fbpx

Heureux comme un juif en Angleterre ?

Comme dans d’autres pays européens, à l’instar de la France, l’histoire des juifs en Angleterre alterne entre des phases sombres et lumineuses. Ils sont dans cet entre-deux aujourd’hui : s’ils se sentent bien dans leur pays, les juifs britanniques doivent aussi composer avec la montée d’un puissant antisémitisme.

L’histoire des juifs en Angleterre ne débute véritablement qu’en 1066, date à laquelle Guillaume le Conquérant entre dans le pays. Le futur roi d’Angleterre encourage les juifs à le suivre : outre-Manche, ils se spécialisent dans les métiers de l’argent, s’organisent et sont rapidement présents dans toutes les grandes villes. Pourtant, dès 1222, l’Eglise met en place une série de lois antisémites (dont le port d’un signe distinctif) qui aboutit au décret d’expulsion d’Edouard Ier en 1290. Les juifs ne seront autorisés à fouler à nouveau le sol britannique qu’à partir de 1655 sous Cromwell.
Signe des temps : l’Eglise anglaise vient de s’excuser pour les mesures antisémites prises au XIIIème siècle, bien sûr pour reconnaître l’injustice historique mais aussi pour favoriser la lutte contre l’antisémitisme… A partir du XVIème siècle, la situation de la communauté juive anglaise se « normalise » progressivement, ses effectifs croissent de façon régulière, avant de connaître une brusque augmentation au XIXème siècle. Les juifs d’Europe centrale et orientale, fuyant les pogroms, ont fait passer le nombre total de juifs se trouvant en Angleterre d’un peu moins de 50 000 à près de 250 000 au début de la Première Guerre mondiale.

La communauté juive anglaise connaît son apogée à la fin des années 1960 avec 450 000 membres. Aujourd’hui, selon les dernières estimations, les juifs seraient un peu moins de 300 000 en Angleterre. Ils se situent géographiquement principalement à Londres (près des deux-tiers) mais il existe aussi des communautés juives importantes à Manchester ou à Leeds. La petite ville de Gateshead est connue pour abriter l’une des communautés orthodoxes la plus florissante et dynamique d’Europe. Héritage de l’immigration déjà évoquée, la communauté juive orthodoxe anglaise est d’ailleurs numériquement la plus importante d’Europe.

D’une façon générale, les juifs anglais sont plutôt religieux. En tout cas, ils ont tendance à se déclarer comme tels. D’après les dernières enquêtes publiées sur la question, ce sont plus de la moitié des juifs anglais qui se considèrent comme religieux, d’une façon ou d’une autre. Le judaïsme anglais est structuré autour de grandes organisations dont la plus conséquente est la United Synagogue. Attestant des bonnes relations entre la Couronne et la communauté juive, cette fédération est reconnue par le pouvoir royal. Son leader spirituel, considéré comme le grand rabbin d’Angleterre, porte ainsi le titre officiel de grand rabbin des congrégations hébraïques unies du Commonwealth. Il gère une grande partie des synagogues anglaises (mais pas toutes car il existe aussi un courant plus orthodoxe indépendant de la United Synagogue, comme le sont également les courants libéraux et Massorti), et administre de nombreux cimetières. De 1991 à 2013, à la tête de la United Synagogue, le grand rabbin Jonathan Sacks, aujourd’hui disparu, a contribué à renforcer la place du judaïsme dans la société britannique. Elle est aujourd’hui dirigée par le grand rabbin Ephraim Mir-vis. La United Synagogue est l’un des membres du Jewish Leadership Council (JLC). Il s’agit de l’organisation qui représente les Juifs, à l’image de ce que peut faire le CRIF en France, mais en Angleterre, elle possède des champs de compétence beaucoup plus larges. Le JLC cherche à identifier et à relever les principaux défis communautaires : c’est ainsi qu’il relie et coordonne le secteur caritatif (comme les organisations de soins), soutient les écoles juives (au travers du partenariat pour l’école juive) et assure une représentation juive dans les territoires (par le biais de conseils représentatifs régionaux).

Le JLC se donne explicitement comme mission de « s’assurer que la communauté juive britannique prospère ». Si les juifs britanniques se sentent bien dans leur pays, que de grandes figures juives animent depuis longtemps la société anglaise, ils sont obligés d’y constater une forte résurgence de l’antisémitisme depuis une vingtaine d’années. Après une période de déni, les autorités anglaises semblent avoir pris la mesure du phénomène et commencent à sévir. L’antisémitisme n’est pas nouveau en Angleterre, et ce serait une erreur de croire que son développement soit uniquement lié à une présence accrue de populations musulmanes même s’il existe bien un lien, au travers notamment d’un antisionisme virulent. Rappelons-nous du prince Harry déguisé avec un uniforme nazi ; songeons aux positions de Jeremy Corbyn et à ses prises de position antisémites dénoncées au sein de sa formation politique alors qu’il était le chef du principal parti d’opposition. Il est également clair que la tradition libérale de l’Angleterre rend visible la haine judéophobe. La liberté d’expression est une des pierres angulaires de l’Etat de droit britannique. Éric Keslassy

L’article Heureux comme un juif en Angleterre ? est apparu en premier sur Actualité Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

Châteaumeillant distingué comme « Ville des Justes de France »

France : Châteaumeillant rejoint le réseau « Villes et Villages des Justes de France » La ville du Cher a…

De quoi Jacques Attali est-il le nom? Guy Konopnicki

De quoi Jacques Attali est-il le nom ? La chronique de Guy Konopnicki L’antisémitisme semble si naturel qu’on ne le…

Encore un article anti-israélien dans Le Monde.

Info tronquée dans Le Monde : civil innocent ou djihadiste mort au combat ? par InfoEquitable Le quotidien affirme qu’un…

Comment Israël se prépare à un conflit généralisé

Un conflit avec des scénarios dramatiques combinant d’importantes violences urbaines avec une « pluie de missiles » dans tout le pays L’article…

Yitshak Shamir, l’agent du Mossad devenu Premier ministre

Combattant traqué par les Britanniques, agent du Mossad, puis Premier ministre de l’État d’Israël : Voici l’histoire d’un homme de…

Martine Eckerling en direct de Vegas. Vieillir

Mon mari porte un pacemaker. Hier était le jour du rendez-vous pour la vérification de la pile. Bonne nouvelle, il…

Peter Pomerantsev. La Russie se comporte comme un enfant fou avec ses jouets nucléaires

Le chercheur Peter Pomerantsev estime que la politique étrangère de Vladimir Poutine ne se limite pas à des considérations d’ordre…