fbpx

Zoom sur la franc-maçonnerie en Israël

La franc-maçonnerie en Israël

En Israël, la franc-maçonnerie s’est établie au moment de l’arrivée des immigrants de diverses origines qui ont donné naissance à de nombreuses loges maçonniques (confrérie civile réunissant un groupe de membres de la franc-maçonnerie) en plusieurs langues : française, turque, anglaise, allemande, espagnole, russe, ou encore roumaine. Ces loges s’appuient souvent sur les rites propres à chaque pays de ces immigrants. A titre d’exemple, les loges en langue arabe ou hébreu se sont inspirées du Rite anglais de la Grande Loge unie d’Angleterre qui est la principale obédience maçonnique d’Angleterre (ensemble qui regroupent les loges maçonniques). Du fait de cette grande diversité d’implantations, la franc-maçonnerie israélienne dispose d’une histoire très délicate.

L'histoire de la franc-maçonnerie

La franc-maçonnerie est présente depuis le XIXème siècle dans plusieurs grandes villes de la Palestine. En effet, les premières loges maçonniques ont été fondées sous l’Empire Ottoman.

Il y a, par exemple, la Loge Réclamation, qui a été créée, sous la juridiction de la Grande Loge du Canada, en 1868 à Jérusalem, ou encore la Royal Solomon Mother Lodge qui a été créée par la Grande Loge de Hamilton située au Canada. Ensuite, pendant l’épisode du mandat britannique et depuis la fin de la domination Ottomane, plusieurs autres loges ont été ouvertes.

La Grande Loge nationale de Palestine

Suite au fait que de nombreuses obédiences situées en Palestine portaient atteinte aux principes de la franc-maçonnerie, une idée émergeait petit à petit : la création d’une puissance maçonnique autonome. Cette idée est apparue en 1932, après la création du tout premier temple maçonnique de Tel-Aviv. Cependant, cette création va séparer les frères en deux camps distincts : les frères des loges sous l’autorité de la Grande Loge nationale d’Egypte, et ceux des loges sous les diverses autres obédiences présentes sur le territoire palestinien. Ainsi, plusieurs loges, qui étaient sous l’autorité de la juridiction de la Grande Loge nationale d’Egypte, ont annoncé leur indépendance en 1932 afin de créer la Grande Loge nationale de Palestine.

De plus, la même année, en 1932, les deux Grandes Loges nationales d’Egypte ont été dissoutes en raison de la création du Grand Orient d’Egypte qui constituera, à partir de janvier 1933, la Grande Loge nationale de Palestine. Cette dernière n’a cependant pas été rapidement reconnue par les autres Grandes Loges du monde. En effet, ce n’est qu’en 1938 qu’elle a été officiellement reconnue par les Grands Orients d’Egypte, de Belgique, de France, de Syrie mais également par les Grandes Loges de Bakli, de Bogota, du Pérou, du Danemark, de l’Allemagne et de la Suisse.

La Grande Loge nationale de Palestine n’a jamais cessé ses activités, et cela malgré la Seconde Guerre mondiale et les divers attentats subis par le pays. Elle décida même, en 1944, de créer sa bibliothèque centrale ainsi que son muée à Tel-Aviv. Elle organisa également, au mois de mai 1945, une grande assemblée, réunissant plus de 550 frères, pour fêter la belle victoire de ses Alliés contre l’Allemagne nazie.

La Grande Loge d’Israël

A partir des années 1946, quatre loges, placées sous la juridiction de la Grande Loge d’Ecosse, ont décidé de former un groupe de réflexion : c’est les Loges Hébraïques d’Eretz Israël. Ce groupe s’est réuni à de nombreuses reprises afin de débattre sur le futur israélien de la franc-maçonnerie lorsque l’Etat d’Israël a décidé de prendre son indépendance.

Contrairement aux règles fondamentales de la franc-maçonnerie, et sous l’influence des obédiences écossaises, de nouvelles Loges sont apparues. De ce fait, les frères de la Grande Loge nationale de Palestine et ceux situés sous l’autorité des Grandes Loges anglo-saxonnes (qui ne reconnaissaient pas la Grande Loge nationale de Palestine) étaient contraints de s’ignorer lorsqu’ils travaillaient ensemble dans les mêmes Temples, alors que dans la vie de tous les jours ils entretenaient des relations cordiales.

Suite au plan de partage de la Palestine validé par l’Organisation des Nations Unies (ONU) en 1947 mais également suite à la guerre de Palestine qui s’est terminée en 1948, la création de l’Etat israélien marque un point important dans l’histoire de la franc-maçonnerie : l’immigration des Juifs en provenance des pays européens et arabes.

Une grande assemblée des loges hébraïques d’Eretz Israël s’est tenue en janvier 1949 afin de débattre sur la création d’une future Grande Loge d’Israël. Cette future Grande Loge viendra remplacer la Grande Loge nationale de Palestine. Le 26 avril 1949, l’assemblée a finalement décidé, à l’unanimité, de changer le nom de la Loge : la Grande Loge d’Israël s’est donc installée à Tel-Aviv en octobre 1949, où elle demeurera jusqu’en mars 1953.

