fbpx

L’Autorité palestinienne verse 42 000 $ à la famille du terroriste qui a tué 2 Israéliens

De l’argent permettrait d’indemniser la famille de Muhannad Halabi pour les frais de logement après que les FDI ont détruit leur maison après le meurtre du rabbin Nehemia Lavi et d’Aharon Banita en 2015.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a ordonné dimanche que la famille d’un terroriste palestinien qui a assassiné deux Israéliens soit payée plus de 40 000 $ et reçoive un nouveau logement, a rapporté le radiodiffuseur public Kan.

Le gouverneur de Ramallah, Laila Ghannam, nommé par Abbas, a rencontré la famille de Muhannad Halabi et leur a donné quelque 30 000 dinars jordaniens (42 000 dollars), apparemment pour les aider à couvrir les frais de logement depuis que leur maison a été détruite par l’armée israélienne à la suite des meurtres, a déclaré Kan.

Ghannam a également déclaré à la famille qu’Abbas avait demandé à ses services de sécurité de les aider à trouver un logement permanent. Les démolitions de maisons sont une politique controversée qui, selon Tsahal, aide à dissuader de futures attaques terroristes.

Les paiements sont les premiers paiements de grande envergure aux familles terroristes depuis l’entrée en fonction de l’administration Biden, malgré les affirmations selon lesquelles les Palestiniens étaient prêts à repenser la politique controversée dans le cadre d’un effort pour améliorer les relations avec Washington.

Halabi a tué deux Israéliens, le rabbin Néhémie Lavi et Aharon Banita, et blessé la femme de Banita, Adele, et leur fils de 2 ans lors d’une attaque à l’arme blanche dans la vieille ville de Jérusalem le 3 octobre 2015.

Avant l’investiture de Biden, de hauts responsables palestiniens ont déclaré que Ramallah était disposé à modifier la façon dont il verse des allocations aux prisonniers palestiniens de la sécurité, ainsi qu’aux familles des terroristes et d’autres personnes tuées par des Israéliens, dans le but d’améliorer les liens avec Washington et européennes.

Parce que l’Autorité palestinienne distribue plus d’argent pour des peines plus longues dans les prisons israéliennes, les personnes incarcérées pour les attaques terroristes les plus brutales reçoivent plus de fonds de Ramallah.

La politique modifiée baserait les allocations sur les besoins financiers des prisonniers plutôt que sur la durée de leur peine, marquant potentiellement un changement par rapport à ce qui a longtemps été un point d’achoppement pour les détracteurs de l’Autorité palestinienne.

La pratique consistant à verser des indemnités aux personnes reconnues coupables d’avoir perpétré des attentats terroristes et aux familles de ceux qui ont été tués lors de ces attentats – souvent qualifiée par certains responsables israéliens de politique de paiement pour tuer – a été considérée par les critiques comme une incitation au terrorisme.

Les dirigeants palestiniens ont longtemps défendu les paiements, les décrivant comme une forme de protection sociale et une compensation nécessaire pour les victimes du système de justice militaire israélien en Judée Samarie.

Israël a précédemment déduit la valeur totale présumée des allocations des recettes fiscales qu’il perçoit au nom de l’Autorité palestinienne, provoquant une longue impasse avec Ramallah.

Ramallah a peut-être payé jusqu’à 600 millions de shekels (181 millions de dollars) en 2020 en salaires aux Palestiniens emprisonnés par Israël pour des infractions à la sécurité – y compris le terrorisme – et à leurs familles.

Au cours de l’année écoulée, des responsables des États-Unis et de l’UE ont averti Ramallah qu’un échec à modifier substantiellement la politique constituerait un obstacle majeur à l’amélioration des relations.

Ramallah souhaite se mettre en conformité avec le Taylor Force Act de 2018, qui suspend l’aide américaine à l’Autorité palestinienne tant qu’elle continue de mettre en œuvre la politique existante de paiement des prisonniers.

Abbas a rompu ses relations avec l’administration Trump après que le président américain Donald Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël en décembre 2017 et y a déplacé l’ambassade américaine de Tel Aviv en mai 2018. Il a également rejeté de manière préventive la « vision » de Trump de janvier 2020 pour la paix israélo-palestinienne. L’administration, tout en exhortant à plusieurs reprises Abbas à se réengager, a considérablement réduit le financement de l’État pour les Palestiniens. L’administration Biden a commencé à rétablir l’aide aux Palestiniens et des liens chaleureux.

Rester connecter via nos groups:

Whatsapp / Telegram

ENVOYER UN MESSAGE

Le tourisme en israel

La Russie se dit « déçue » par les récentes déclarations israéliennes

Le vice-ministre des Affaires étrangères russe a déclaré que Moscou attendait de Jérusalem une approche « équilibrée et objective » de la…

Israël aurait déjoué une opération iranienne destinée à attirer des Israéliens

Le Shin Bet affirme que des agents ont utilisé des courriels frauduleux pour inviter en Europe universitaires, hommes d’affaires et…

Lapid estime qu’il est trop tôt pour « enterrer » le gouvernement actuel

Si la démission de Zoabi contribue à créer un climat d’incertitude, il ne sonne pas le glas du 36e gouvernement…

Un haut responsable iranien menaçait les Juifs, il est abattu devant son domicile

Un colonel des Gardiens de la révolution du régime terroriste iranien été abattu dimanche par balle dans l’est de Téhéran. Sayyad Khodaï…

Historique : La justice israélienne autorise les Juifs à faire le Shéma Israël sur le Mont du Temple

Une décision de justice d’un tribunal de Jérusalem autorise à présent les fidèles juifs à réciter la prière du « Shema »…

Ma’ale Gilboa, Bet Haemek… Hightech et Kibboutzim. Un symbole : Nir Am.

RADIO J . Bonjour Chers Auditeurs. Penser que « les Kibboutzim c’est  terminé » est une grave erreur. Le monde change, l’univers…

🔴 Hassan Ziad Khadayari, tué en Iran, était l’auteur de nombreuses attaques contre des juifs et des israéliens

Hassan Ziad Khadayari, qui a été assassiné plus tôt dans la journée, apparemment par le Mossad, dans la rue Mahadin…