fbpx

La prise de contrôle de Gaza par le Hamas a tué la solution à deux États

Professeur Hillel Frisch Expert du monde arabe

La pression américaine contre le projet de logements Atarot au nord de Jérusalem était probablement destinée à maintenir la possibilité d’une solution à deux États.

23.12.2021  

Aéroport d’Atarot

Israël a reporté un grand projet de logements à Atarot, au nord de Jérusalem, au début du mois, là où se trouvait autrefois une implantation juive.

Un comité de planification israélien a retardé le projet pour la communauté Haredi et la construction jusqu’à 9 000 maisons. Cette décision est intervenue après une conversation sur le projet entre le Premier ministre israélien Naftali Bennett et le secrétaire d’État américain Antony Blinken.

La pression américaine contre le projet de logements Atarot, qui est plus proche de Ramallah que Jérusalem, visait probablement à maintenir la possibilité d’une solution à deux États. Cependant, une telle possibilité est une illusion.

L’administration Biden sait très bien que la solution à deux États a pris fin en 2007 lorsque le Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza. Ce n’est pas Israël ou le mouvement des implantations en Judée-Samarie qui l’ont rendu moribond, mais la prise de contrôle sanglante en l’arrachant des mains de l’Autorité palestinienne (AP).

Au contraire, les États-Unis ont joué un rôle plus important dans la disparition de la solution à deux États que les autorités israéliennes ou les résidents des implantations. L’administration de George W. Bush, frappée par le rêve néo-conservateur de démocratiser le Moyen-Orient, a fait pression sur Israël et l’Autorité palestinienne pour qu’ils organisent en 2006 des élections au conseil législatif palestinien.

En Judée-Samarie et à Gaza (surtout dans cette dernière), les Palestiniens las des violences entre les forces de sécurité de l’AP et les membres de la milice Fatah Tanzim ont donné leur vote au parti Changement et Réforme contrôlé par le Hamas. Le parti a intelligemment minimisé l’importance du fondamentalisme du mouvement et présenté des candidats possédant des références professionnelles et de service public, contrairement aux « hommes musclés » que les deux listes rivales du Fatah ont présenté.

Une fois au pouvoir, le Hamas a décidé de former une milice, que Mahmud Abbas, en tant que président de l’AP, a supprimée, lançant une série de combats à Gaza entre le Hamas, les forces de sécurité de l’AP et le Fatah qui se sont soldées par la défaite totale des forces de l’AP.

La partition palestinienne intérieure est devenue le facteur le plus décisif et le plus ancien de la vie politique palestinienne. Les nombreuses séries de « pourparlers d’unité » ratés entre l’AP et le Hamas n’ont fait que renforcer le fossé.

Peu de gens se rendent compte à quel point les Palestiniens sont divisés en deux « petits États » palestiniens rivaux (un terme inventé par un ancien correspondant du Washington Post en Israël). De plus, la société palestinienne est divisée par la politique tribale de la famille et du clan. Le Hamas et l’Autorité palestinienne ont chacun leur propre direction, leur assemblée législative, leurs forces de sécurité et leurs lois.  

Gaza est dominée exclusivement3 au niveau de la direction par les dirigeants du Hamas Ismail Haniyeh et Yehya Al-Sinwar. Sur le plan administratif, le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité nationale, dont le ministre est un pilier du Hamas, a un grand contrôle. Le ministère dirige l’agence de sécurité intérieure, la gendarmerie armée et la police.

À de nombreuses reprises, lorsque la branche militaire – les Brigades Izz al-Din al-Qassam – annonce le martyre de ses combattants, ceux-ci sont simultanément identifiés comme des membres du ministère de l’Intérieur et de la Sécurité nationale. Souvent, l’histoire est à l’envers – les martyrs sont identifiés comme d’anciens combattants d’Ez-Ed-Din El Qassam et des employés du ministère.

La même relation prévaut entre le Fatah et les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne. Le dénominateur commun entre Gaza dominée par le Hamas et l’Autorité palestinienne est que ce sont toutes deux une milice à parti unique avec la perception que l’autre côté, le Fatah à Gaza, le Hamas, en Cisjordanie, est une menace existentielle qui doit être surveillée, punie, et contenue.

Les dimensions régionales et internationales (voir récents combats dans les camps au Liban) qui renforcent la division palestinienne cimentent cette partition palestinienne qui enterre les perspectives d’une solution à deux États. 

L’existence continue de l’Autorité palestinienne est redevable à l’aide monétaire et politique occidentale et au soutien des États arabes modérés – l’Arabie saoudite et l’Égypte.

Le dernier et non le moindre renfort est la coordination de la sécurité avec Israël, Israël procédant à la majorité des arrestations préventives qui maintiennent le Hamas et le Jihad islamique, les ennemis féroces de l’Autorité palestinienne, à distance dans les zones contrôlées par l’Autorité palestinienne. Pour le Hamas, ses alliés régionaux sont différents : l’Iran, la Turquie et le Qatar.

En somme, la solution à deux États peut difficilement être menacée par la construction en Judée-Samarie ou ailleurs. La solution à deux États est morte en 2007. Elle devrait reposer en paix. 

Les JISS Policy Papers sont publiés grâce à la générosité de la famille Greg Rosshandler.

Hillel Frisch est professeur émérite à l’Université Bar-Ilan, Israël et ancien chercheur principal au Centre d’études stratégiques Begin-Sadate (BESA). 
Parmi ses dernières études figurent « Rethinking the « Arab Spring »: Winners and Losers », Middle East Quarterly (2021) « The Palestine Military, Two Not One », Oxford Handbook on Military and Security Studies (2021), « Jordan and Hamas, ” Manuel sur la Jordanie, 2019 et ” Évaluation du soft power iranien dans le monde arabe à partir de Google Trends “, The Journal for Interdisciplinaire Middle Eastern Studies 2019. 

L’article La prise de contrôle de Gaza par le Hamas a tué la solution à deux États est apparu en premier sur Tribune Juive.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

Israël : les sous-marin Dakar avec des missiles nucléaires Vidéo

Notre premier regard sur le nouveau sous-marin israélien de la classe Dakar révèle une caractéristique très particulière L’art conceptuel de…

Violente bagarre entre antifas et sympathisants de Zemmour

Une violente bagarre éclate à Nîmes entre des militants antifascistes et des sympathisants d’Éric Zemmour De violents heurts ont éclaté,…

Huit palestiniens noyés en tentant de fuir la Syrie : le Hamas accuse et blâme Israel

Le mouvement terroriste du Hamas a publié aujourd’hui une proclamation concernant 8 palestiniens qui se sont noyés alors qu’ils tentaient…

Le Yémen menace les Emirats Arabes Unis : Le Burj Khalifa sera la prochaine cible…

Les comptes de médias sociaux associés aux Houthis, les loyalistes de l’Iran au Yémen, ont publié la menace suivante pour…

Ilan Halimi, inhumé au cimetière Har HaMenuhot (Guivat Shaoul).

EN SOUVENIR DE ILAN HALIMI. Il y a 15 ans, le 20 janvier 2006, Ilan Halimi était enlevé dans les…

L’amante juive qui a fait de Mussolini le « Duce »

Margherita Sarfatti, l’amante juive de Mussolini qui a propulsé le « Duce » à la tête de l’Italie De mémoire collective, le…

L’Assemblée générale de l’ONU adopte une résolution contre la négation de l’Holocauste

  Le texte à la portée politique forte même sans être légalement contraignant, mis au point avec le concours de…