La Grande Loge de l’Etat d’Israël

La dernière étape de la franc-maçonnerie était de rassembler les différentes loges qui étaient dispersées sous différentes obédiences. Pour ce faire, dès 1951, les Grandes Loges d’Irlande et d’Angleterre ont accepté, sous la protection de la Grande Loge d’Ecosse, de créer une Grande Loge de l’Etat d’Israël qui sera située à Jérusalem.

Grâce au travail incessant de plusieurs frères, c’est le 20 octobre 1953 que la Grande Loge de l’Etat d’Israël est née. Cet création a également permis de consolider les liens entre tous les francs-maçons israéliens ainsi qu’avec 35 autres loges qui ont rejoint la Grande Loge. Dans les années 1996, 78 loges, dont 68 en activité, sont situées sous l’autorité de la Grande Loge de l’Etat d’Israël. Ces nombreuses loges ont des confessions religieuses diverses et variées (juive, druze, grecque, copte, chrétienne, arabe…) et elles travaillent dans 8 langues différentes.

Les nombreuses loges, qui travaillent en hébreu, utilisent un certain rituel, approuvé par la Grande Loge de l’Etat d’Israël, qui a ensuite été traduit en arabe, en français ainsi qu’en turque pour les loges qui travaillent avec ces langues. En revanche, les loges qui travaillent en allemand utilisent le Rite de Schroeder, et celles qui travaillent en langue anglaise, roumaine ou espagnole utilisent le rituel de leur propre pays.

L’apparition de la franc-maçonnerie israélienne contemporaine

Plusieurs loges sont présentes en Israël mais aucune d’entre elles entretiennent des relations avec la Grande Loge de L’Etat d’Israël.

  • Il y a tout d’abord la Grande Loge de l’Etat d’Israël, qui est dite régulière puisqu’elle est reconnue par la Grande Loge unie d’Angleterre. Cette obédience compte plus de 80 loges qui réunissent plus de 2000 frères qui travaillent dans les trois religions monothéistes. Chacune de ces 80 loges disposent de l’Ancien et du Nouveau Testament mais également du Coran.
  • Il y a l’obédience de l’Ordre maçonnique mixte international appelé « le Droit humain » qui regroupe trois loges : l’un d’elles a été créée en mai 2008 par Danielle Juette ; une autre a été créée en septembre 2015 par Yvette Ramon ; puis, la dernière, a été créée en mars 2016. La première est francophone alors que les deux dernières pratiquent en hébreu.
  • Il y a la Grande Loge féminine de France qui regroupe deux loges francophones : la loge « Jérusalem d’Azur et de Fraternité » a été créée en mars 2004 par des franc-maçonnes françaises ainsi que des franco-israéliennes résidant en Israël, et la loge « Rose des Sables » qui a été créée en février 2013 par des israélienne. Ces deux loges sont exclusivement francophones mais elles souhaiteraient créer une loge en langue hébreu afin de pouvoir fonder une Grande Loge féminine d’Israël.
  • Il y a également la Grande Loge de France qui réunie deux loges francophones : la loge « Bereshit’ » située à Jérusalem et la loge « Hermon 527′ » située à Tel-Aviv, qui avait été créée en 1928 mais qui n’était plus en activité jusqu’en 2006 lorsqu’elle a été reprise.
  • Il y a aussi la loge du Grand Orient de France qui réunie également deux loges dont l’une d’entre elles est francophone et l’autre hébraïsante mais également une loge de perfection qui est une loge de hauts grades qui travaille de manière alternative entre le Rite écossais et le Rite français.
  • Pour finir, la franc-maçonnerie du pays israélien comprend également le Suprême conseil du Rite écossais, le Souverain chapitre de la Marque ainsi que le Souverain chapitre de l’Arche.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

Covid-19 : le vaccin israélien distribué à partir du début de l'été 2021

Le directeur de l’Institut biologique, le professeur Shmuel Shapira, qui a pris la parole lors d’une discussion au sein du…

La crise au sein de la coalition s'aggrave : Netanyahu va faire une déclaration

Deux jours avant que la loi de dissolution de la Knesset ne passe au vote préliminaire, le président de la…

Rédiger un testament afin de faciliter la procédure de succession

Quand faut-il rédiger un testament ? En matière de droit des successions, que ce soit en Israël ou dans un…

Zoom sur l'indice du coût de la construction en Israël

Qu’est-ce que l’indice sur le coût de la construction ? Cet indice sur le coût de la construction (appelé madat…

Israël brille sur les championnats d'Europe de planche à voile

Israël a décroché samedi dernier l’or et deux médailles d’argent lors des championnats d’Europe de planche à voile, qui ont…

Aux championnats d'Europe de gymnastique rythmique, Israël décroche deux titres

Israël a décroché, en Ukraine, deux titres européens grâce notamment à Linoy Ashram.   Israël brille sur les Championnats d’Europe…

Covid-19 : un « passeport vert » délivré aux personnes les moins susceptibles d’être infectées

Les services de santé débuteront une opération de tests de grande ampleur.  Un million de tests sérologiques seront réalisé dans les…
Aller au contenu principal