fbpx

lun' 15 Avr' 2024

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Biden face aux élections américaines. Par Jean Pierre Braun

D’ici fin 2024, la situation politique du monde telle que nous la connaissons aujourd’hui pourrait radicalement changer. La raison en est simple : cette année, des élections majeures auront lieu dans 82 pays à travers le monde, dont 16 pays en Afrique, 18 en Asie, 30 en Europe (oui, c’est pratiquement toute l’Europe), 4 en Océanie et 14 dans toute l’Amérique. Il s’agit d’un chiffre conservateur, étant donné que, par exemple, aux États-Unis, cinq élections différentes auront lieu, ce qui pourrait remodeler tous les aspects de cette démocratie, aux niveaux local, étatique et fédéral. Nous, Israéliens, suivrons de près les élections du Parlement européen début juin de cette année : la coalition des partis verts, qui dans la plupart des pays européens est étroitement liée à la gauche libérale et soutient fortement l’islamisme politique, pourrait être en danger (espérons-le !!) de perdre son emprise sur Bruxelles. En effet, les partis de droite, fervents défenseurs de l’identité nationale et partisans d’un contrôle strict de l’immigration, ont pris la tête des sondages dans toute l’Europe. Il est certainement trop tôt pour prédire les résultats de toutes ces élections, mais une chose est sûre : compte tenu du niveau élevé d’hostilité actuel à l’égard d’Israël et de la vague d’antisémitisme que l’on constate quotidiennement dans la majeure partie de l’Europe, il est probable que tout le changement a le potentiel d’être bénéfique pour Israël et les Juifs. Espérons que du 6 au 9 juin, la coalition libérale-extrême gauche/écologiste/islamiste sera complètement vaincue et que l’hostilité systémique de l’UE envers Israël et les Juifs (c’est-à-dire l’antisémitisme) s’atténuera.

L’élection présidentielle américaine est une suite continue d’événements qui se dérouleront tout au long de 2024 et du premier mois de 2025. Les primaires État par État ont débuté en janvier et se termineront officiellement en juin. Cependant, tout suspense est disparu depuis longtemps puisque Donald Trump et Joe Biden ont décroché l’investiture de leurs partis respectifs, et que tous leurs principaux adversaires ont quitté la course électorale. Les congrès des partis républicain et démocrate auront lieu cet été. Du 15 au 18 juillet pour les Républicains, à Milwaukee. Du 19 au 22 août pour les démocrates, à Chicago. Le résultat attendu de ces événements bruyants sera la confirmation du candidat à la présidentielle et de son colistier, le candidat à la vice-présidence (ensemble, ils sont connus sous le nom de « ticket »). Sauf développement inhabituel, d’ici la fin des conventions, Trump et Biden seront confirmés, et nous connaîtrons définitivement les noms de la seconde moitié des billets. Cette année, plus que jamais, les manœuvres politiques visant à torpiller le candidat de l’autre parti se déroulent avec férocité dans la presse, devant les tribunaux, sur les réseaux sociaux et dans la publicité. Même si nous ne saurons pas avec certitude qui seront les candidats de chaque parti avant l’heure du congrès, il est juste de supposer que Trump et Biden s’affronteront le 5 novembre et que l’un d’eux prêtera serment le 20 janvier 2025.

Il est impossible aujourd’hui de prédire qui sera le prochain président des Etats-Unis. Alors que Trump bénéficiait d’une avance significative plus tôt cette année, cet avantage s’est réduit jusqu’à se situer bien en dessous du seuil d’incertitude des sondages. En cause : le harcèlement dont est victime Donald Trump de la part des agences financières et de la justice porte ses fruits : il se retrouve dans une situation financière et juridique compliquée et accablante exposée publiquement aux yeux de tous. Cela signifie-t-il que Biden est un candidat à la réélection ? Eh bien, certainement pas. Parmi les raisons relativement mineures, l’une est son âge et sa condition mentale et physique perçue, l’autre est son choix actuel de vice-président (Kamala Harris est largement considérée comme une dirigeante inefficace et incompétente. Elle le tire vers le bas, si c’est même le cas). possible).

Examinons les raisons les plus graves pour lesquelles Biden pourrait finir par perdre cette élection.

