancement…

Raphael Nisand. La nuit du 13 Avril en forme de Manichtana

  Ou en quoi la nuit du 13 avril 2024 a été différente de toutes les autres nuits ?   …

Freddy Eytan. La riposte devra mettre un terme à la menace iranienne

La dernière attaque aérienne massive contre l’Etat juif prouve que les ayatollahs d’Iran sont capables de lancer des drones et…

Pour “certains”, c’est Israël qui a déclaré la guerre à l’Iran

Comment expliquer que nous ayons à l’Assemblée nationale des gens d’une telle ignorance qui ne comprennent rien aux enjeux internationaux,…

BHL ert le 14 avril: “Ce nouvel événement sans précédent dans l’histoire d’Israël s’inscrit dans la chronologie de ce qui a commencé le 7 octobre”

VIDÉO – « Ce nouvel événement sans précédent dans l’histoire d’Israël s’inscrit dans la chronologie de ce qui a commencé le…

Un exploit historique contre les missiles de croisière et les essaims de drones

Voici comment ils ont été interceptés Les F-35 ont détruit tous les essaims de Shahed 238 (136 perfectionnés), même s’il…

Sur 331 missiles et drones tirés, aucun n’a violé l’espace aérien israélien

Aucun drone ni missile de croisière n’a violé l’espace aérien israélien Une fillette de sept ans d’un village bédouin grièvement…