fbpx

ven' 14 Juin' 2024

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Colloque international “Les Juifs et le droit en Tunisie”

Dimanche 16, lundi 17, mardi 18 avril 2023

Le Colloque se tiendra en la Mairie du 9e arrondissement, 6 rue Drouot, 75009 Paris

“COLLOQUE INTERNATIONAL”

Les Juifs et le droit en Tunisie

– du protectorat à l’indépendance (1881-1956) – Entre progrès historiques etrésilience religieuse

Organisateurs

La Société d’histoire des Juifs de Tunisie (Paris)

En collaboration avec :

Le Centre français du judaïsme tunisien

Et en partenariat avec :

Le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités

(UMR 8582 CNRS- École pratique des Hautes Etudes)

Le Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine

(CMMC-UPR 1193, Université Côte d’Azur)

Le Centre de Théorie et Analyse du Droit

(CTAD, UMR 7074 CNRS-Université Paris Nanterre)

La Bibliothèque de l’Alliance israélite universelle (AIU)

Sous le patronage de

Madame Sylvie RETAILLEAU, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

NOTE SUR LA THEMATIQUE DU COLLOQUE

OBJET DU COLLOQUE :

Le colloque a pour objectif d’étudier à la fois le statut religieux et le statut juridique du judaïsme tunisien du protectorat à l’indépendance. Il se penchera notamment sur la manière dont ces statuts furent impactés par la « modernité occidentale », notion qu’il conviendra de questionner. En d’autres termes, cette rencontre, dont l’objet se situe au carrefour d’échelles géographiques et sociales variées, se propose de renouveler notre approche culturelle – au sens le plus large – du judaïsme tunisien, à travers le prisme fécond, mais encore trop peu exploré, de la condition religieuse et de la condition juridique.

PROBLEMATIQUE :

La recherche scientifique semble inscrire l’histoire et le droit de plus en plus ouvertement dans une perspective mondiale et universelle, prenant ainsi souvent à rebours l’approche et la méthodologie épistémologiques antérieures, au risque de négliger ou de sous-estimer la richesse et la spécificité des histoires nationales, régionales et/ou locales. Si ces dernières ont, pendant longtemps, fait l’objet d’études nourries et approfondies (notamment de la part des pays occidentaux sur eux-mêmes), elles n’ont toutefois point atteint à l’exhaustivité. À l’évidence, tout n’a pas été dit, tant s’en faut, surtout concernant l’histoire du Maghreb dont la richesse, la complexité et la diversité semblent être l’un des traits majeurs. C’est particulièrement le cas pour la Tunisie, dont la population juive, installée de très longue date sur ces terres du Sud de la Méditerranée, est porteuse d’une histoire et d’une identité civilisationnelle et culturelle exceptionnelles, mais encore trop largement méconnues, en dépit des travaux estimables, datant aussi bien de la période coloniale, que des deux dernières décennies. En effet, jusque-là, la production scientifique s’est essentiellement attachée à mettre en lumière le judaïsme tunisien dans ses dimensions historiques, sociologiques, cultuelles, ritualistes et aussi dans ses rapports avec les populations musulmane et européenne, mais s’avère, en revanche, encore lacunaire à de nombreux égards.

C’est la raison pour laquelle ce colloque, résolument novateur nourrit l’ambition d’orienter et de concentrer ses recherches sur les manifestations juridiques et religieuses du judaïsme tunisien, ainsi que sur les liens qu’elles entretiennent entre elles. Conçues comme une opportunité et une occasion d’articuler « micro et macro » histoire, de relier opportunément approche locale et globale, ces rencontres se dérouleront sur une durée volontairement ramassée, afin de conserver attractivité et dynamisme). Elles s’emploieront à mettre au jour et à révéler toute la richesse de cette tradition, tant sur le plan juridique que religieux, en montrant combien l’histoire nationale d’alors, les circulations humaines, techniques et savantes initiées par les grandes puissances européennes puis développées par la colonisation, ont contribué à façonner le visage de la Tunisie, du Protectorat (1881) jusqu’à son indépendance (1956).