La première raison est la présence d’autres candidats que Trump et Biden, et certains d’entre eux ont une chance d’attirer un nombre important de voix en novembre. Une douzaine de candidats mineurs peuvent faire du bruit mais ne pas provoquer de perturbations significatives. Robert F. Kennedy Jr, un avocat environnemental bien connu et membre de la famille Kennedy, très respectée et appréciée, a le potentiel d’attirer les électeurs et de changer le résultat de ce qui aurait pu être une course à double sens. Pire encore pour Biden, de nombreux observateurs conviennent que les votes qui iront à Kennedy proviendront du camp de Biden, et non pas tellement de celui de Trump. Biden prend cette menace très au sérieux, et il est probable que les démocrates lanceront une campagne de diffamation contre Kennedy qui s’accélérera jusqu’en novembre. Cela va probablement devenir moche.

La deuxième raison pour laquelle Biden pourrait finir par perdre cette élection est une série de problèmes, réels ou perçus, qui, dans l’esprit de Biden et de son équipe, pourraient lui coûter un soutien électoral important s’ils ne sont pas traités correctement.

Au niveau national, le fiasco de la crise frontalière qui a conduit à une immigration totalement incontrôlée vers les États-Unis constitue un de ces problèmes, peut-être le plus important. Après que Kamala Harris ait lamentablement échoué à contrôler ce problème, Biden a décidé de rejeter la faute sur quelqu’un d’autre : il a récemment publié un décret sur le sujet, et il se positionne désormais comme le bon gars (j’ai fait tout ce que je pouvais, ce qui est bien sûr un mensonge), et il rejette la faute sur le Congrès (c’est-à-dire qu’il ne fait pas son travail). Reste à savoir si cela se déroulera comme il le souhaite. Ce n’est qu’un exemple.

Sur le plan international, Biden a deux domaines d’intervention : l’un est l’Ukraine/Russie, l’autre est Gaza/Israël.

Concernant l’Ukraine, Biden cherche activement des moyens de contrôler et de limiter la manière dont l’Ukraine mène cette guerre contre la Russie. Je n’ai pas de sympathie particulière pour l’Ukraine, mais il est bien connu qu’elle a été et reste la cible d’attaques massives de la Russie. La Russie a récemment pris pour cible les sources d’énergie ukrainiennes, dans le froid de l’hiver, causant d’importants dégâts aux populations civiles. Eh bien, devinez quoi, Biden interdit désormais à l’Ukraine de cibler les sources d’énergie, les usines et le réseau de distribution russes (source : « The Hill », 27 mars 2024). La raison invoquée : cela entraînerait une hausse des prix du pétrole, ce qui lui donnerait une mauvaise image en cette année électorale. Dans un exemple sans rapport avec celui-ci, l’armée américaine a réduit de manière très significative la portée de certaines des roquettes les plus avancées qu’elle a expédiées en Ukraine, craignant que les États-Unis (lire : Biden) soient blâmés si les roquettes américaines atteignent l’intérieur de la Russie. En d’autres termes, chers amis ukrainiens, vous avez été attaqués, nous reconnaissons en principe votre droit de vous défendre, nous vous donnons même des armes et des munitions, mais nous nous réservons le droit de vous dire comment et où vous pouvez mener votre guerre défensive

Dans une certaine mesure, le cas de l’Ukraine est assez simple : les États-Unis n’ont jamais eu l’intention d’y intervenir directement, ni même promis de le faire. Il n’est pas certain qu’une partie significative de la population américaine basera son vote de novembre sur ce qui se passe en Ukraine. Contrairement au président français Macron qui développe un cas aigu de paranoïa fiévreuse (*), Biden agit avec des précautions farfelues, mais il est prêt à dicter la manière dont l’Ukraine doit se défendre.

(*) Macron a menacé la Russie que la France pourrait envoyer 20 000 soldats terrestres français en Ukraine, ce que Poutine n’a visiblement pas apprécié. Macron a désormais élevé le niveau d’alerte en France au plus haut niveau possible, avec des militaires et des policiers déployés partout, semant la peur, voire la panique, parmi les résidents français.….

Israël représente un défi plus complexe pour Biden en ce qui concerne sa campagne de réélection.

