fbpx

lun' 15 Avr' 2024

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Guy Millière. Israël trahi?

Il semble clair que l’administration Biden aimerait voir la création rapide d’un État palestinien ou du moins d’un “gouvernement d’unité palestinienne” – malheureusement composé de l’Autorité palestinienne et du groupe terroriste Hamas – et, abracadabra, le reconnaître.

Les dirigeants palestiniens ont, en fait, été admirablement clairs : ils ne veulent pas d’un État aux côtés d’Israël, ils veulent un État au lieu d’Israël.

“Alors que le Qatar aide à mettre en Place un nouveau front “technocratique” pour les terroristes, le sommet de Moscou a clairement indiqué que le véritable programme du nouveau gouvernement serait la terreur contre Israël et les États-Unis.” – Daniel Greenfield, journaliste, 12 mars 2024.

“Ils [les familles des otages] peuvent soulever l’enfer pour la libération de leurs proches – dans les médias, au Congrès et en manifestant devant l’ambassade du Qatar sur M Street à Washington, D.C. Le Qatar est extrêmement et incroyablement sensible à l’exposition de quelque manière que ce soit en tant qu’État parrain de la terreur… Une seule déclaration d’un État-Uni Un responsable du ministère de la Défense, à propos de la relocalisation – ou même de l’envisage de la relocalisation – de cette base du Qatar vers un autre pays qui n’est pas un État parrain du terrorisme, c’est tout ce qu’il faudrait pour libérer les otages américains. Même en indiquant que les États-Unis ont d’autres options que le Qatar le ferait.” – Yigal Carmon, fondateur et président du Middle East Media Research Institute, 6 novembre 2023.

Le Qatar n’est pas un courtier honnête… Le Qatar a été le principal bailleur de fonds du Hamas… Le Hamas est l’animal de compagnie du Qatar ; le Qatar ne veut probablement pas que le Hamas perde la guerre et est sûr de faire tout ce qu’il peut pour obtenir ce résultat.

Il semble que l’administration Biden aimerait échanger Netanyahou contre un paillasson qui accepterait un État terroriste palestinien à côté, une victoire du Hamas à Gaza et en Iran ayant des armes nucléaires.

Il semble clair que l’administration Biden aimerait voir la création rapide d’un État palestinien ou du moins d’un “gouvernement d’unité palestinienne” – malheureusement composé de l’Autorité palestinienne et du groupe terroriste Hamas – et, abracadabra, le reconnaître. Sur la photo : Le président Joe Biden parle des attaques terroristes en Israël aux côtés du secrétaire d’État Antony Blinken de la salle à manger de l’État à la Maison Blanche le 7 octobre 2023 à Washington, DC. (Photo de Samuel Corum/Getty Images)
15 février 2024. Le président Joe Biden et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ont une longue conversation téléphonique. Le communiqué publié par la salle d’information de la Maison Blanche indique qu’ils ont parlé de l’aide humanitaire aux civils à Gaza et des opérations militaires israéliennes.

Quelques heures plus tard, Netanyahou a posté un message sur X, disant sans coups de coups :

“Israël continuera de s’opposer à la reconnaissance unilatérale d’un État palestinien. Une telle reconnaissance à la suite du massacre du 7 octobre donnerait une énorme récompense à un terrorisme sans précédent et empêcherait tout futur règlement de paix”.

Il semble clair que l’administration Biden aimerait voir la création rapide d’un État palestinien ou du moins d’un “gouvernement d’unité palestinienne” – malheureusement composé de l’Autorité palestinienne et du groupe terroriste Hamas – et, abracadabra, le reconnaître.

Selon le Washington Post :

“L’administration Biden et un petit groupe de partenaires du Moyen-Orient se précipitent pour terminer un plan détaillé et complet pour la paix à long terme entre Israël et les Palestiniens, y compris un calendrier ferme pour l’établissement d’un État palestinien”.

L’article suggère que le département d’État américain procède à un examen des options pour reconnaître l’”État palestinien” dès la fin de la guerre.

