fbpx

Interview : SHOSHANA KEATS-JASKOLL

Cofondatrice de l’organisation Chochmat Nachim, une ONG israélienne visant à défendre les droits des femmes juives, Shoshanna Keats-Jaskoll est la figure de proue des campagnes de sensibilisation qui ont lieu, en ce moment, dans de nombreux quartiers haredi en Israël.

Pourquoi l’affaire Haïm Walder est-elle un séisme dans le monde haredi ?

Shoshanna Keats-Jaskoll : L’homme était un auteur bien-aimé en qui des dizaines de milliers de foyers avaient confiance. Il prétendait parler au nom des enfants, avec leurs mots, et ce style différent était d’autant plus apprécié que ses ouvrages s’adressaient spécifiquement à la communauté haredi. Le fait de découvrir qu’en réalité, cette personne exploitait, faisait souffrir et abusait d’enfants et de femmes a été un choc absolu. Quiconque pouvait alors devenir un agresseur potentiel et c’est cette idée-là qui a ébranlé les gens au plus profond d’eux-mêmes.

Votre organisation participe activement aux campagnes d’affichage qui se déroulent en ce moment dans la plupart des quartiers haredi. Que disent ces tracts, qui sont distribués à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires ?
S. K. – J. : Nous avons organisé deux sessions de distribution. Dans la première, le tract relatait l’affaire Walder dans un langage modéré pour que les gens comprennent que quelque chose de mal s’était passé et qu’il était normal d’en parler. Notre message était principalement de rappeler que parler d’un sujet qui blesse les gens n’a rien à voir avec de la calomnie.

Cette campagne a été initiée en réaction au silence qui a entouré les actions de Haïm Walder et aux éloges qui
lui ont été adressés dans la presse ultra-orthodoxe et par certains dirigeants. Tandis que des responsables de la communauté se sont murés dans le silence, des militants associatifs – qui avaient déjà fait l’objet de pressions – ont décidé de ne pas se taire. Vendredi dernier – et c’était la seconde session de distribution – nous avons placardé des affiches de sensibilisation destinées aux enfants sur la distance appropriée à conserver avec des adultes et des dépliants contenant des déclarations de rabbins de premier plan dénonçant les abus sexuels et le silence.

Comment expliquez-vous qu’une partie de la communauté haredi soit autant dans le déni ?
S. K. – J. : À cause de la loi du silence. Une partie de la communauté considère, d’une part, qu’il est inapproprié de parler des abus sexuels et, d’autre part, qu’accuser une personne ouvre la voie à la calomnie. C’est ainsi qu’on
a fait taire les victimes avec des conséquences parfois dramatiques. Vous savez, si les dirigeants considèrent qu’il n’y a pas de problème et qu’en même temps, ils vous demandent de leur faire confiance, reconnaître le problème, c’est aussi admettre qu’ils avaient tort ou qu’ils vous trompaient volontairement.

Comment encourager les victimes à parler, malgré la peur et la pression sociale dont elles font l’objet ?
S. K. – J. : Il est impératif d’apprendre aux enfants que leur corps est leur corps et que si quelqu’un les touche, sans leur permission, ils doivent le dire à leurs parents ou à un adulte de confiance. Les parents doivent également croire leurs enfants et surtout, comprendre que le silence peut conduire à des tragédies qui peuvent briser des âmes. Ces dernières semaines, tant de personnes qui ont distribué les tracts ont été elles-mêmes victimes de maltraitance et pour la première fois, elles ont éprouvé de la force. On les croyait enfin. Nous ne pouvons plus laisser nos enfants à ce sort. Propos recueillis par Yaël Scemama

L’article Interview : SHOSHANA KEATS-JASKOLL est apparu en premier sur Actualité Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

Une Thora qui a survécu à la nuit de cristal retrouve sa synagogue

Les rouleaux de la Thora sauvés de la nuit de cristal réintègrent cette synagogue de l’ancienne Allemagne de l’est… L’article…

Zemmour à la presse étrangère : « Concernant la politique israélienne, Israël se défend et défend ses intérêts et elle a raison. Ce n’est pas moi qui vais critiquer Israël »

Éric Zemmour a refusé lundi de critiquer Israël lors d’une conférence de presse pour les médias étrangers.Lire la suite sur…

Cas de fièvre récurrente à tiques signalés en Israël

  En Israël, l’Office de santé du sous-district de Hadera, dans le district d’Haïfa, et les services vétérinaires à Umm…

Avec le passeport israélien, on peut voyager dans 159 pays sans visa.

  Dans le Henley & Partners Passport Index annuel , les passeports sont classés en fonction du nombre de pays…

Ingrid Bétancourt se présente à la présidentielle colombienne : Israël avait participé à sa libération

La Franco-Colombienne Ingrid Betancourt, otage pendant six ans de la guérilla des FARC, a annoncé mardi son intention de prendre…

Une gifle pour les victimes israéliennes des JO de Munich : Hidalgo accorde une interview à Médiapart de Plenel qui a reconnu avoir soutenu le massacre antijuif

La candidate du Parti socialiste à l’élection présidentielle, Anne Hidalgo, a accordé mardi soir une interview au site antisioniste Médiapart…

Des trafiquants de tests rapides ont été arrêtés à Rishon Lezion

Samedi, la mairie de Rishon LeZion a signalé une effraction dans l’entrepôt municipal où sont stockés des tests rapides de…