fbpx

ven' 14 Juin' 2024

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

C’était un 23 août il y a 80 ans

C’était un 23 août il y a 80 ans : comment ce couvent aveyronnais va cacher 86 Juifs dont 75 enfants

L’histoire du couvent Notre-Dame-de-Massip à Capdenac-Gare sous l’Occupation refait surface avec l’enquête réalisée par Simon sur ses ancêtres juifs durant la Seconde guerre mondiale.

1942, « l’année de la solution finale », dit Simon sur sa chaîne Youtube et sur le site consacré à l’histoire de son arrière-grand-père Isidore durant la Seconde guerre mondiale. « Fils de déportés, père d’enfants cachés, résistant français juif, soldat de la Libération » : un livre sur sa vie devrait bientôt voir le jour aux éditions Ouest France.

En attendant, Simon livre étape par étape la vie de son ancêtre sur les réseaux sociaux. Et nous sommes le 23 août 1942, à Toulouse, il y a tout juste 80. Ce jour-là l’archevêque Saliège, jusqu’à lors soumis au régime de Vichy mais alerté par la condition de vie des juifs dans les camps de détention, faisait lire dans tout le diocèse de Toulouse, au grand dam du régime de Pétain, une « lettre sur la personne humaine ». « Les Juifs sont des hommes, les Juives sont des femmes. Les étrangers sont des hommes, les étrangères sont des femmes. Tout n’est pas permis contre eux, contre ces pères et mères de famille. Ils font partie du genre humain », écrit-il notamment.

Cette lettre émeut les chrétiens de la région et  un réseau d’entraide se forme. Ce sera le cas au couvent de Massip, à Capdenac-Gare, où sur la demande de l’archevêque, la mère supérieure et chargée de l’internat Denise Bergon, aidée notamment des soeurs Marguerite Roques, professeur de mathématiques, infirmière et responsable de la colonie de vacances,  et Louise Thèbes, vont accueillir et cacher en tout 86 personnes juives, dont 75 enfants, selon les archives qu’a consultées Simon. Parmi eux, la grand-mère de Simon Marylène, et sa sœur Monique, âgées respectivement de 3 et 6 ans. Toutes deux échapperont à la rafle, grâce aux soeurs du couvent.

Ce ne sera pas le cas des parents d’Isidore : ce même 23 août 1942, la mère Rachel écrit à son fils depuis le camp de Drancy, où elle était internée avec son mari : « Mes chers enfants, je pars pour un pays inconnu ». Le lendemain, elle était déportée à Auchwitz. Le convoi portait le n° 23…

Source : centre presse aveyron.fr

The post C’était un 23 août il y a 80 ans appeared first on JForum.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

 Lettre à Monsieur le Président  

Monsieur le Président, La vanité rend aveugle et sourd. Eussiez-vous un QI XXXL, la vanité anéantirait les capacités de vos…

Lior Raz décide de soutenir le nord dévasté par le feu

A la frontière avec le Liban, j’ai rencontré les Kikat Konenut (escouades d’intervention rapide) des gens extraordinaires, le sel de…

Le Machiavel vampire a soif de sang à Gaza. René Seror

2 semaines que Joe Biden avait dégainé son plan de paix par étapes. On attendait la réponse du hamas. Antony…

Le calvaire vécu par les ex-otages Ziv, Kozlov et Meir Jan est allé “au-delà de tout ce que vous pouvez imaginer”

Dans de nouveaux témoignages, les médecins et les proches des trois anciens captifs ont raconté une captivité passée dans l’obscurité,…

Question: Marine Le Pen est-elle antisémite? Guillaume Durand

Le 4 avril 2012, Marine Le Pen était l’invitée de Guillaume Tabard et Guillaume Durand dans l’émission “En route vers…

Encore une Lettre ouverte au Recteur de la Mosquée de Paris

JUIN 2024Lettre ouverte au Recteur de la Mosquée de Paris­Monsieur le Recteur, En juillet 2021 en présence de Maître Richard…

Pourquoi Rima Hassan n’a rien d’une “exilée”, par Omar Youssef Souleimane

Rima Hassan, le 9 mars 2024, à Parisafp.com/Emmanuel Dunand Alors que la militante propalestinienne (LFI) fait son entrée au Parlement…