Axes des interventions au colloque :

Les propositions des chercheurs    ayant répondu à l’appel à communication et retenues par le comité de pilotage scientifique permettent d’organiser les interventions autour de deux axes de recherche et de réflexion :

1)L’accession des Juifs de Tunisie à la « modernité » occidentale : analyse de ses manifestations juridiques et religieuses

À partir de 1881, le Protectorat français a pour effet d’ancrer les Juifs de plain-pied dans un avenir présenté comme ouvert sur le monde et débordant d’espérance. L’entrée des Juifs de Tunisie dans la « modernité » – pour reprendre la vision évolutionniste française et, plus largement, occidentale – se traduit par des manifestations tout à fait concrètes et appréhensibles sur le plan juridique et religieux qu’il conviendra d’évaluer, de mesurer, d’apprécier et de mettre en perspective. Ce sera l’objet de ce premier axe qui, notamment, consacrera ses investigations aux thématiques suivantes :

La condition juridique des Juifs de Tunisie : en précisant toutes les implications qui en découlent, elle sera traitée tant d’un point de vue général (ainsi, les Juifs, sujets jusque-là, deviennent-ils citoyens grâce au Protectorat ?) que sous celui, très particulier, du statut de la femme juive tunisienne (quelle est désormais la place qui lui est accordée ? constate-elle une modification et une évolution notables de sa condition et de son statut ?). L’ordre juridique compétent et la question du pluralisme juridique : il conviendra de déterminer le droit positif dont relèvent les Juifs de Tunisie (s’agit-il du droit issu du Protectorat français, ou bien du droit issu de la jurisprudence rabbinique…, ou bien encore des deux systèmes juridiques alternativement, suivant les domaines concernés et/ou la nationalité des parties ?… Il s’agira également de tenter d’apprécier quelles places sont susceptibles d’occuper les stratégies des justiciables, de type forum shopping, par exemple) ;Les décisions jurisprudentielles notables : il s’agira de monter, sur la base d’exemples concrets, si la jurisprudence rabbinique fut appliquée par les tribunaux français, et si oui pourquoi, comment et quelle en est la teneur ; ou bien s’il fut fait application, quasi exclusivement, de la jurisprudence du droit français du Protectorat. 

2) La  réaction des Juifs de Tunisie à l’égard de la « modernité » occidentale : perplexité, circonspection, opposition : éclairage juridique et religieux

Il conviendra, ici, de montrer s’il y a eu, dans la population juive de Tunisie et/ou chez les rabbins, des mouvements d’hostilité, de résistance à la modernité occidentale, et française en particulier, considérée par d’aucuns comme un dangereux mirage, synonyme à court ou moyen terme d’assimilation et de désaffiliation d’avec le judaïsme et la halakha. Cet axe de recherche pourra être notamment envisagé à travers les interrogations suivantes :

La jurisprudence rabbinique contre la modernité ? Les recherches se focaliseront sur le point de savoir si l’on peut parler, de la part des rabbins et au travers de la jurisprudence qui émane de leurs tribunaux, d’une offensive menée sciemment contre « l’appel d’air » et la séduction suscitée par la modernité occidentale et le risque de désaffiliation religieuse qui s’en suit pour les fidèles. La même investigation pourra être conduite à l’égard des justiciables ;Les courants favorables à la modernité. Ce colloque permettra également d’élargir et d’approfondir les recherches consacrées (depuis une vingtaine d’années) aux jeunes intellectuels juifs formés dans et par les Universités françaises. Si leurs idées et leurs actions ont surtout été envisagées sous l’angle de la revendication de la nationalité française et des réformes sociales, en revanche, leur vision de la juridiction rabbinique et leurs propositions de réformes sur l’organisation et la compétence des juridictions restent à analyser. Cette thématique devrait pouvoir être judicieusement complétée et enrichie par une étude spécifique dédiée au courant des Maskilim (le courant juif des Lumières). Ces derniers ayant milité pour une « modernité juive » cherchant à allier les progrès civilisationnels de la culture française et européenne avec les principes et les pratiques de la tradition juive, d’une part, et, d’autre part, s’employant à conjurer une assimilation considérée comme menaçante pour la survie des communautés juives.        Des justiciables entre « tradition » et « modernité » ? Si certains justiciables ont très bien pu saisir les tribunaux rabbiniques pour que perdure l’ordre traditionnel, à l’inverse, la saisine de ces mêmes tribunaux a pu également être effectuée par d’autres Juifs désireux d’accéder à la modernité, mais soucieux de concilier celle-ci avec leur attachement à la tradition et, par conséquent, désireux de voir leur démarche juridiquement sanctionnée par leurs tribunaux religieux… En outre, ces investigations constitueront le cadre opportun pour s’interroger sur la pertinence des concepts de « modernité et de « tradition » dans leur contexte historique jusqu’à leur emploi actuel.