L’article dit également qu’il y a un “éléphant dans la salle de planification” : les pourparlers ont lieu sans aucune participation israélienne. Comme le montre le message de Netanyahu, ils se déroulent contre la volonté du Premier ministre israélien et de son gouvernement. Ils se déroulent même contre la volonté de presque tous les membres du parlement israélien (la Knesset) : ils ont voté 99 contre 11 le 21 février pour soutenir la décision du gouvernement de rejeter “les diktats internationaux concernant un règlement permanent avec les Palestiniens et l’établissement d’un État palestinien” et sa “reconnaissance unilatérale”.

Comment les membres de l’administration Biden peuvent-ils penser qu’elle réalisera une sorte de “paix” entre Israël et les Palestiniens dans ces conditions ? Ils ne le font probablement pas. Ils ne font probablement que regarder les sondages électoraux au Michigan, où de nombreux démocrates qui sont probablement pro-Hamas ont récemment voté “non engagés” lors de la primaire présidentielle du parti. Comment les responsables de l’administration peuvent-ils même imaginer pouvoir créer un État palestinien sans l’acceptation d’Israël ? Ils espèrent probablement – comme avec trois ans de frontières américaines ouvertes, étouffant la production d’énergie américaine et apaisant les adversaires américains tels que la Russie, la Chine et l’Iran – qu’ils pourront s’en tirer.

Comment l’administration Biden peut-elle ne pas voir que la création d’un État palestinien essentiellement non revitalisé ou d’un “gouvernement d’unité palestinienne” terroriste quelques mois seulement après le massacre du 7 octobre constituerait une énorme récompense pour le terrorisme ?

L’administration Biden semble également prête à récompenser les terroristes. C’est déjà le cas. Le 18 octobre, l’administration Biden a donné 100 millions de dollars en “aide humanitaire” à Gaza et à la Cisjordanie, seulement 11 jours après le massacre du 7 octobre – sachant très bien que Gaza était contrôlée par le Hamas et que l’argent et l’aide finiraient par le Hamas.

L’administration Biden, à son grand crédit, a envoyé des porte-avions de la marine américaine dans la région, des munitions en Israël et l’a soutenue verbalement – mais ils essaient également apparemment de ne pas perdre le “vote arabo-américain”.

Le 26 janvier 2021, six jours après la prestation de serment de Biden, l’ambassadeur par intérim des États-Unis auprès des Nations Unies, Richard Mills, a déclaré que l’administration Biden “restaurerait” l’aide” à l’Autorité palestinienne (AP). Quelques semaines plus tard, sans que l’administration Biden ne demande même à l’AP de cesser de financer le terrorisme, l’aide a été rétablie.

En 2021, lorsque le Hamas a attaqué Israël, l’administration Biden a fait pression sur le gouvernement israélien pour qu’il arrête la réponse israélienne. Lorsqu’un cessez-le-feu a été mis en œuvre, Biden a promis de fournir une aide humanitaire rapide à la population de Gaza et une aide pour la reconstruction de Gaza. Même à ce moment-là, il était clair que l’aide aiderait le groupe terroriste au pouvoir Hamas, quels que soient les démentis que Biden a déclarés à l’époque, tels que : “Nous le ferons en plein partenariat avec l’Autorité palestinienne – et non avec le Hamas”.

Pour “gérer” la situation, Biden a envoyé Hady Amr, un homme qui avait écrit que le groupe terroriste Hamas devrait être inclus dans les négociations ; Biden a ensuite nommé Amr le représentant spécial américain pour les affaires palestiniennes.

Le 19 janvier 2021, Antony Blinken, qui n’avait pas encore prêté serment en tant que secrétaire d’État, a promis que l’administration Biden négocierait un nouvel accord avec le principal ennemi d’Israël dans la région, l’Iran. Neuf jours plus tard, après être devenu secrétaire d’État, il a nommé envoyé spécial en Iran Robert Malley, un homme qui aurait été favorable à l’Iran et plus tard suspendu pour activité actuellement sous enquête – si l’enquête n’a pas été secrètement abandonnée.

L’administration Biden a ensuite levé diverses sanctions contre le régime iranien et a progressivement débloqué des milliards de dollars de fonds iraniens. Bien que le principal bailleur de fonds du Hamas ait été le Qatar – qui fournit “de l’argent de protection” “sans protection” – l’Iran aurait donné au Hamas 100 millions de dollars par an, dont une partie a probablement été utilisée pour financer le massacre et la machine de guerre du Hamas du 7 octobre.