La population musulmane aux États-Unis est passée de 3,45 millions de personnes en 2017 à 4,45 millions en 2020, pour atteindre probablement plus de 6 millions aujourd’hui. Concentrés dans les États du Midwest et à New York, ils ont un poids considérable les jours d’élections, d’autant plus que plusieurs de ces États (MN, MI, WI, etc.) sont considérés comme des swing states. Le vote de la population musulmane dans son ensemble sera probablement affecté par la guerre à Gaza/Israël, ainsi que par d’autres questions. Les dirigeants musulmans américains ont exprimé leur mécontentement face au soutien démocrate à la cause LGBT. Les sondages ont montré que de nombreux musulmans pourraient détourner leur vote de Biden s’il persiste. Eh bien, Biden, le maître de l’apaisement, ne manque jamais une occasion de plaire à sa population musulmane : la semaine dernière, dans le cadre d’un projet de loi de finances plus important, il a signé une disposition interdisant de faire flotter le drapeau LGBT dans toutes les ambassades américaines du monde. Cela vise bien entendu à plaire aux électeurs musulmans. Mais en même temps, et comme il ne veut pas non plus perdre le vote des homosexuels, il a fait une promesse verbale, peu médiatisée, de revenir sur la disposition qu’il vient de signer. Apaisement et complaisance, quelle que soit votre apparence.

Le 8 octobre 2023 , le président Joe Biden était le véritable ami d’Israël. Il a fait preuve de respect, de compréhension, de compassion et de détermination. Il a compris. Son soutien à Israël fut remarquable, inconditionnel, considérable. Et avec le temps, les choses ont commencé à changer. Israël a maintenu le cap, avec les mêmes objectifs déclarés. Le Hamas est devenu plus vicieux avec le temps. La machine de propagande arabe a commencé à produire des mensonges, de fausses nouvelles et un nombre de victimes scandaleux et invérifiable. La devise du Hamas « du fleuve à la mer » est devenue un slogan de ralliement, rarement compris par ceux qui la criaient à travers le monde. L’éradication d’Israël et des Juifs est devenue un argument courant qui pouvait être utilisé et répété dans des conversations apparemment civilisées. L’antisémitisme est devenu quelque chose dont personne n’avait à avoir honte, la haine des Juifs était une position ouvertement acceptée et raisonnable à défendre. Que Biden et le reste du monde n’aient pas compris les terribles conséquences de ce nouveau discours, ou qu’ils aient délibérément choisi de les ignorer, n’a pas vraiment d’importance. Les faits sont simples : Biden et la majeure partie du monde ont choisi de croire tout ce qui sortait de la machine de propagande de guerre arabe, et à l’inverse, ils ont choisi d’ignorer les arguments, les preuves, les témoignages, etc. d’Israël. Tout cela s’est produit alors que Biden, à la traîne de Trump. dans l’opinion publique, cherchait des moyens d’améliorer les résultats de ses sondages. C’est assez simple : faire pression sur Israël, et encore plus de pression. Menacez Israël, faites chanter Israël : nous couperons vos approvisionnements en armes si vous ne menez pas votre guerre à la manière de Biden. Il ne faut rien reprocher aux Arabes, le Hamas pourrait même se voir offrir une nouvelle virginité. Bravo M. Biden, cela fonctionne pour vous : CNN a déclaré ce matin que plusieurs États swing des Grands Lacs (ceux à forte population musulmane) étaient désormais passés dans le camp des Démocrates. Apaisement et complaisance, quelle que soit votre apparence.

