fbpx

Régine au Paradis Paillettes

Les anges ont revêtu leurs habits de lumière et les paillettes sont de la fête car Régine la « Reine de la nuit » arrive avec son boa qu’elle gardera là-haut pour l’éternité, mais c’est aussi une chanson qui l’aura rendue célébrissime entre autres airs qui fait entrer la diva au panthéon des chanteuses adulées des Français. On aimait sa gouaille teintée de mélancolie, ses mélodies entêtantes écrites par de grands compositeurs – dont Gainsbourg. Amour-ami, ils ont tremblé tous les deux car ils ont été des enfants cachés pendant la guerre, leur complicité sera à jamais scellée par ce pacte du silence, avancer et ne rien dire. Chanter pour oublier : Azzurro, Les p’tits papiers, La grande Zoa, Patchouli Chinchilla, et surtout Azoy où elle raconte avec élégance et légèreté, comme elle savait le faire à mi-mots, et sans jamais tomber dans le pathos, les souvenirs de Régine Zylberberg, son nom. Père né à Varsovie, La Lumière de Belleville, son café, où elle a grandi, lui ouvre les portes du rêve et le goût de la nuit qui sera désormais son royaume, elle en devient la reine. Tout s’enchaîne très vite pour cette enfant du Pletzl. Artiste complète, elle sera bientôt sur tous les fronts, ouvre plusieurs boîtes de nuit, où tous les grands de ce monde se retrouvent, du New Jimmy’s au Palace, et évidemment chante, fait l’actrice, remarquable dans le film de Claude Berri Mazel Tov, elle continue à tutoyer les étoiles jusqu’au firmament : A star is born. Et pourtant, elle gardera toujours cette humanité et cette simplicité, fraternelle jusqu’à l’excès, mater dolorosa et joyeuse. Je l’ai toujours connue comme ça. Récemment encore, au cours d’un voyage en Pologne qui nous ramenait chacune à nos origines, elle courait derrière son frère pour lui faire avaler des sandwichs qu’elle avait préparés, nous corrigeant car nous chantions à tue-tête une de ses chansons avec des mauvaises paroles…L’enfance, jamais partie vraiment, la rattrapait dans chacun de ses gestes… Elle aura résisté jusqu’au bout, fuyant la lumière, la tête haute et le cœur chantant. Aujourd’hui enfin, et pour toujours, les ténèbres vont accueillir leur enfant chéri. Un grand Mazel Tov à Régine, « Reine de la nuit » pour ce passage initiatique au cœur de la nuit, et que La Flûte enchantée du grand Mozart qu’elle aimait tant l’accompagne.

L’article Régine au Paradis Paillettes est apparu en premier sur Actualité Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

La mort d’un bébé de 3 ans a été constatée à l’hôpital Rambam

Un enfant de trois ans qui était dans le coma depuis plusieurs jours est décédé à l’hôpital Rambam de Haïfa.…

L’avion destiné aux chefs d’État passe de l’aéroport Ben Gourion à l’entrepôt

Les chefs d’état de l’avion seront transférés dans les prochains jours de l’IAI à l’aéroport Ben Gourion vers un complexe…

Le missile Spike d’Israël, véritable tueur de chars d’assaut.

  Premier missile surface-surface à utiliser le guidage par télévision, le Tamuz (plus connu sous le nom de « Spike…

Les tweets obsessionnels du tueur de René Hadjadj

Un crime délirant peut bien évidemment être antisémite madame lepen vous etiez en couverture,dans magazine israelien, photo en premiére page…

Rapport : l’Iran a fraudé l’Agence internationale de l’énergie atomique

L’Iran a utilisé des documents secrets volés par les services de renseignement iraniens pour échapper à la surveillance de l’Agence…

Ben-Yehuda serait content: un cours d’hébreu mondial

Le plus grand cours d’hébreu du monde, ce dimanche 29 mai ! À l’occasion du centième anniversaire du décès d’Éliézer…

Grosse prise: les terroristes ciblaient Ben Gvir

Dans le cadre d’une enquête menée conjointement par le Service de sécurité générale et l’Unité centrale du district de Jérusalem…