fbpx

lun' 15 Avr' 2024

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La stratégie des atrocités dans la guerre à Gaza

de Michael Hochberg et Leonard Hochberg

Le Hamas est peut-être le premier régime de l’histoire à mener une guerre conçue pour maximiser les pertes de sa propre population.

Le fait de ne pas détruire rapidement le Hamas et de punir directement les sympathisants du Hamas en Iran et au Qatar enseignera aux sympathisants d’autres parties du monde musulman que les stratégies d’atrocité devraient être ajoutées au livre de jeu des régimes qui défient les alliés américains du monde entier. Ce serait encore pire pour le Hamas d’obtenir réellement une victoire stratégique et d’obtenir un État palestinien ; un tel résultat ferait en sorte que l’atrocité devienne une stratégie standard et largement utilisée pour au moins une génération à venir.

Les lois de la guerre – principalement une innovation occidentale – sont armées par les ennemis de l’Occident, qui ne sont pas abonnés à la culture occidentale… Aujourd’hui, les États-Unis et nos alliés se retrouvent en guerre avec des États et des entités non étatiques qui ne souscrivent pas aux lois de la guerre.

“Les terroristes du Hamas tués par Israël dans la guerre qui a suivi, et les non-combattants civils tués dans la bande de Gaza alors qu’ils étaient utilisés comme boucliers humains par le Hamas. Ils sont tous considérés comme des “martyrs” dont les familles sont admissibles à recevoir des allocations de 1 400 à 12 000 shekels [375 $ à 3200 $] par mois à vie.” – Itamar Marcus ; Fondateur, Palestinian Media Watch, palwatch.org, 10 janvier 2024.

L’accusation populaire de disproportionnalité vise, en fait, à empêcher les nations alignées à l’Ouest d’obtenir des victoires décisives. Même lorsque les alliés des États-Unis auront la capacité militaire de briser la volonté de l’ennemi, imposant ainsi la paix aux vaincus, ils seront forcés de recourir à des guerres éternelles.

Pourquoi les Israéliens devraient-ils être contraints d’autoriser l’aide à Gaza, alors que le Hamas continue de prendre en otage non seulement les Israéliens, mais aussi les Américains ? Sous le couvert de bienveillance et de générosité, les organisations internationales promeuvent les guerres éternelles.

Si le type de guerre que nous avons vu du Hamas est autorisé à réussir, et n’est pas accueilli par une violence écrasante et une défaite totale, elle deviendra l’approche standard pour ceux qui défient la domination occidentale. Si, cependant, nous voulons vivre dans un monde où les lois de la guerre signifient quelque chose, alors les sanctions pour les bafouer délibérément doivent être terribles. Sinon, plus de régimes seront tentés d’obtenir des avantages grâce à des stratégies d’atrocité.

Les États-Unis devraient cesser d’imposer à nos alliés une doctrine de défaite.

Enfin, le lendemain de la fin des hostilités, les Israéliens doivent protéger le nouveau gouvernement de Gaza d’être miné par des efforts renouvelés pour soutenir le terrorisme et la remilitarisation.

Le seul chemin vers la paix, autre que la destruction d’Israël, est une victoire israélienne globale et une reddition inconditionnelle du Hamas à Gaza, ainsi qu’un arrangement d’après-guerre garantissant que les Gazaois ne seront plus en mesure de commettre de telles atrocités en Israël.

Le Hamas est peut-être le premier régime de l’histoire à mener une guerre conçue pour maximiser les pertes de sa propre population. Sur la photo : le ministre israélien des Affaires étrangères Eli Cohen montre une photo d’un soldat israélien posant à côté d’une cache d’armes du Hamas qui a été trouvée à l’hôpital Rantisi à Gaza, lors d’une conférence de presse au Bureau européen des Nations Unies à Genève, le 14 novembre 2023.
Photo de Pierre Albouy/AFP via Getty Images

***

“Les gens devraient être caressés ou écrasés. Si vous leur faites des dommages mineurs, ils obtiendront leur revanche ; mais si vous les paralysez, ils ne peuvent rien faire. Si vous avez besoin de blesser quelqu’un, faites-le de manière à ne pas avoir à craindre sa vengeance.” – Niccolo Machiavel.

Imaginez un instant l’histoire suivante dans le New York Times :

12 octobre 2023, ville de Gaza. Dans un élan de colère, la population de Gaza est descendue dans la rue pour protester contre les attentats du 7 octobre, provoquant l’effondrement du gouvernement du Hamas. Les rapports locaux sont confus, mais il semble que plusieurs centaines de responsables du Hamas aient été tués par des foules de citoyens palestiniens en colère. Les dirigeants survivants du Hamas auraient fui Gaza. Des vidéos non vérifiées de ce qui semble être la mort horrible de plusieurs hauts responsables du Hamas ont été publiées sur les réseaux sociaux.

Mais ce n’est pas le monde dans lequel nous vivons.

LEÇONS APPRISES DU 7 OCTOBRE

Sans la destruction d’Israël, il n’y aura pas d’État palestinien souverain à Gaza dans un avenir prévisible. Cela n’est pas dû à ce que le Hamas a fait le 7 octobre. C’est parce que ces actions ont eu lieu avec le soutien et la collaboration des habitants de Gaza, dont des milliers ont traversé la frontière pour piller, violer et prendre des otages dans le sillage des terroristes.

