fbpx

Les restrictions imposées à Jonathan Pollard sont levées : il va pouvoir venir en Israël

Cinq ans après sa libération, le ministère américain de la Justice n’a pas prolongé la période de probation de Jonathan Pollard qui a purgé 30 ans de prison pour espionnage pour Israël. Il va pouvoir quitter les États-Unis et immigrer en Israël. 


Les avocats de Jonathan Pollard, qui a été reconnu coupable d’espionnage pour Israël dans les années 1980 alors qu’il travaillait dans la Division du renseignement de la marine américaine, ont annoncé vendredi, que le département américain de la Justice n’avait pas prolongé les restrictions à son encontre – afin qu’il puisse, s’il le souhaite, quitter le pays. 


Un déménagement en Israël 


Pollard a été libéré de prison aux Etats-Unis en novembre 2015 après une peine de 30 ans et est soumis à certaines restrictions. Les conditions de libération imposées l’obligeaient à porter un bracelet électronique et à rester chez lui à New York, la nuit. Il lui a également été interdit de quitter l’État de New York et de répondre à des médias, et les autorités ont surveillait son ordinateur à la maison et au travail.

L’un des avocats de Pollard, Elliott Lauer, a indiqué : «je sais que beaucoup l’attendent en Israël, mais la première chose qu’il doit faire est de prendre soin de sa femme. Je ne sais pas quels sont leurs projets immédiats. Mais il est clair que Jonathan s’attend à venir en Israël. C’est le premier jour des 34 dernières années qu’il est vraiment un homme libre. Il s’est toujours considéré comme un vrai sioniste et un citoyen d’Israël. »


Le rôle de l’administration Trump


L’avocat a refusé de commenter le rôle du président Donald Trump dans la libération de Pollard, mais a noté : « je crois que beaucoup de gens méritent des remerciements. Je ne dirais pas qu’il y a eu une dimension politique. Nous apprécions l’aide de l’administration américaine et du gouvernement israélien ces dernières années, et remercions toutes les personnes qui ont soutenu Pollard, prié pour lui et lui ont écrit des lettres ».


La femme de Pollard, Esther, a un cancer et a besoin d’une chimiothérapie. Par conséquent, Pollard pourrait ne pas arriver en Israël dans les semaines à venir. Un communiqué des avocats de Pollard a précisé : « depuis cinq ans, Pollard est soumis à la surveillance et aux restrictions de l’administration américaine. Nous sommes ravis d’annoncer que notre client est un homme libre ». Pollard a déclaré qu’il souhaitait soutenir sa femme, Esther, qui lutte contre le cancer, et a exprimé sa gratitude aux rabbins, aux avocats américains et israéliens et à l’ambassadeur américain Ron Drummer pour ses efforts pour le libérer.


De multiples recours 


Ces dernières années, Pollard a déposé plusieurs recours devant le tribunal pour tenter de lever les restrictions, mais tous ont été rejetés. Il y a un an et demi, des organisations juives américaines ont appelé le président américain Donald Trump à lever les restrictions imposées à Pollard pour lui permettre de prendre soin de sa femme, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu a également soulevé la question à plusieurs reprises lors de discussions avec Trump. 


30 ans de prison 


En mars 1987, Pollard a été condamné à la prison à vie et est devenu la seule personne de l’histoire américaine à être condamnée à une telle punition pour espionnage sur un pays ami. Il a été arrêté avec sa femme de l’époque, Ann, le 21 novembre 1985, à l’entrée de l’ambassade d’Israël à Washington où ils espéraient trouver refuge. Pollard a plaidé coupable au procès d’avoir fourni des informations classifiées à un État ami, mais le juge a décidé de le rejeter et l’a condamné à une peine maximale à perpétuité.

Parmi les hauts responsables qui ont demandé sa libération figuraient l’ancien secrétaire d’État Henry Kissinger, le chef de la CIA James Welsey et l’ancien secrétaire adjoint à la Défense Lawrence Corb. Au fil des ans, il a été prouvé que Pollard ne transmettait pas de documents traitant des États-Unis, mais plutôt des menaces à la sécurité contre Israël provenant des pays arabes. Pendant les sept premières années qui ont suivi son arrestation en 1985, l’espion israélien a été emprisonné dans l’Illinois, puis transféré pendant 23 ans à la prison de Batner en Caroline du Nord.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

Israël rouvrira complètement dans un mois s'il n'y a pas de nouvelle augmentation de la contagion

Les autorités qui attendent de voir qu’il n’y a pas de pic d’infection après la fête de Pessah et le…

Israël pourrait vacciner les 12-15 ans dès le mois de mai

Israël pourrait débuter la vaccination des adolescents de 12 à 15 ans en mai, ont indiqué des responsables de la…

Maroc-Israël : c’est (re)parti pour les affaires

UN PARTENARIAT A ÉTÉ SIGNÉ ENTRE LES PATRONATS DES DEUX PAYS. UN INCUBATEUR DE START-UP ET UNE CHAMBRE DE COMMERCE…

Gad Elmaleh fier d’être né au Maroc : cette décision de Mohammed VI concernant Israël, qui le rend si heureux !

Invité sur le plateau des « Grandes gueules Moyen-Orient », une émission diffusée sur la chaîne israélienne I24, Gad Elmaleh en a…

Un enfant des favelas de Rio devient un artiste prometteur en Israël

Alexander Especie rejoint d’autres expatriés brésiliens à Raanana, une ville du centre d’Israël, que lui et d’autres artistes s’emploient à…

Des États de l’UE opposés à l’exclusion d’Israël dans des projets de recherche

Des universitaires estiment que la recherche européenne risque de se tirer une balle dans le pied en mettant fin à…

Un spray nasal enovid contre le COVID mis au point en Israël

Un spray nasal contre le COVID-19 enovid  a été mis au point par SaNOtize, une société basée à Vancouver, au…
Aller au contenu principal