fbpx

jeu' 18 Juil' 2024

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Jacques Tarnero. Détruire ou Réparer le monde ?

On est totalement envahi par les nouvelles de cette famille Dee, d’origine anglaise, ravagée par ce triple crime en Israël, les deux jeunes filles et leur mère. Cette pensée nous obsède, nous voyons leurs visages, leurs sourires.

Comment dire cette émotion qui nous étreint devant cette tragédie. Sommes-nous les seuls à la ressentir parce que nous sommes juifs? 

Comment penser en dehors de l’effroi éprouvé ? Comment dire la rage et l’accablement devant la manière dont ici, on rend compte de ce drame. Elles vivaient dans une “colonie”, elles étaient des “colons”, donc ce qui leur est arrivé ne serait que justice et leur assassin serait un justicier, tout comme celui qui a écrasé un touriste italien sur la promenade du bord de mer à Tel Aviv.

Il n’était pas un colon, c’était à Tel Aviv qui ne se situe pas dans les “territoires occupés”  mais à l’intérieur de l’Etat d’Israël reconnu par l’ONU. 

Est-ce qu’on est capable de comprendre cela en Europe ? Cette culture de la haine, cette capacité à tuer, à s’acharner à semer la mort ?

Est-on capable, ici, de percevoir la différence entre ces tueurs islamistes ou islamiques et leurs victimes?

Appartiennent ils au même monde que le nôtre? Ont-ils des neurones identiques aux nôtres ? Ou bien ont-ils été reformatés par l’éducation à la haine  dont ils ont été langés depuis leur naissance?

Avez-vous lu les manuels scolaires palestiniens dont les messages de haine anti juive sont écrits sur chaque page? 

Il faut écouter les paroles du père survivant de cette famille Dee.

Il faut mesurer la charge de désespoir en même temps que l’absence de haine vengeresse dans ses mots.

Il faut regarder de près les  gestes symboliques de ces dons d’organes de la mère assassinée qui ont permis de sauver quatre autres vies.

Faut-il faire une différence entre les victimes du Bataclan et cette famille juive installée à Efrat, et ce touriste italien qui a eu le tort d’être au mauvais moment au mauvais endroit, c’est-à-dire en Israël ?

“Vous n’aurez pas ma haine”,  a écrit le compagnon d’une victime du Bataclan. Voilà un beau principe qui dit une belle âme.

Est-il applicable? Comment ne pas devenir fou et haineux devant cet appétit pour le sang des autres, ce goût à tuer. Comment extraire de ses pensées ces brûlures qui font que plus rien d’autre ne compte. 

Que faut-il choisir ? La vengeance ou la prière ? En quoi croire devant cette rupture anthropologique dans ce qui au contraire devrait lier les hommes entre eux dans le genre humain. Qu’est-ce qui lie les hommes !? Est-il encore vrai ce mot d’”humanité” pour un tueur palestinien?

C’est le lot banal de la vie en Israël et c’est aussi le lot banal de l’histoire des Juifs. Tellement immense, tellement intense que ceux-ci en ont construit une manière d’en rire pour conjurer l’habitude d’ en souffrir.

Le 19 avril sera le quatre vingtième anniversaire de la révolte du ghetto de Varsovie, quand une poignée de jeunes Juifs décidèrent d’affronter le Mal les armes à la main. Ils savaient qu’ils allaient mourir mais leur agonie fut leur triomphe. Puisse ce souvenir être célébré par tous ceux qui ont compris la force symbolique de ce soulèvement.

Désormais, pour quoi sommes-nous prêts encore à mourir en Europe ? Pour l’âge de la retraite ? Pour le statut de la fin de vie ? Pour des bassines d’eau douce ? Quand notre humanité ne se décline plus qu’autour de deux verbes, produire et consommer, on se dit que quelque chose s’est détraqué dans l’idée que nous nous faisons de notre place dans le monde des humains. Nous vivons en paix mais certains ici-même jouent à la guerre et d’autres refusent de voir l’origine de cette terreur. Peut-on leur dire, aux jeunes révoltés ou aux âmes généreuses, qu’en Israël l’utopie de l’humain est encore vive, qu’elle célèbre la vie, qu’elle dessale l’eau de mer pour la rendre potable et que chaque jour certains essaient d’honorer le message des dix paroles reçues au Sinaï.

La proximité de la célébration de la fin de l’esclavage des hébreux dans l’Egypte de pharaon avec l’anniversaire de la révolte  du ghetto de Varsovie incite à penser que le pire n’est pas le plus sûr, qu’il ne possède pas la marque du destin malgré cette nouvelle douleur survenue sur une route d’Israël. 

Elle nous étreint le coeur mais elle peut être pansée par notre éternel souci de réparer le monde. Tikkun olam…

© Jacques Tarnero

Essayiste et documentariste, Jacques Tarnero est l’auteur de Décryptage, Autopsie d’un mensonge, et de l’ouvrage Le nom de trop: Israël illégitime ?

L’article Jacques Tarnero. Détruire ou Réparer le monde ? est apparu en premier sur Tribune Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

La Knesset vote massivement contre la création d’un État palestinien

La résolution, adoptée par 68 voix contre 9, affirme que “l’établissement d’un État palestinien au cœur de la Terre d’Israël…

Francine Christophe et le chocolat. Par Schlomoh Brodowicz

Francine Christophe (née Christophstein) est une femme de lettres et poétesse française née le 18 août 1933 dans le 17e…

Fanny Germon a rencontré Noam Buskila, réserviste volontaire d’IDF, Organisateur d’événements, chanteur, musicien

J’ai découvert Noam Buskila en novembre 2023 grâce à une vidéo qu’il avait postée sur Instagram[1]. On le voyait avec…

France: l’islamo-gauchisme a un nouvel allié, Amnesty international. Par Francis Moritz

Le communiqué de presse du 9 juillet de cette ONG tombe à pic, alors que la République prend l’eau. La…

Freddy Eytan. L’ultime mission de Nétanyahou aux Etats-Unis ?

Le voyage de Nétanyahou aux Etats-Unis, en pleine campagne présidentielle, est une mission difficile, délicate et complexe. Elle aura une…

Les gauches et la haine des Juifs. Sur les origines révolutionnaires de la judéophobie des Modernes. Première partie. Pierre-André Taguieff

Partons d’un apparent paradoxe. Depuis le grand massacre de Juifs commis à la frontière israélienne par les terroristes du Hamas…

Lettre à nos enfants. Par Gilles Bellaïche

Il y a plus de soixante ans nos parents bien aimés durent quitter la côte sud de la méditerranée contraints…