Les recherches porteront notamment sur les témoignages historiques de l’attachement qu’ont pu manifester certaines individualités ou groupes à travers leur fidélité à leur patrimoine et leur observance des prescriptions religieuses.

Il conviendra, en outre, d’analyser très scrupuleusement la position du gouvernement tunisien indépendant à l’égard de l’existence d’une juridiction rabbinique dans l’ordre juridique national et à l’égard du statut de la femme juive, alors qu’il laïcisait la justice tunisienne et qu’il émancipait la femme musulmane. Il faudra également s’interroger sur l’existence d’une « modernité » post-indépendance (inclusion-intégration des Juifs dans l’État-nation), sur les consultations et des discussions engagées entre les autorités tunisiennes et les élites juives, ainsi que sur les réactions face à la suppression du tribunal rabbinique en 1957, puis la dissolution du conseil de la communauté de Tunis en juillet 1958.

Les sources écrites, s’il en existe, comme les témoignages particuliers ou communautaires, les fonds archivistiques, écrits / ouvrages / traités…feront l’objet d’une exploitation scientifique systématique et rigoureuse.

CONCLUSION.

Le colloque pourra ouvrir une dynamique nouvelle aux chercheurs qui s’intéressent à la condition des Juifs dans le temps en initiant une forme de recherche alliant condition religieuse et condition juridique.

COMITÉ DE PILOTAGE

Joëlle ALLOUCHE-BENAYOUN, (Paris), Yossef CHETRIT, (Haïfa), Éric DESMONS, (Paris), Jérémy GUEDJ, ( Nice), Habib KAZDAGHLI, (Manouba Tunisie), Claude NATAF, (Paris), Jean-Marcel NATAF, (Paris), Florence RENUCCI, (Aix-en-Provence), Rémy SCIALOM, (Aix-en-Provence), Sandrine SZWARC, (Paris)

Dimanche 16 avril 2023

Journée des Chercheurs

Présentation de thèses et de travaux de recherches en cours sur l’histoire des Juifs de Tunisie

Accueil des participants à partir de 9h30 

Première séance : 10h – 12h

DANS LES DOMAINES DES ARTS ET DE LA LITTERATURE

Sous la présidence de

Joëlle ALLOUCHE-BENAYOUN, Maître de conférences honoraire, associée GSRL (CNRS-EPHE)

LA MÉMOIRE VIVANTE DE HABIBA MESSIKA (1930-2022)

Faten Bouchrara

Université de Manouba (Tunisie)

LE ROMAN DE MICHEL VALENSI

« L’EMPREINTE » : UNE HISTOIRE SÉFARADE D’EXIL

Meriem Ben Mansour

Faculté des Lettres et Sciences Sociales de Tunis

QUELQUES ÉLÉMENTS DE LA VIE D’ALBERT SAMAMA CHIKLY

ET SON ŒUVRE PHOTOGRAPHIQUE

Tarak Mahdaoui

Université de Manouba (Tunisie)

FILMER CARTHAGE

Jean-Denis Bonan

Cinéaste

Deuxième séance : 14h – 16h

QUESTIONS POLITIQUES AU FIL DES ÉVÈNEMENTS

Sous la présidence de

Mireille HADAS-LEBEL

Professeur émérite à l’Université de Paris- Sorbonne

LA LIBERTÉ DES PROTÉGÉS. LES MONARCHIES MAROCAINE ET TUNISIENNE SOUS PROTECTORATFRANÇAIS

Antoine Perrier

Sciences Po Paris

LES ACTIVITÉS DE L’ÉLITE JUIVE EN TUNISIE DANS L’ÉCONOMIE TUNISIENNE ET SON INFLUENCE SUR LA POLITIQUE IMPÉRIALE FRANÇAISE 1830-1881

Nimrod Koren

Université Libre d’Israël

UN PROJET DE RECHERCHE : LES RETRAITS DE LA NATIONALITÉ FRANÇAISE EN TUNISIE PAR LE GOUVERNEMENT DEVICHY

Léonard Pecout-Bourel

Université de Paris I Panthéon-Sorbonne

FEMMES COMMUNISTES EN TUNISIE

Élise Abassade

Université Paris VIII Vincennes Saint-Denis

Troisième séance : 16h15– 18h15

À PROPOS DE DESTINS INDIVIDUELS ET COLLECTIFS

Sous la présidence de

Valérie ASSAN

Chercheuse GSRL-CNRS EPHE

LES JUIFS DES TERRITOIRES MILITAIRES DU SUD TUNISIEN

Mohamed El Houch

Université de Manouba (Tunisie)

