fbpx

mar' 18 Juin' 2024

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

78 ans du Débarquement de Provence (Dragoon)

Provence 15 août 1944: l’autre débarquement (vidéo)

Quand les Alliés envisageaient un autre lieu pour l’opération

Et si le débarquement d’août 1944 ne s’était pas déroulé en Provence ? C’était en tout cas le souhait de l’Etat-major britannique, lequel a longtemps ferraillé avec son allié américain sur le choix du lieu pour ouvrir un nouveau front face aux Allemands.
En novembre 1943, au cours de la conférence de Téhéran, Roosevelt, Churchill et Staline arrêtent définitivement le principe de l’ouverture d’un second front en Europe.
Problème : Anglais et Américains divergent quant au choix du rivage européen où s’effectuera l’opération, complémentaire du débarquement en Normandie du 6 juin 1944.
A l’origine, Dragoon, nom de code du débarquement en Provence, devait s’appeler Anvil (enclume, ndlr). L’opération devait être déclenchée en même temps qu’Overlord (nom de code du débarquement en Normandie), baptisée dans un premier temps Hammer (marteau).
Le nazisme devait ainsi être « écrasé » entre le marteau et l’enclume des forces alliées. Les deux opérations furent finalement dissociées, faute de moyens et de troupes suffisants.

« Eisenhower disait non tout au long de l’après-midi »

C’est là qu’Américains et Anglais vont s’offrir une passe d’armes diplomatique : Churchill défend un débarquement sur les côtes est de la mer Adriatique avec une stratégie de « grande tenaille » pour « pincer » le maximum de troupes ennemies.
Un débarquement en Yougoslavie, « dans le ventre mou du crocodile », est ainsi préconisé. Non sans arrière-pensée : le Premier ministre britannique redoute que Staline n’étende son emprise sur les Balkans. Il souhaite ainsi parvenir à Vienne, voire Budapest, avant les troupes de l’Union soviétique.
Les Américains, eux, ne l’entendent pas ainsi. Ils préfèrent se concentrer sur leur objectif immédiat, libérer la France, et opérer coup par coup, en repoussant les Allemands au-delà des frontières rhénanes.
C’est finalement le général Eisenhower, commandant suprême des forces interalliées, qui tranche en faveur de la Provence. Churchill, la mort dans l’âme, doit s’incliner… avant de tenter le tout pour le tout.
A quinze jours du déclenchement de Dragoon, les Anglais tenteront une dernière fois de faire changer les plans en proposant un débarquement à Bordeaux. En vain.
« Eisenhower disait non tout au long de l’après-midi, il continua de dire non et ne cessa jusqu’au bout de dire non avec tous les moyens que la langue anglaise mettait à sa disposition », raconte le capitaine Harry Butcher, aide de camp du général américain, sur le bras de fer avec Churchill. « Comme d’habitude », écrivit plus tard Eisenhower, « le Premier ministre poursuivit la discussion jusqu’au moment même de l’exécution. Comme d’habitude également, à la seconde même où il vit qu’il ne pourrait obtenir gain de cause, il jeta dans la balance tout ce qui restait en son pouvoir pour le soutien de l’opération ».
Le 9 août, soit six jours seulement avant le débarquement du 15 août 1944, l’ordre ferme pour la Provence est enfin transmis aux troupes impliquées dans l’opération. Avec le succès qu’on lui connait.

Avec près de 2 000 navires, les Alliés ont rassemblé une flotte encore plus importante que celle utilisée en Normandie.

source: LCI

78 ans du DÉBARQUEMENT DE PROVENCE.

Merci à nos libérateurs de l’Armée d’Afrique.
En ce 15 août, anniversaire du débarquement de Provence, j’ai une pensée pour mon oncle Didier Heilbronn, commando parachutiste au 1er Choc engagé à 18 ans et à mon grand-oncle François Klotz, Lieutenant des Services Actions ancien des Commandos d’Afrique, torturé et fusillé après son parachutage le 28 juin en Provence.
Les écussons de ces deux unités commandos d’élite ci-dessus.
Une pensée affectueuse et reconnaissante à tous ces soldats de l’Armée d’Afrique dont beaucoup de soldats marocains, algériens, sénégalais et d’autres pays d’Afrique venus libérer notre territoire national et mourir pour la France.
Francois Heilbronn

The post 78 ans du Débarquement de Provence (Dragoon) appeared first on JForum.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

« Tsahal a écarté le danger d’une invasion du Hezbollah », le repoussant à 8 km

Depuis la mort de son principal chef, au sud Liban, le Hezbollah a été contraint de retirer ses forces sur…

Isaac Franco et Richard Laub: “Cherchez l’erreur” du 17 juin 2024

“On n’entend plus parler de Gaza” Cherchez l’erreur // Isaac Franco & Richard Laub. 10 juin 2024 “Cherchez l’erreur” est…

Francis Moritz. Europe et France, le tsunami et la tourmente

Malgré l’onde de choc provoquée par la dissolution française, la terre continue de tourner. Le G7 s’est réuni en Italie…

Pierre Saba. Mensonges autour de l’abattage rituel Mosaïque

Illustration d’un homme apprêtant de la viande dans un abattoir casher(AP Photo/Mosa’ab Elshamy) Régulièrement, avec une intensité supérieure à l’approche…

France : la justice ordonne la levée du boycott des entreprises israéliennes au salon de défense Eurosatory

La mesure d’exclusion d’Israël de Eurosatory est jugée “discriminatoire” par le Président du Tribunal de commerce de Paris: le droit…

Les “candidats” Raphaël Pitti et Raphaël Arnault: L’un rend visite à un “admirable” dirigeant du Hamas. L’autre est… 3 fois fiché S

Créées entre 2019 et 2021, ces fiches S ont toutes été renouvelées au moins une fois, ce qui montre que…

Quand un tribunal refuse Israël à un salon d’armement. Par Noëlle Lenoir et Jean-Éric Schoettl

TRIBUNE. Le refus d’accepter la délégation israélienne au salon d’armement Eurosatory apparaît bien peu motivé juridiquement, et laisse transparaître une idéologie…