La résolution 2728 de l’ONU, adoptée par le Conseil de sécurité le 25 mars, a été perçue par la plupart des Israéliens et des Juifs de la diaspora comme une trahison. Comment les États-Unis n’ont-ils pas opposé leur veto à une résolution imposant un cessez-le-feu à Israël sans aucune condition, sans aucun blâme sur le Hamas, sans le lier à la libération des otages ? Bien sûr, le texte contient une phrase demandant au Hamas d’avoir la gentillesse de libérer certains otages, mais sans aucune pression ni menace s’il n’obéit pas. Les États-Unis n’ont pas opposé leur veto à cette résolution unilatérale, ils se sont abstenus. Le Hamas, l’Iran, les Palestiniens et bien d’autres se sont réjouis de ce qu’ils considéraient comme une défaite cuisante pour Israël. Pire encore, depuis que le monde impose un cessez-le-feu à Israël, le Hamas n’a rien à faire au sujet des otages ; en fait, il a rapidement annoncé qu’il se retirait de toute nouvelle négociation sur les otages. Et Israël est tenu pour responsable de ce revers. C’est soit le résultat d’une naïveté épouvantable, soit le résultat d’un calcul machiavélique de la part de Biden et de son équipe. Monsieur Biden, Monsieur Blinken, il est temps pour vous de vous souvenir de Chamberlain et Daladier. Comme vous, ils ont cherché à apaiser le diable en trahissant leurs alliés. L’Histoire n’est, à juste titre, pas tendre envers Chamberlain et Daladier. Leur erreur de calcul a conduit à la Seconde Guerre mondiale et a causé des dizaines de millions de morts. Monsieur Biden, Monsieur Blinken, en laissant passer cette terrible résolution, vous vous êtes non seulement inclinés devant le groupe terroriste le plus barbare que le monde ait connu depuis très longtemps, vous avez également enhardi le Hezbollah, Daesh, l’Etat islamique et, par-dessus tout, l’Iran, le pire groupe terroriste. menace pour la paix mondiale. Monsieur Biden, avec cette démarche répugnante, vous avez peut-être gagné quelques voix supplémentaires de la communauté musulmane, mais à quel prix ?

Comme nous l’avons dit précédemment, les objectifs d’Israël n’ont pas changé. Nous menons une guerre juste, avec décence, éthique et, autant que possible, dans le respect de la vie humaine. Et nous devons maintenir le cap. Nous devons terminer le travail. Nous devons libérer tous les otages, pas seulement 40 d’entre eux. Et tandis que nous sommes inondés de messages de haine et de critiques, nous devons réparer nos relations avec les États-Unis. À mon humble avis, cela ne peut se faire qu’à l’abri des regards du public, de manière totalement confidentielle, sans fuites dans la presse et sans déclarations incontrôlées et inutiles. Le temps presse ; cela doit commencer très bientôt car cela prendra du temps. Je suis convaincu que le Premier ministre Netanyahu a les compétences, la motivation et la force nécessaires pour mener à bien un tel travail de réparation et pour ramener Biden et les États-Unis dans un alignement total sur Israël, notre pays bien-aimé, la seule démocratie dans un océan de régimes dictatoriaux, et le seul allié fiable des États-Unis dans tout le Moyen-Orient.

© Jean-Pierre Braun

Source: Times Of Israel

https://blogs.timesofisrael.com/president-biden

Jean Pierre Braun fut vice-président d’une branche locale du CRIF et président de la communauté Rachi à Grenoble.

L’article Biden face aux élections américaines. Par Jean Pierre Braun est apparu en premier sur Tribune Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

“Messieurs les Iraniens, tirez les premiers ” : la stratégie perdante d’Israël. Par Frédéric Sroussi

La nuit dernière fut surréaliste pour l’Israélien que je suis. Alors que notre pire ennemi annonçait avec fierté le lancement…

Raphael Nisand. La nuit du 13 Avril en forme de Manichtana

  Ou en quoi la nuit du 13 avril 2024 a été différente de toutes les autres nuits ?   …

Freddy Eytan. La riposte devra mettre un terme à la menace iranienne

La dernière attaque aérienne massive contre l’Etat juif prouve que les ayatollahs d’Iran sont capables de lancer des drones et…

Pour “certains”, c’est Israël qui a déclaré la guerre à l’Iran

Comment expliquer que nous ayons à l’Assemblée nationale des gens d’une telle ignorance qui ne comprennent rien aux enjeux internationaux,…

BHL ert le 14 avril: “Ce nouvel événement sans précédent dans l’histoire d’Israël s’inscrit dans la chronologie de ce qui a commencé le 7 octobre”

VIDÉO – « Ce nouvel événement sans précédent dans l’histoire d’Israël s’inscrit dans la chronologie de ce qui a commencé le…

Un exploit historique contre les missiles de croisière et les essaims de drones

Voici comment ils ont été interceptés Les F-35 ont détruit tous les essaims de Shahed 238 (136 perfectionnés), même s’il…

Sur 331 missiles et drones tirés, aucun n’a violé l’espace aérien israélien

Aucun drone ni missile de croisière n’a violé l’espace aérien israélien Une fillette de sept ans d’un village bédouin grièvement…