ALBERT CATTAN : FRANÇAIS, JUIF ET SOCIALISTE DANS LA TUNISIE DU DÉBUT DU XXE SIÈCLE

Keren Halamit

Université hébraïque de Jérusalem

LES JUIFS DE TUNISIE DANS L’ARMÉE FRANÇAISE DURANT LES DEUX GUERRES MONDIALES

Marie-Anne Guez

Université Paris I Panthéon-Sorbonne

LE DÉPART DES ENFANTS JUIFS TUNISIENS POUR LA FRANCE DANS LES ANNÉES 1960-1970

Lisa Akrich-Boujenah

Université de Tel-Aviv

Lundi 17 avril 2023

Mairie du 9e arrondissement 6 rue Drouot 75009 Paris, 9h45

OUVERTURE DU COLLOQUE

Première session : 10h– 12h

PERSPECTIVES GÉNÉRALES :

LE STATUT JURIDIQUE ET RELIGIEUX DES JUIFS DE TUNISIE

À TRAVERS LA PRESSE, LES REVUES ET LES ÉCRITS

Sous la présidence de :

Habib KAZDAGHLI

Doyen honoraire de la Faculté des Lettres et des Arts de Manouba (Tunisie)

LES ISRAELITES DE TUNISIE,

LEUR CONDITION CIVILE ET POLITIQUE DE JACQUES CHALOM (1907) :

UN ESSAI DE LECTURE POLITIQUE ET CULTURELLE

Jérémy Guedj

Université de Côte d’Azur

NORME JURIDIQUE ET ORDRE RELIGIEUX À TRAVERS LA REVUE

« LA TUNISIE JUDICIAIRE »

Abdelkrim Allagui

Université de Tunis

LA PRESSE JUIVE EN TUNISIE COMME EXPRESSION ET COMME FACTEUR DE MODERNISATION

Haïm Saadoun

Université libre d’Israël

Deuxième session : 14h – 15H30

LES JUIFS À L’EPREUVE DE LA MODERNITÉ : HASKALAH ETINFLUENCE FRANCAISE

Sous la présidence de :

Jean-Louis HALPERIN

Professeur à l’Université Paris-Nanterre

LA HASKALAH HÉBRAïQUE ET JUDÉO-ARABE EN TUNISIE :

UNE TENTATIVE DE BILAN

Joseph Chétrit

Université de Haïfa

LES AVOCATS DE TUNISIE ET L’EXTENSION DE LA COMPÉTENCE

DE LA JURIDICTION FRANÇAISE AVANT LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE :

REGARDS CROISÉS

Jean-Marcel Nataf

C.F.J.T

L’INFLUENCE DE LA PRÉSENCE FRANÇAISE EN TUNISIE

SUR L’ACTIVITÉ DU TRIBUNAL RABBINIQUE

SOUS L’AUTORITÉ DU GRAND RABBIN ISRAËL ZITTOUN (1898-1921)

Yuval Haruvi

Université de Tel-Aviv

Troisième session : 16h – 17h 30

TOURNANT ET CHOIX CIVILISATIONNEL POUR LES JUIFS DE TUNISIE: NATIONALITÉ, NATURALISATION, IDENTITÉ, JURIDICTIONS

Sous la présidence de :

Jean-Claude KUPERMINC

Directeur de la Bibliothèque de l’Alliance Israélite Universelle

ACCORDER LA NATIONALITÉ FRANÇAISE

ET CHANGER DE JURIDICTION EN TUNISIE DANS L’ENTRE-DEUX GUERRES :

LE CAS DES NATURALISATIONS FRANÇAISES DES JUIFS TUNISIENS

Jihane Ben Salah

EHESS-ENS

LA NATIONALITÉ DES JUIFS EN TUNISIE COLONIALE :

DROIT FRANÇAIS ET DROIT RABBINIQUE

Jessica Marglin

University of Southern California (USC)

D’UN TRICOLORE À L’AUTRE?