Dans un mouvement dont personne ne parle jamais, l’Autorité palestinienne – dans un mouvement recommandé par le plan Fayyed 2009 et mis en œuvre avec l’aide excessivement généreuse de l’Union européenne – s’est précipitée aussi vite qu’elle le peut pour construire des “faits sur le terrain” dans les zones contestées, contournant ainsi les négociations directes sur lesquelles les deux parties s’étaient mises d’accord. Ces “faits”” comprennent maintenant au moins “près de 10 000” chantiers de construction arabes illégaux. Tout de même, sous le gouvernement israélien du Premier ministre de l’époque, Naftali Bennet, l’administration Biden, a publié des déclarations hostiles à Israël et aux “colonies” juives en Cisjordanie. De nombreux Palestiniens, néanmoins, semblent considérer tout Israël comme “un grand établissement”.

Dès que Netanyahu a remporté les élections israéliennes le 1er novembre 2022, l’hostilité de l’administration Biden s’est intensifiée – pas pour la première fois – contre Netanyahu lui-même. Le département d’État a aidé à financer des mois de manifestations anti-Netanyahu qui visaient essentiellement à faire tomber son gouvernement – d’abord, afin que l’Iran puisse obtenir une arme nucléaire, puis accepter un cessez-le-feu, ou un “État palestinien”, ou un gouvernement d’unité terroriste ou, on suppose, tout ce que l’administration Biden demande.

Immédiatement après le massacre du 7 octobre, Blinken et Biden ont montré leur soutien à Israël, mais ont même alors commencé à faire pression sur Israël – pas sur le Hamas, l’Iran ou le parrain du Hamas, le Qatar. Blinken aurait subordonné la fourniture de munitions à l’armée israélienne à l’acceptation par Israël du paiement de cent millions de dollars d’aide aux Palestiniens en provenance des États-Unis. “[Ne pas être consommé par la rage”, a averti Biden. Depuis lors, pour la plupart, les pressions ont continué d’augmenter.

Le 30 novembre, Blinken a dénoncé la “perte massive de vies civiles” résultant de l’action militaire israélienne à Gaza et a ajouté qu’Israël doit “respecter le droit international humanitaire”, ce qui implique qu’Israël ne l’était pas. Israël, quant à lui, a fait des efforts extraordinaires pour protéger les citoyens de Gaza. Les Israéliens ont fait des milliers d’appels aux téléphones portables des habitants de Gaza et ont couvert Gaza par voie aérienne de tracts en arabe leur indiquant où fuir pour se mettre en lieu sûr – tandis que leurs propres dirigeants du Hamas leur ont tiré dessus pour les empêcher de partir et, plus tard, pour les empêcher de prendre de l’aide humanitaire.

L’administration Biden, bien qu’elle ait été extrêmement utile pour envoyer des porte-avions dans la région – probablement comme moyen de dissuasion pour empêcher la guerre de se propager – semble maintenant essayer de dicter à Israël comment il devrait mener sa guerre. Le secrétaire à la Défense Lloyd Austin, cependant, a assuré à Israël que les États-Unis ne limiteront pas le calendrier qu’ils doivent remplir.

Biden a également utilement ignoré les demandes des “sénateurs démocrates” de retenir le soutien militaire à Israël s’il n’approuve pas l’aide humanitaire pour Gaza, ce qui signifie malheureusement pour le Hamas, qui s’en approprie (ici, ici, ici, ici et ici).

Essayer d’établir un “plan de paix” qui ne manquera pas d’apporter plus de guerre – en particulier contre la volonté du pays, Israël, qui serait directement affecté par un “plan de paix” – est d’agir contre Israël. Tenter de créer un État palestinien contre la volonté d’Israël n’est utile à personne – encore moins les Palestiniens qui seraient condamnés à vivre sous un leadership corrompu et dédaigneux. De récents sondages d’opinion palestiniens montrent que près de 90 % disent vouloir que le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, maintenant à la 19e année de son mandat de quatre ans, sortir.

