fbpx

mar' 27 Fév' 2024

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Charles Baccouche. Vous dites “génocide”?

                                   

Israël est accusé par l’Afrique du Sud de se livrer à un génocide dans la Bande de Gaza.

La Cour internationale de Justice, contre toute attente, a retenu sa compétence.

La Cour a jugé ultra petita comme il sera démontré.

Conclue à New York le 9 décembre 1948, la Convention qui réprime le crime de génocide le définit comme une atteinte au droit des gens. Il  constitue une Infraction internationale portant atteinte à la personne humaine qui s’entend comme l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel : 

Meurtre de membres du groupe, 

Atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale de membres du groupe

Soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle, 

Mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe, 

Transfert forcé d’enfants du groupe à un autre groupe,

(Convention  pour la prévention et la répression du crime de génocide, 9 décembre 1948, R.T.N.U). 

L’Afrique du Sud a introduit une requête auprès de la C I J aux fins de voir condamner Israël censé commettre  un génocide dans la Bande de Gaza. 

La Cour s’est déclarée compétente pour en connaître alors que la Convention stipule que ni le “génocide politique”, à savoir l’extermination d’un groupe politique, ni le “génocide culturel” n’ont été retenus par la Sixième Commission et par l’Assemblée générale au moment de l’adoption, en 1948.

Selon l’article II de la Convention sur le génocide, il est  précisé que la caractéristique essentielle du génocide est la destruction intentionnelle d’un groupe national, ethnique, racial ou religieux. 

Le génocide vise la destruction matérielle d’un groupe par des moyens physiques ou biologiques. L’intention spécifique de détruire ces groupes, en tout ou en partie, doit être démontrée, mais elle peut également être déduite des circonstances de la cause.

Il est reconnu qu’Israël a été victime sur son territoire national d’une tentative de génocide le 7 octobre 2023. Le Hamas, entité terroriste, s’en est même vanté, il avait pour projet de tuer des juifs et non pas de libérer la Palestine.

Les éléments constitutifs du crime de génocide s’appliquent précisément au Hamas qui le 7 octobre a tenté de détruire les israéliens non pas en leur qualité mais parce qu’ils étaient juifs.

La Cour a retenu sa compétence alors que l’article VI de la Convention prévoit : « Les personnes accusées de génocide ou de l’un quelconque des autres actes énumérés à l’article III seront traduites devant les tribunaux compétents de l’Etat sur le territoire duquel l’acte a été commis, ou devant la Cour criminelle internationale qui sera compétente à l’égard de celles des Parties contractantes qui en auront reconnu la juridiction.

En l’état, la juridiction compétente aurait dû se trouver sur le territoire de Gaza ou d’Israël, ou une Cour pénale internationale reconnue par les parties, ce qui est impossible en l’espèce puisque une des parties au moins ne reconnait pas cette compétence.

In limine litis, La Cour Internationale de Justice aurait dû se déclarer incompétente comme elle l’a fait pour l’Ukraine.   

Article 38, § 1-3, du Règlement : “1. Lorsqu’une instance est introduite devant la Cour par une requête adressée conformément à l’article 40, paragraphe 1, du Statut, la requête indique la partie requérante, l’Etat contre lequel la demande est formée et l’objet du différend“.

L’objet du Différend est non seulement imprécis, non fondé et sans preuve ou présomption.

L’intention génocidaire n’a pas  procédé d’une déclaration du gouvernement israélien qui a toujours déclaré vouloir abattre le Hamas et en aucun cas, la population Gazaouie. 

– Israël a été victime d’une tentative de destruction non pas de son Etat mais de sa population juive.

– Le Hamas  a massacré, violé, torturé des jeunes gens sans défense en terre d’Israël le 7 octobre 2023, il a brûlé vifs des bébés, éventré des femmes enceintes.  

– Le Gouvernement israélien  a toujours affirmé qu’il était en guerre contre le Hamas, pas contre les Palestiniens.

– Le Hamas au contraire utilise les civils dont les enfants de Gaza dans sa stratégie militaire. 

– Le Hamas retient des femmes, des enfants, voire des bébés, des vieilles personnes en otages contre tout le Droit des gens reconnu par le Droit international. 

La Cour a jugé ULTRA PETITA, au-delà de sa compétence sans se préoccuper des droits de la partie israélienne qui est soumise à des injonctions.

Le Hamas est simplement invité à libérer les otages.

La Cour pourrait alors se livrer à un déni de justice. 

En conséquence la décision de la Cour internationale de Justice est sans cause et donc sans effets.

« Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. »: Les animaux malades de la peste.

                                                                       © Charles Baccouche

L’article Charles Baccouche. Vous dites “génocide”? est apparu en premier sur Tribune Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

Israël est en guerre,la vérité aussi…

Aux côtés des soldats de Tsahal qui se battent sur le front, nous devons tous prendre notre part à la…

Le Hezbollah a abattu un drone : attaques à Baalbeck au Liban, pour la première fois depuis le début de la guerre

Attaques en profondeur à plus de 100 km de la frontière   Pour la première fois depuis des années :…

Israël élimine 2 membres du Hezbollah qui se déplaçaient dans le nord de la Syrie

Israël a liquidé 2 membres du Hezbollah qui se déplaçaient dans le nord de la Syrie, près de la frontière…

Le Premier ministre palestinien soumet la démission de son gouvernement

“Je vois que la prochaine étape et ses défis nécessitent de nouveaux arrangements gouvernementaux et politiques” Le Premier ministre palestinien,…

“Supernova”. Le documentaire sur le massacre à la rave-party le 7 octobre, projeté aux États-Unis

Le site de la rave organisée aux abords de la frontière avec Gaza où le Hamas a commis un carnage…

Frédéric Sroussi. Pour Israël, une solution comme celle du “Haut-Karabagh” est-elle possible ?

Guerre et politique de Karl von Clausewitz à Raymond Aron Alors que les États occidentaux, toujours bouchés à l’émeri, continuent…

Jean Mizrahi. Pourquoi je ne vais plus à la cérémonie des César

In “La Tribune”. Lien en bas de page Cet article par deux avocates sur les pratiques de l’académie des César…