fbpx

Robert Redeker. Le piège de la rhétorique antinazie de Poutine

Le Maître du Kremlin présente à ses concitoyens – le terme de sujets conviendrait sans doute mieux, comme sous les tsars d’avant 1917, tant les formes démocratiques ne sont dans la Russie de ce chef d’Etat qu’un décor Potemkine – l’intervention militaire en Ukraine avec la plus noble des justifications. « Dénazifier », dit-il !  « Dénazifier » reprend en chœur la propagande sur les médias russes ! Qui oserait aller contre pareil mot d’ordre ? La vertu morale a bon dos ! Nous avons beau chercher, il n’y a pas de trace de nazisme dans le régime ukrainien. Mieux encore, les Ukrainiens ont élu à la présidence un juif, ce que les Français n’ont encore jamais fait. Drôles de nazis, se dit-on ! Ils ne sont nazis que dans la tête de Poutine et de ses ministres. Que dans la tête des Russes à qui l’on vend cette fable. La réalité est bien différente : « dénazification » est le mot employé par Poutine et son administration pour cacher au peuple russe que cette offensive militaire est une guerre meurtrière violant le droit international en envahissant le territoire un pays souverain. Poutine use du mot « dénazification » pour masquer ce crime contre le droit, contre la liberté et la souveraineté, contre un peuple. Et, au fondement de ces abus : contre la vérité. La destruction de la vérité rend possible les autres destructions.

Le mot « dénazification » relève, au-delà de la politique, du vocabulaire de la Morale, en visant à placer fantasmatiquement Poutine et son régime dans le camp du Bien universel, puisque le nazisme fournit depuis plusieurs décennies le critère du Mal absolu.

Ce mot est mis en circulation pour désamorcer par avance toutes les critiques. Il est une bombe à soi tout seul, puisqu’il empêche toute critique. Et même : il est une bombe qui prépare et autorise les autres bombes, celle qui massacreront les civils, écraseront les hôpitaux, les écoles, les quartiers d’habitations ; il est la première des bombes. Il autorise implicitement le pire : les crimes de guerre. Ainsi, Poutine justifie-t-il sa guerre par le sophisme bien connu de la reductio ad hitlerum.

Selon Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, du « sang juif » coulait hier dans les veines d’Hitler, comme aujourd’hui dans celle de Zelinsky. Malgré les excuses adressées à son sujet par la Russie à Israël,  cette déclaration n’est pas un dérapage, elle a été calculée pour produire son effet. Nul ne saurait passer l’éponge sur elle sans autre forme de procès. L’affaire pour le régime moscovite est, à travers ces mots, de salir Zelinsky en le rapprochant d’Hitler par le mensonge de leur commune judéité. Amplifiant la reductio ad hitlerum chère à Poutine, le propos de Lavrov remet implicitement à l’ordre du jour les catégories nazies : juif, demi-juif, quart-de-juif. Comment comprendre cet apparent paradoxe, d’une machiavélique habileté : le régime poutinien prétend « dénazifier » l’Ukraine tout en utilisant les catégories racialistes antisémites du nazisme ? L’absurdité, ici, n’est qu’un leurre masquant la terrible logique unissant ces deux éléments rhétoriques.

D’une part en effet, le gouvernement russe cherche à répandre le sentiment que les Juifs ont une responsabilité, voire une culpabilité, dans le nazisme, que le nazisme est, au moins partiellement, une affaire juive. L’opposition entre nazisme et judéité est ainsi gommée, permettant de bâtir pour la propagande la fiction d’un Etat ukrainien à la fois nazi et dirigé par un juif. L’habitus stalinien perce dans cette astuce rhétorique.

D’autre part, il donne à entendre que la nocivité du nazisme ne tenait pas dans l’antisémitisme, mais dans l’hostilité d’Hitler à l’égard de l’URSS, vue comme l’une des formes prises dans l’histoire par la Russie éternelle. « Nazi », dans la bouche de Poutine, de ses ministres et de ses courtisans, ne signifie rien d’autre que ceci : historiquement hostile à la Russie. Pour nous, Occidentaux, Ouest-européens aussi bien qu’Américains, « nazi » signifie antisémite, totalitaire, le mot renvoyant principalement à la Shoah. Quant au concept de totalitarisme, il joint, pour nous autres, en une unité le nazisme et le stalinisme. Pour Poutine, et une partie impossible à mesurer de l’opinion russe, indifférents à l’antisémitisme et complaisants avec le totalitarisme, ce mot veut dire tout autre chose.

La guerre, nous a enseigné André Glucksmann, dans un livre devenu un classique, paru dans les années 70, tient toujours un discours. Un discours qui la prépare, qui la justifie, qui l’accompagne, qui la continue. De part et d’autre, dans la bouche des dirigeants occidentaux comme dans celle des dirigeants russes, et, ainsi qu’en deux mondes hétérogènes, dans l’imaginaire opposé des populations respectives, « nazi » est le nom absolu du Mal autant que celui du Mal absolu. Il est le seul à autoriser « absolument » la guerre. Pourtant, le signifié de ce nom diffère, si l’on est Russe ou si l’on est Ouest-européen, du tout au tout. Avec cynisme, Poutine joue de cette double compréhension, qui est autant une incompréhension réciproque que le stigmate cruel de la fracture culturelle entre l’Europe et la Russie, pour habiller son discours de la guerre du prestige d’un discours antinazi volontairement bivalent.

Robert Redeker

Philosophe, Robert Redeker est ancien membre du Comité de rédaction desTemps modernes.

Retrouvez nos dernières vidéos

1/51Next »

Rencontre “Enjeux et défis des élections législatives au Liban”

Les Rencontres de Saint-Raphaël – Message du Ministre Jean-Michel BLANQUER

Les Rencontres de Saint-Raphaël – Ouverture par Frédéric Masquelier, Maire de Saint-Raphaël1/51Next »

Suivez-nous sur twitter

Inscrivez-vous à notre Newsletter

L’article Robert Redeker. Le piège de la rhétorique antinazie de Poutine est apparu en premier sur Tribune Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

Scandale | Le Pr Jose Cohen, connu dans le monde accuse l’hopital Hadassah de cacher les erreurs des internes et la mort de patient

De nouvelles révélations dans l’affaire du boycott du Pr Jose Cohen, directeur de l’unité de cathétérisme cérébral à l’hôpital Hadassah…

Les études des soldats de Tsahal pris en charge à 75%

Le projet de loi pour aider les soldats dans leurs études a été adopté par l’opposition et la majorité à…

Réfugiés palestiniens ou la disproportion exorbitante

Près de 60 millions de déplacés à l’intérieur même de leur pays en 2021. C’est l’effrayant bilan dressé par plusieurs…

Meurtre à nouveau : la guerre criminelle de Netanya continue

Après avoir tenté d’éliminer un homme d’affaires bien connu de Netanya proche des milieux criminels, juste devant sa maison dans…

Elbit Systeme pour la protection des Airbus

Elbit Systems a été sélectionné par Airbus Defence and Space (Airbus) pour fournir J-MUSIC DIRCM (Systeme d’autoprotection des avions), y…

Aurez-vous un sans faute à cette dictée?

Aurez-vous un sans faute à cette dictée ? https://t.co/efDWwfntL8 — La langue française (@LLfrancaise) May 24, 2022 L’article Aurez-vous un sans…