Tout plan de paix établi de cette manière est voué à l’échec : la paix, comme convenu à la fois par les Israéliens et les Palestiniens dans l’accord d’Oslo de 1993, ne peut être réalisée qu’avec un accord entre les deux parties concernées. Les dirigeants israéliens ont offert la paix à de nombreuses reprises ainsi que d’immenses concessions. Chaque fois, les dirigeants palestiniens ont refusé, sans même une contre-offre.

La tentative de créer un État palestinien est également, malheureusement, vouée à l’échec : les dirigeants israéliens ont proposé la création d’un État palestinien à plusieurs reprises, et chaque fois que les dirigeants palestiniens en ont offert un, ils ont refusé. Les dirigeants palestiniens ont, en fait, été admirablement clairs : ils ne veulent pas d’un État aux côtés d’Israël, ils veulent un État au lieu d’Israël.

Même maintenant, selon le journaliste Daniel Greenfield, les terroristes palestiniens à Moscou travaillent à la création d’un “gouvernement technocratique” : “un front pour les terroristes et composé de cadres à but non lucratif, d’universitaires, d’économistes et d’autres personnes qui ont de l’expérience dans le traitement de la communauté internationale et l’extraction d’aide étrangère d’eux” :

Le Hamas ne fera pas officiellement partie du régime des marionnettes, mais contrôlera les marionnettes.”

Husam Zomlot, ambassadeur de l’Autorité palestinienne au Royaume-Uni, a déclaré au Financial Times. “À propos du Hamas – il y a des discussions en cours… mais ce gouvernement est un gouvernement technocratique, il n’est fait d’aucune faction politique, parce que ce n’est pas le moment pour les factions politiques.”

C’est ce que l’administration Biden et l’UE veulent entendre, mais alors que le Qatar aide à mettre en plan un nouveau front “technocratique” pour les terroristes, le sommet de Moscou a clairement indiqué que le véritable programme du nouveau gouvernement serait la terreur contre Israël et les États-Unis.

Le sommet de Moscou a révélé qu’un gouvernement technocratique ne mettra pas fin au terrorisme, il le déguisera, et il ne mettra pas fin au conflit, il l’escaladera.

Un État “palestinien”, les groupes terroristes ont déjà annoncé, sera un État terroriste.

L’administration Biden, malheureusement, semble parfois avoir un moyen d’ignorer ce qu’elle ne veut pas entendre ou voir (comme pour les frontières ouvertes de l’Amérique), et apparemment tous les échecs passés (Afghanistan, inflation, immigration) et leurs conséquences.

Au Moyen-Orient, chaque fois que les dirigeants israéliens ont eu des illusions sur les dirigeants palestiniens ou ont cédé à la pression étrangère, des actes terroristes dévastateurs ont suivi : les avions de ligne détournés, le massacre des Jeux olympiques de Munich, le détournement du navire Achille Lauro, où les Palestiniens ont poussé les personnes âgées en fauteuil roulant Leon Klinghoffer en mer ; l’attentat à la pizzeria Sbarro, l’attentat à la bombe du Café Hillel, l’attentat à la bombe de l’hôtel Park et plusieurs intifadas (résurrections) meurtrières. Le soi-disant “processus de paix” qui a suivi les accords d’Oslo a conduit à la création de l’Autorité palestinienne qui est rapidement devenue une base pour un terrorisme anti-israélien continu, et une vague d’attaques sanglantes qui, jusqu’au 7 octobre, n’a été interrompue que par la construction d’une barrière de sécurité.

Si des élections avaient lieu aujourd’hui, selon les sondages, les Palestiniens voteraient à une écrasante majorité pour le Hamas. Tout dirigeant arabe palestinien qui signe un traité de paix avec Israël aujourd’hui ne serait considéré que comme un traître et serait lynché. L’objectif de la direction palestinienne en ce moment, comme le souligne Greenfield, est probablement de savoir comment garder l’argent.

Le 23 février, Blinken a déclaré que l’expansion des colonies israéliennes en Cisjordanie est “incohérente avec le droit international” – un clair pas en arrière par rapport à la position exprimée par le secrétaire d’État de l’époque, Mike Pompeo en 2019 : “La Judée et la Samarie sont des parties légitimes de la patrie juive, et les Israéliens ont le droit d’y vivre”.

