fbpx

Jacques Neuburger. La mort. Et le “Vivant qui me voit”

Finalement, pour moi (et pour tous les autres à mes yeux) je n’envisage plus du tout la mort avec indifférence ni aucunement avec sérénité.
Je l’avoue.
Jeune, la mort est lointaine, la sienne si lointaine, si théorique que comme improbable et le stoïcisme philosophe est aisément fait nôtre.
Mais voilà: l’âge est là, la mort se rapproche, devient concrète, palpable. Elle a déjà frappé tant d’aimés, tant de proches.
Puis, si l’on n’a pas la chance d’être en une très bonne santé, cette santé qui permet le détachement des contingences physiques, on a déjà frôlé de si près la mort, on en  a senti le vent sec, brûlant, assoiffé ou froid, humide, presque gluant, collant, selon les jours. On a eu peur. Oui: peur. On a ressenti l’extrême solitude de la mort qui s’en vient, la sécheresse du caveau aux nuits de canicule  l’humidité d’hiver qui détrempe les boues, on s’y est vu, on en a perçu l’imminence désormais et pour toujours non improbable. On a connu ces salles de soins intensifs où l’on soigne, certes, où l’on gagne sur la mort bien souvent, certes, mais aussi où l’on perçoit si proche, le temps qu’on y est, avec comme une solidarité instinctive de bête apeurée, la mort des autres, la détresse, la solitude, la souffrance béante et sans espoir, la déchéance insupportable du corps et de l’intelligence.

Et l’on revient de ce voyage avec comme quelque chose de difficilement définissable, difficilement nommable comme accroché au ventre et qui pèse.

Face à ce vide, face à cette détresse sans réponse, face à ce silence, alors ne demeure que quelque chose de fou comme une passion amoureuse, quelque chose de vif, insaisissable, soudain vif comme la vie même, frais comme la pluie, lumineux comme les gouttes de la cascade dans le soleil, toujours miracle telle une source, beau comme la naissance d’un enfant ou le regard d’amour du chien ou du chat qu’on a sauvé, demeure alors la foi, la croyance en dieu, la foi en ce Vivant qui me voit, comme dit la bible en une expression saisissante pour évoquer celui qui fait jaillir une source devant la femme assoiffée perdue dans le désert.

Jacques Neuburger

L’article Jacques Neuburger. La mort. Et le “Vivant qui me voit” est apparu en premier sur Tribune Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

Le gouvernement a annulé les voyages scolaires à Auschwitz : ils n’étaient pas d’accord avec la Pologne

Infos Israel News actualités : Les ministères de l’Éducation et des Affaires étrangères ont annoncé que tous les voyages scolaires…

C’Israël. De berger à médecin. L’histoire de Mero Geta qui mérite d’être racontée.

Un jeune garçon, autrefois analphabète, se spécialise à présent dans la chirurgie du cancer de la tête et du cou…

En plus c’est vrai! 100 startups israéliennes actives dans le « Sport Tech ».

Même en l’absence d’une équipe nationale capable de se mesurer aux plus grands, Israël participe aux matchs via ses innovations.…

Connaissez-vous Waleed-Al-Husseini, le Salman Rushdie palestinien?

Auteur de 2 livres, Waleed Al-Husseini  livre un témoignage clair et sans ambiguïté sur ce qu’il a vécu en tant…

Les Juifs et le prix Nobel : les vrais chiffres

Des prix Nobel ont été décernés à plus de 900 personnes, dont au moins 25 % étaient des Juifs .…

Tragédie en Egypte : des dizaines de paroissiens de l’église copte sont morts dans un incendie

Infos Israel News actualités : Un incendie dans le bâtiment de l’église copte de Gizeh (une ville située près du…

Il y a 13 ans, Israel créait une arme pour détruire le satellite iranien

L’Iran vient de lancer son sattelite et aura bientôt accès à des images orbitales nettes. Il y a 13 ans…