LA NATURALISATION FRANÇAISE DES JUIFS ITALIENS DE TUNISIE :

PARCOURS JURIDIQUES ET SOCIAUX (1881-1956)

Martino Oppizzi

École française de Rome

Mardi 18 avril 2023

Quatrième session : 9h45-11h45

OUVERTURES : INDÉPENDANCE ET PERSPECTIVESD’AVENIR

Sous la présidence de :

Joseph CHETRIT

Vice-Recteur honoraire de l’Université de Haïfa

LECTURE RAISONNÉE À PARTIR D’UNE MÉMOIRE TOURMENTÉE :

LES SOUVENIRS DE CHARLES HADDAD SUR LES ANNÉES DE TRANSITION DU STATUT DE LA COMMUNAUTÉ JUIVE ENTUNISIE (1954-1958)

Habib Kazdaghli

Université de Manouba (Tunisie)

L’ORGANISATION DU CULTE ISRAÉLITE EN TUNISIE

PENDANT LA PÉRIODE COLONIALE ET SON ÉVOLUTION À PARTIR DE 1958

Afef Mbarek

Université de Manouba (Tunisie)

AUTOUR DE L’EXTENSION DU CODE DE STATUT PERSONNEL AUX TUNISIENNES DE CONFESSION JUIVE

Faten Bouchrara

Université de Manouba (Tunisie)

LA SUPPRESSION DE LA JURIDICTION RABBINIQUE

ET LA DISSOLUTION DES ORGANISMES COMMUNAUTAIRES DÉCIDÉES EN TUNISIE APRÈS L’INDÉPENDANCE:

UNE VOLONTÉ POLITIQUE D’INTÉGRATION D’UNE MINORITÉ RELIGIEUSE PAR LE DROIT ?

Claude Nataf

S.H.J.T.

11H45-12H30 SÉANCE DE CLÔTURE

Sous la présidence de :

Abdelhamid LARGUECHE

Professeur émérite à l’Université de Manouba (Tunisie)

Rapport de synthèse

Rémy Scialom

Université d’Aix-Marseille

Clôture du colloque

Ce colloque est organisé avec le soutien :

du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères

de la Ville de Paris

de la Mairie du 9ème Arrondissement de Paris

de l’Ambassade de France en Tunisie

de l’Alliance Israélite Universelle

de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah

de l’Institut Alain de Rothschild

des Fondations Edmond de Rothschild

de la Fondation Shalom Flack

de la Société GTA ENERGIES

Fondation Shalom Flack

Renseignements et inscriptions

Inscription en Ligne obligatoire sur le site

www.shjt.fr

Programme complet sur le site

www.shjt.fr

Pour tous renseignements s’adresser :

Société d’histoire des Juifs de Tunisie (SHJT) Maison de la Vie associative et citoyenne BAL 40

54, rue J.B. Pigalle 75009 PARIS

L’article Colloque international “Les Juifs et le droit en Tunisie” est apparu en premier sur Tribune Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

 Lettre à Monsieur le Président  

Monsieur le Président, La vanité rend aveugle et sourd. Eussiez-vous un QI XXXL, la vanité anéantirait les capacités de vos…

Lior Raz décide de soutenir le nord dévasté par le feu

A la frontière avec le Liban, j’ai rencontré les Kikat Konenut (escouades d’intervention rapide) des gens extraordinaires, le sel de…

Le Machiavel vampire a soif de sang à Gaza. René Seror

2 semaines que Joe Biden avait dégainé son plan de paix par étapes. On attendait la réponse du hamas. Antony…

Le calvaire vécu par les ex-otages Ziv, Kozlov et Meir Jan est allé “au-delà de tout ce que vous pouvez imaginer”

Dans de nouveaux témoignages, les médecins et les proches des trois anciens captifs ont raconté une captivité passée dans l’obscurité,…

Question: Marine Le Pen est-elle antisémite? Guillaume Durand

Le 4 avril 2012, Marine Le Pen était l’invitée de Guillaume Tabard et Guillaume Durand dans l’émission “En route vers…

Encore une Lettre ouverte au Recteur de la Mosquée de Paris

JUIN 2024Lettre ouverte au Recteur de la Mosquée de Paris­Monsieur le Recteur, En juillet 2021 en présence de Maître Richard…

Pourquoi Rima Hassan n’a rien d’une “exilée”, par Omar Youssef Souleimane

Rima Hassan, le 9 mars 2024, à Parisafp.com/Emmanuel Dunand Alors que la militante propalestinienne (LFI) fait son entrée au Parlement…