Trois semaines plus tôt, Biden a signé un décret autorisant des sanctions contre les colons israéliens (et potentiellement les politiciens israéliens) présumés avoir été impliqués dans la violence contre les Palestiniens – après que 5 600 attaques terroristes aient été menées contre des Israéliens en 2023. Au cours de la même période, les Israéliens ont commis 60 actes de violence contre les Palestiniens, en grande partie pour se défendre contre les agresseurs. L’administration Biden a puni les actes défensifs des Israéliens qui ont été attaqués, et non de leurs attaquants.

L’administration Biden, citant les risques de famine, a insisté pour envoyer plus d’aide humanitaire à Gaza, même si la majeure partie est capturée par le Hamas et donnée à ses terroristes, ce qui leur permet de prolonger la guerre. Lorsque des civils s’approchent des fournitures d’aide, le Hamas tire. Plus d’aide signifie simplement plus d’aide pour le Hamas.

Les États-Unis sont sur le point de construire une jetée à Gaza pour apporter plus d’aide humanitaire avec l’aide des Émirats arabes unis. Cependant, il n’est pas clair comment ils prévoient d’empêcher le Hamas de commander l’aide supplémentaire.

Les hôpitaux de Gaza sont surpeuplés. De nombreux civils de Gaza pourraient être traités s’ils pouvaient sortir de la bande de Gaza. Le gouvernement égyptien s’y oppose. Il a eu ses propres disputes avec des terroristes et peut en outre se rappeler trop bien comment, en 1970, les Palestiniens ont montré leur appréciation pour l’hospitalité du roi Hussein de Jordanie. Dans un massacre appelé Black September, ils ont essayé de le renverser et de l’assassiner.

L’Égypte dépend en grande partie de l’aide financière américaine et l’administration Biden a un effet de levier sur son gouvernement, mais l’administration Biden n’a pas fait pression sur le gouvernement égyptien. Il semble que les États-Unis se sont pliés aux souhaits de l’Iran et du Hamas, qui refusent de permettre aux civils de Gaza de quitter la bande de Gaza et de les maintenir dans la zone de conflit en tant que boucliers humains. S’ils sont tués, Israël sera blâmé à tort, pas le Hamas. Plusieurs pays ont offert d’accueillir des civils de Gaza : la Turquie, le Canada, la Tchétchénie. “Les États-Unis”, a annoncé Blinken, “rejettent sans équivoque toute proposition préconisant la réinstallation des Palestiniens en dehors de Gaza”.

“Pour survivre”, a déclaré le président Biden le 26 février, “Israël doit saisir l’occasion de la paix, de la sécurité avec les Palestiniens… Je pense que si nous obtenons ce cessez-le-feu temporaire, nous serons en mesure d’aller dans une direction où nous pourrons changer la dynamique”.

Les sondages montrent que la plupart des Israéliens savent que la survie d’Israël est en jeu. Ils ne pensent pas un seul instant qu’il y a une opportunité de paix et ils ne veulent certainement pas “changer la dynamique”. Les Israéliens n’ont pas oublié le 7 octobre que Netanyahu a comparé à “vengt 11 septembre”. Le peuple israélien, selon les rapports, est uni en voyant que sans la destruction du Hamas en tant que menace politique et militaire, Israël ne sera pas en sécurité.

Ils comprennent que si le Hamas survit à la guerre, ses dirigeants déclareront la victoire et les menaces qui pèsent sur Israël ne feront que s’aggraver.

Les Israéliens sont également bien conscients que la véritable menace pour Israël est le régime de l’Iran, qui, malgré les dénis, a clairement contribué à planifier l’attaque. Même si ses milices par procuration en Irak et en Syrie ont lancé depuis le 7 octobre plus de 150 attaques contre les troupes américaines, l’administration Biden refuse toujours de demander des comptes à l’Iran. Un autre proxy de l’Iran, le Hezbollah, qui dispose d’au moins 150 000 missiles visant Israël, un pays de la taille du New Jersey, continue de tirer des missiles dans le nord d’Israël – 100 en un jour récent – pour y rendre la vie invivable.