Malheureusement, parler du Hamas comme d’une entité distincte de la population de Gaza est fallacieux et trompeur. Tout indique, depuis les sondages d’opinion jusqu’aux actions concrètes d’une grande partie de la population de Gaza, que les actions du Hamas sont perçues sous un jour positif par une grande partie de la population de Gaza. Pour les États-Unis, récompenser ces actions par un État, une autonomie ou des fonds pour la reconstruction serait une pure folie.

Il n’y a que deux voies vers une paix durable entre le peuple palestinien et Israël :

La première est que les Palestiniens obtiennent une victoire militaire globale, ce qui entraînerait le viol, la torture et le meurtre immédiats de tous les Israéliens qui ne parviendraient pas à fuir.
La deuxième est qu’Israël obtienne une victoire décisive et la reddition inconditionnelle du Hamas, après quoi le long processus de refonte de la société gazaouie pourra commencer.
La troisième alternative, et l’option par défaut — probablement soutenue par le Qatar, principal négociateur pour la libération des otages mais aussi principal patron du Hamas et d’autres groupes terroristes est une guerre éternelle dans laquelle aucune des deux parties peut remporter la victoire. Le Hamas continuera à déployer des moyens militaires asymétriques, tels que des attaques terroristes et des lancements de missiles sur des cibles civiles, pour atteindre plusieurs objectifs :

Premièrement, rappeler à tous les Palestiniens que le Hamas prend la tête de la destruction d’Israël; deuxièmement, survivre en tant que force militaire ; troisièmement, relancer le conflit avec Israël lorsque, à l’avenir, une ouverture stratégique se présentera ; et, quatrièmement, générer des conflits permanents et donc des souffrances pour les habitants de Gaza, dont la responsabilité peut être transférée sur Israël dans les médias internationaux et par le biais d’organismes internationaux, notamment les Nations Unies.

UNE GUERRE D’ATROCITÉ

À Gaza, nous assistons à un type de guerre nouveau et innovant : le Hamas est peut-être le premier régime de l’histoire à mener une guerre conçue pour maximiser les pertes parmi sa propre population. Le Hamas a créé une situation, à travers le déploiement stratégique d’atrocités, dans laquelle Israël a été confronté au choix de ne pas répondre ou de répondre avec une force écrasante. La première aboutirait à l’effondrement du gouvernement israélien et au fait que les adversaires d’Israël le percevraient (à juste titre) comme terriblement faible, en raison soit d’un manque de volonté, soit d’une incapacité à se défendre. Cette dernière situation entraînerait inévitablement une condamnation internationale pour ses effets sur les non-combattants de Gaza, avec de fausses accusations de « disproportionnalité » et de prétendues violations des lois de la guerre. La stratégie d’atrocité du Hamas est à la fois brillante et perverse.

Initialement, les commentateurs et les politiciens israéliens ont noté une similitude avec les tactiques performatives d’atrocité déployées par l’Etat islamique (l’État islamique en Irak et en Syrie). Cependant, le lien entre l’Etat islamique et le Hamas est bien plus profond que la plupart ne le pensent. Selon Ofira Seliktar, spécialiste des échecs du renseignement, l’Etat islamique et le Hamas ont appris la stratégie à partir des mêmes manuels. Seliktar a soutenu que le Hamas

« … a développé une stratégie djihadiste basée sur deux livres djihadistes populaires : le premier, Issues in the Jurisprudence of Jihad … également connu sous le nom de Jurisprudence of Blood , ou la « bible djihadiste », a fourni une justification théologique pour infliger une violence extrême. sur les ennemis, ainsi qu’une liste de tactiques telles que la décapitation, la torture ou le brûlage vif des prisonniers. Le deuxième livre, Management of Savagery , exhortait [les djihadistes] à commettre des atrocités « accrocheuses » pour attirer des recrues et semer la peur chez l’ennemi. »

Pour lire la suite, cliquez sur le lien qui vous dirigera sur Gatestone Institut

https://www.gatestoneinstitute.org/20495/h

L’article La stratégie des atrocités dans la guerre à Gaza est apparu en premier sur Tribune Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

“Messieurs les Iraniens, tirez les premiers ” : la stratégie perdante d’Israël. Par Frédéric Sroussi

La nuit dernière fut surréaliste pour l’Israélien que je suis. Alors que notre pire ennemi annonçait avec fierté le lancement…

Raphael Nisand. La nuit du 13 Avril en forme de Manichtana

  Ou en quoi la nuit du 13 avril 2024 a été différente de toutes les autres nuits ?   …

Freddy Eytan. La riposte devra mettre un terme à la menace iranienne

La dernière attaque aérienne massive contre l’Etat juif prouve que les ayatollahs d’Iran sont capables de lancer des drones et…

Pour “certains”, c’est Israël qui a déclaré la guerre à l’Iran

Comment expliquer que nous ayons à l’Assemblée nationale des gens d’une telle ignorance qui ne comprennent rien aux enjeux internationaux,…

BHL ert le 14 avril: “Ce nouvel événement sans précédent dans l’histoire d’Israël s’inscrit dans la chronologie de ce qui a commencé le 7 octobre”

VIDÉO – « Ce nouvel événement sans précédent dans l’histoire d’Israël s’inscrit dans la chronologie de ce qui a commencé le…

Un exploit historique contre les missiles de croisière et les essaims de drones

Voici comment ils ont été interceptés Les F-35 ont détruit tous les essaims de Shahed 238 (136 perfectionnés), même s’il…

Sur 331 missiles et drones tirés, aucun n’a violé l’espace aérien israélien

Aucun drone ni missile de croisière n’a violé l’espace aérien israélien Une fillette de sept ans d’un village bédouin grièvement…