L’administration Biden vient de renoncer à essayer de mettre en place un cessez-le-feu d’une durée de six semaines en échange de quelques-uns des otages détenus par le Hamas – les femmes et les enfants – et de la libération de 10 terroristes emprisonnés en Israël pour chaque otage libéré. Lorsque le Hamas a refusé de fournir les noms des otages encore vivants, l’accord s’est effondré.

Tout cessez-le-feu donnerait simplement au Hamas l’occasion de se réapprovisionner et de se réorganiser, et les terroristes libérés redeviendrait rapidement à nouveau terroristes. Les demandes du Hamas de libérer les otages restants ne cesseraient sans aucun doute de croître.

L’administration Biden pourrait facilement annuler le bail de 10 ans de la base aérienne américaine d’Al Udeid au Qatar demain – elle a renouvelé le bail en janvier, probablement en échange de rien – et voir tous les otages à la maison d’ici ce week-end.

Les groupes concernés pourraient également manifester contre le Qatar en tant qu’État parrain du terrorisme, comme l’a conseillé Yigal Carmon, fondateur et président du Middle East Media Research Institute (MEMRI) :

“Ils [les familles des otages] peuvent soulever l’enfer pour la libération de leurs proches – dans les médias, au Congrès et en manifestant devant l’ambassade du Qatar sur M Street à Washington, D.C. Le Qatar est extrêmement et incroyablement sensible à l’exposition de quelque manière que ce soit en tant qu’État parrain de la terreur…

“Beaucoup d’Américains pensent qu’ils doivent au Qatar pour son accueil des États-Unis. Base CENTCOM. La vérité est exactement le contraire : c’est le Qatar qui doit aux États-Unis d’y avoir localisé cette base. Sans la présence de cette base dans le pays, le Qatar disparaîtrait en moins d’une semaine – ses voisins le mangeraient.

“Une seule déclaration d’un État Uni Un responsable du ministère de la Défense, à propos de la relocalisation – ou même de l’envisage de la relocalisation – de cette base du Qatar vers un autre pays qui n’est pas un État parrain du terrorisme, c’est tout ce qu’il faudrait pour libérer les otages américains. Même en indiquant que les États-Unis ont d’autres options que le Qatar le ferait.”

Bien qu’il soit censé négocier la libération des otages, le Qatar n’est pas un courtier honnête. Loin d’être un “allié majeur non-OTAN”, comme Biden l’a oint en quichotisme, le Qatar est un État parrain du terrorisme, d’Al-Qaïda à Al Shaabab, en passant par les talibans, le front Al Nusra “et même l’Etat islamique”, selon l’ancienne représentante américaine Ileana Ros-Lehtinen. Le Qatar devrait être désigné comme tel. Le Qatar a soutenu le Hamas depuis qu’il a échousé l’Autorité palestinienne de la bande de Gaza en 2007. Le Qatar a été le principal bailleur de fonds du Hamas, fournissant plus de 1,8 milliard de dollars depuis 2007. Le Hamas est l’animal de compagnie du Qatar ; le Qatar ne veut probablement pas que le Hamas perde la guerre et est sûr de faire tout ce qu’il peut pour obtenir ce résultat.

Le gouvernement israélien, qui continuerait de recevoir des renseignements précieux de l’interrogatoire des terroristes qu’il a appréhendé jusqu’à présent, dit qu’il doit encore se rener à Rafah, la dernière partie du sud de Gaza. On croit que les dirigeants terroristes du Hamas pourraient s’y cacher, se déplacer dans les tunnels sans fin et garder les otages avec eux comme boucliers humains.

L’administration Biden, pour sa part, semble parfois frustrée par la détermination d’Israël à agir en tant que nation souveraine en décidant de ce qui est le mieux pour sa sécurité, plutôt que d’être un vassal des États-Unis. Le 7 janvier, Jake Tapper de CNN a rapporté qu’un responsable de l’administration Biden lui avait dit que Netanyahou devrait choisir entre sa coalition et ses liens avec les États-Unis.

L’administration Biden a essayé de contourner Netanyahou et de créer des divisions politiques en Israël pendant la guerre. Le mois dernier, un rival politique de Netanyahu, Benny Gantz, que Netanyahu avait amené dans son cabinet de guerre, a effectué une visite non autorisée à Washington, à l’invitation de l’administration Biden, pour des “réunions politiques” – sans l’accord de Netanyahou et sans coordonner ses plans avec le gouvernement israélien.

Andrea Mitchell de NBC a écrit que de hauts responsables américains ont déclaré que l’administration Biden regardait au-delà de Netanyahu pour essayer d’atteindre ses objectifs dans la région. Il semble que l’administration Biden aimerait échanger Netanyahou contre un paillasson qui accepterait un État terroriste palestinien à côté, une victoire du Hamas à Gaza et en Iran ayant des armes nucléaires.

Le 14 mars, le leader de la majorité au Sénat américain Chuck Schumer (D-NY) a en fait appelé à l’évinchisement du Premier ministre démocratiquement élu Netanyahu et a proposé de nouvelles élections – comme si c’était sa prérogative de dire au gouvernement d’une autre nation souveraine comment mener ses affaires intérieures. L’irrégularité a choqué même le Washington DC généralement résistant aux chocs. “La demande de Chuck Schumer pour de nouvelles élections israéliennes est inappropriée et offensante”, le sénateur Tom Cotton. (R-Arkansas) a tiré en arrière. “La dernière chose dont Israël a besoin, c’est de “l’ingérence électorale étrangère” que les démocrates dénoncent si souvent ici”.

Netanyahou, quant à lui, ne cède pas, et sa coalition gouvernementale est solide. Israël bénéficie également du fort soutien du peuple américain. Un récent sondage montre que 82 % des Américains soutiennent Israël dans sa lutte contre le Hamas, 67 % pensent qu’un cessez-le-feu ne devrait avoir lieu qu’après la libération de tous les otages et que le Hamas aura été retiré du pouvoir, et 78 % pensent que le Hamas doit être retiré de la gestion de Gaza.

Le commentaire le plus récent de Biden, après avoir dit qu’il aurait une “réunion de Jésus” avec Netanyahu, a plus tard souligné qu’il n’y a “pas de ligne rouge” et qu’il “ne quittera jamais” Israël sans soutien.

Depuis lors, cependant, le Daily Mail a noté :

“Une figure sérieuse de l’administration m’a demandé ce qui va forcer la coalition de Netanyahu à s’effondrer”, a déclaré l’expert israélien au New York Magazine. “Ils s’intéressaient à la mécanique, que pouvons-nous exiger qui va effondrer sa coalition.”

Schumer a déclaré que Netanyahu, démocratiquement élu par une nation souveraine, doit démissionner et qu’Israël doit tenir de nouvelles élections. Biden était immédiatement d’accord avec lui.

L’incident aurait servi à unir plus d’Israéliens derrière Netanyahou. Selon la chroniqueuse Caroline Glick :

“Pour gagner, Israël doit faire trois choses. Il doit rester politiquement stable. Le côté large de Schumer du Sénat n’était que la dernière salve dans un effort total de l’administration pour déstabiliser Israël politiquement et remplacer Netanyahu par son principal rival Benny Gantz, qui, selon eux, acceptera de capituler et d’accepter la formation d’un État palestinien. La décision du ministre sans portefeuille Gideon Sa’ar mardi d’abandonner le parti de Gantz et de prendre les quatre sièges de la Knesset de sa faction dans la coalition témoigne de l’opinion consensuelle en Israël selon laquelle Netanyahou est le seul dirigeant qui se battra pour la victoire malgré l’opposition américaine. Mercredi dernier, un nouveau sondage Direct Polls a montré que l’hostilité américaine a renforcé Netanyahou et la droite. Netanyahu mène Gantz de 47 % à 37 % en soutien public. Son bloc de partis religieux de droite, (y compris Sa’ar) vote une majorité de 62 sièges pour le bloc de gauche des 48 sièges des partis de Gantz.”

Ce point, cependant, a été suivi peu de temps après par une autre évaluation de Greenfield dans “la « jetée de Troie » de Biden pour Gaza » : qu’une nouvelle jetée “temporaire” construite par les États-Unis pour aider l’aide humanitaire à Gaza, est en fait tout sauf :

“La mise en place temporaire de la jetée consiste à contourner Israël pour fournir un accès à long terme à Gaza.

“Alors que les responsables de l’administration décrivent la jetée comme “temporaire”, un haut fonctionnaire a également admis que “nous attendons avec impatience la transition du port vers une installation exploitée commerciale au fil du temps”.

“Cela signifie qu’il ne s’agit pas réellement d’être temporaire, mais un port permanent pour les terroristes…

“Le porte-parole du Pentagone a toutefois souligné que les forces américaines ne seraient pas sur le terrain, ne seraient pas en mesure d’obtenir les livraisons d’aide ou d’empêcher le Hamas de les prendre…

“L’administration Biden affirme qu’elle ne mettra pas personnellement des troupes sur le terrain à Gaza, mais on ne sait pas si d’autres nations pourraient le faire. Le Pentagone a affirmé que les arrangements de sécurité sont toujours en cours de discussion avec les pays partenaires. Et certaines de ces nations partenaires pourraient inclure des alliés du Hamas comme le Qatar ou la Turquie. Toute nation étrangère armée entrant à Gaza équivaudrait à une invasion du territoire israélien dans le but ultime d’aider les terroristes qui y vivent…

“Au-delà de tout MRE immédiat, la chaussée sera inévitablement utilisée pour déplacer les approvisionnements pour la “reconstruction” de Gaza dans le cadre d’un nouvel “État palestinien”.

“L’administration Biden crée une porte d’entrée vers Gaza qu’Israël n’est pas censé contrôler.

“La jetée de Troie ne consiste pas seulement à contourner Israël, mais aussi l’Égypte. La vision de l’administration est que le nouvel arrangement lui permettra de déplacer directement des matériaux à Gaza sans avoir à obtenir la permission d’Israël ou d’Égypte. Et c’est une victoire majeure pour les terroristes…

“Une fois que le système est en place et si Israël a été contraint à se retirer, il donne aux terroristes un lien direct avec leurs alliés à l’extérieur. Et cela inclut les soi-disant groupes humanitaires…
“Les actions de Biden sont une violation de la souveraineté d’Israël.”

“À un certain moment dans un avenir pas si lointain, a écrit Glick, “Netanyahu devra dire “non” à l’administration. On ne peut qu’espérer que la grande majorité des Américains, qui se tiennent aux côtés d’Israël face à ses ennemis, seront aux côtés d’Israël lorsque nous arriverons à ce stade”.

Dr. Guy Millière, professeur à l’Université de Paris, est l’auteur de 27 livres sur la France et l’Europe.

L’article Guy Millière. Israël trahi? est apparu en premier sur Tribune Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

“Messieurs les Iraniens, tirez les premiers ” : la stratégie perdante d’Israël. Par Frédéric Sroussi

La nuit dernière fut surréaliste pour l’Israélien que je suis. Alors que notre pire ennemi annonçait avec fierté le lancement…

Raphael Nisand. La nuit du 13 Avril en forme de Manichtana

  Ou en quoi la nuit du 13 avril 2024 a été différente de toutes les autres nuits ?   …

Freddy Eytan. La riposte devra mettre un terme à la menace iranienne

La dernière attaque aérienne massive contre l’Etat juif prouve que les ayatollahs d’Iran sont capables de lancer des drones et…

Pour “certains”, c’est Israël qui a déclaré la guerre à l’Iran

Comment expliquer que nous ayons à l’Assemblée nationale des gens d’une telle ignorance qui ne comprennent rien aux enjeux internationaux,…

BHL ert le 14 avril: “Ce nouvel événement sans précédent dans l’histoire d’Israël s’inscrit dans la chronologie de ce qui a commencé le 7 octobre”

VIDÉO – « Ce nouvel événement sans précédent dans l’histoire d’Israël s’inscrit dans la chronologie de ce qui a commencé le…

Un exploit historique contre les missiles de croisière et les essaims de drones

Voici comment ils ont été interceptés Les F-35 ont détruit tous les essaims de Shahed 238 (136 perfectionnés), même s’il…

Sur 331 missiles et drones tirés, aucun n’a violé l’espace aérien israélien

Aucun drone ni missile de croisière n’a violé l’espace aérien israélien Une fillette de sept ans d’un village bédouin grièvement…